5G : tout ce qu’il faut savoir sur le réseau du futur

La 5G, tout le monde en parle. On nous promet quelque chose d’extraordinaire, un avenir technologique incroyable. Mais à l’heure où la 4G n’est pas encore déployée partout, on a du mal à s’imaginer ce que pourrait être un monde connecté en 5G. Pour y voir plus clair, on vous dit tout ce qu’il faut savoir sur le réseau de demain.

5G tout savoir

5G : qu’est-ce que c’est ?

Alors que le déploiement de la 4G n’est pas terminé en France (notamment dans les zones rurales), on entend déjà parler partout du réseau 5G, du réseau de demain. Les promesses de ce nouveau standard sont impressionnantes. Les débits promis dépasseront les 10 Gbit/s et permettraient de repousser les limites de nos usages. Un test 5G réalisé en condition réelle a prouvé que le réseau sera 14 fois plus rapide que la 4GA côté, même la fibre optique fait pâle figure.

Pour le moment, la 5G n’en est qu’à ses débuts. Les grands industriels du monde entier réfléchissent aux grandes principes à suivre pour déployer le réseau. La 5G n’a rien de concret pour le moment. Il y a des idées, des promesses, mais déjà des expérimentations. Début février 2018, Samsung réussissait d’ailleurs un appel vidéo 5G entre la Corée du Sud et les USA.

Alors que la 4G et la 3G avaient étaient créés pour répondre à un besoin de vitesse sur l’internet mobile, la 5G s’inscrit dans un projet plus global. Dans le futur, nous serons tous ultra-connectés : smartphones, tablettes, PC, objets connectés, domotique, voitures connectés, casques VR, réalité augmentée, intelligence artificielle. Dans 20 ans nous vivrons dans un monde que nous ne pouvons même pas imaginer aujourd’hui.

Les industriels de ce monde, eux, doivent avoir une vision de ce futur, et nous y préparer. La 5G est ce réseau qui permettra à tous nos appareils connectés de communiquer entre eux. Un débit important est nécessaire, mais pas seulement. La 5G apportera également une meilleure autonomie pouvant atteindre des années.

5G : comment ça marche ? Quels avantages ?

Partout dans le monde, les industriels commencent leurs premières expériences sur la 5G. Le standard n’est pas encore défini, les recherches sont donc importantes. Toutefois, tous s’accordent à dire que la 5G devrait reposer sur les ondes millimétriques.Ces ondes sont actuellement utilisées par l’armée mais elles ne sont pas exploitées dans un autre cadre.

Pourtant la FCC (commission fédérale américaine en charge des communications) a bien suggéré d’utiliser les ondes millimétriques qui offrent des hautes fréquences. Mais pour les scientifiques, les ondes millimétriques présentent deux défauts majeurs : elles sont instables et leur portée est courte, mais surtout on ne connaît pas leurs effets sur la santé.

Toutefois, récemment, des chercheurs ont découvert que certaines fréquences ne présentaient pas d’instabilité. Mieux, elles pouvaient se comporter comme les réseaux que l’on utilise déjà aujourd’hui. La 5G devrait donc passer par les ondes millimétriques à très haute fréquence pour fonctionner.

5g technique

Moins de temps de latence

Le défi sera de pouvoir proposer une 5G qui offre des débits très rapides mais pas nécessairement en termes de vitesse brute. C’est en fait le temps de latence qui doit être réduit. Aujourd’hui on atteint une demi-seconde (ce qui paraît peu) pour nos usages mobiles.

Mais demain, certaines technologies nécessiteront un temps de réponse plus rapide. Par exemple, une demi-seconde de temps de latence pour les millions de voitures connectées qui circuleront, c’est beaucoup trop long. Afin d’éviter tout accident, il faudrait un temps de latence inférieur à une milli-seconde.

Une consommation énergétique minimale

Selon le livre blanc de l’alliance NGMN, l’arrivée de la 5G pourrait signifier une hausse significative de l’autonomie des smartphones et autres objets connectés. L’alliance prédit jusqu’a trois jours d’autonomie pour un smartphone et jusqu’à une quinzaine d’années pour d’autres objets à très basse consommation. Bien sûr ces objectifs ne comptent pas d’éventuelles améliorations dans le stockage de l’énergie qui pourraient encore améliorer cette autonomie.

Les défis techniques concernant la 5G sont d’autant plus importants qu’il n’y aura pas une mais plusieurs 5G. Le tout reposerait en fait sur un principe de convergence. Car tous nos appareils n’auront pas forcément besoin d’autant de ressources. D’ici 2020, 50 milliards d’objets connectés seront en fonctionnement sur notre planète. Le trafic va être multiplié par 1000 en dix ans.

Plusieurs technologies vont se développer, comme la domotique ou l’intelligence artificielle. Les objets vont communiquer entre eux en permanence. Les voitures « parleront » entre elles, les objets de la maison également. Dans ce monde ultra-connecté, il va falloir trouver une méthode pour suivre la cadence.

Une 5G partout, et à plusieurs vitesses adaptée à un monde ultra-connecté

Car si aujourd’hui une perte de réseau ne provoque pas grand chose de dramatique, dans le futur une défaillance de la 5G pourra causer des accidents de voitures très graves par exemple. Et dans les grandes villes, avec ces millions d’objets connectés concentrés dans une toute petite zone, les défaillances peuvent vite survenir.

Plusieurs solutions sont donc envisagées pour répondre à cette contrainte. La première, les Small Cells. Le fonctionnement est simple : une grosse antenne 5G éloignée des centres urbains distribue un signal à plusieurs antennes plus petites situées en plein centre-ville.

Ces mini antennes s’intègrent au mobilier urbain : lampadaires, poubelles, arrêts de bus, bancs, plans de métro etc. Cela permettra de diffuser plus efficacement le très haut débit vers les utilisateurs selon leur situation géographique. On évite ainsi la surcharge.L’autre solution est la technologie dite MIMO (Multiple-Input Multiple-Output). Actuellement, elle est utilisée pour la 4G. Son but est de ne pas reposer sur le principe d’une antenne émettrice et d’une antenne réceptrice.

La technologie MIMO utilise des centaines de petites antennes ce qui multiplie les entrées et sorties et renforce le signal tout en réduisant les interférence. Grosso modo, la technologie MIMO permettrait d’offrir des débits beaucoup plus importants tout en économisant de l’énergie.

5g mimo

Le protocole derrière la 5G est lui aussi très important

Enfin, et c’est sans doute la chose la plus importante, la 5G va mettre fin au réseau neutre. Aujourd’hui, que vous vous connectiez avec un smartphone, une tablette ou une montre connectée, les applications sont gérées de la même manière par le réseau.

Demain, avec la 5G, il y aura un système de priorités en fonction des applications. Il n’y aura pas une mais plusieurs 5G. Chaque application devra utiliser les fréquences et protocoles radios les plus adaptés. Inutile de se brancher sur les fréquences les plus rapides pour une application donnant la météo par exemple.

5G : usages

C’est à l’usage que l’on se rendra compte de la puissance de la 5G. Pour Qualcomm, la 5G sera aussi importante que le moteur à explosion ou l’électricité. Dans le futur nous serons suréquipés mais également parfaitement connectés. Les industriels n’ont pas vraiment abordé la 4G comme ils l’auraient dû : trop tard, trop lentement. Pas question de se louper une deuxième fois.

Ainsi, pour l’utilisateur, la 5G représentera une vraie révolution, un vrai bon en avant. Elle pourra d’abord couvrir toujours plus d’appareils, du bracelet connecté à la voiture connectée, en passant par le smartphone ou le détecteur de fumée.

Si les débits théoriques affichés sont hallucinants, nous auront droit en moyenne à 1 Gbit/s pour le téléchargement et 500 Mbit/s pour l’upload. Au plus bas, la 5G proposera un débit de 50 Mbit/s à une vitesse comprise entre 0 et 120 km/h. Lors d’un voyage en avion par exemple, la 5G offrira tout de même un débit de 10 Mbit/s environ. Et tout ceci dans 95% du temps et 95% des lieux.

Pour l’utilisateur, cela ouvre des portes à peine imaginables aujourd’hui. Bien sûr les usages que l’on connaît aujourd’hui vont encore s’améliorer. Par exemple nous pourrons continuer de regarder nos vidéos en streaming mais dans des qualités encore plus folles. Le jeu vidéo en ligne pourra passer par la réalité virtuelle.

Les voitures communiqueront entre elles et seront totalement autonomes. La réalité augmentée s’invitera dans nos vies. Les GPS seront plus précis grâce à la triangulation de la 5G qui permet de donner une position avec une marge d’erreur de moins d’un mètre.

voitures connectees 5g

Non seulement ces usages seront soit améliorés soit complètement nouveaux, mais en plus nous n’aurons plus à craindre de perdre de l’autonomie sur nos appareils. Car l’autre objectif de la 5G est de ne pas faire consommer trop d’énergie à nos appareils. Ainsi, grâce à elle, nos smartphone pourraient tenir 3 jours sans être rechargé. Certains objets connectés peuvent avoir une autonomie de plus de 15 ans grâce à la 5G. Il n’y a plus de limite avec ce réseau du futur.

La 5G occupait d’ailleurs une place de choix au MWC 2018. Lors du salon, plusieurs entreprises ont levé le voile sur leurs nouvelles innovations. Nous y avons découvert les premiers appels vidéo en 360°, des robots et des drones pilotés en 5G, ainsi que des voitures autonomes.

5G : quand ?

La 5G arrivera dans certains pays en 2020. Mais ce sera progressif. Les opérateurs et industriels du secteur ont énormément de travail à accomplir. Certains ont déjà commencé. Bouygues Telecom et Ericsson viennent de battre un record de débit par exemple. Dès 2018, les opérateurs français vont mener plusieurs tests. Orange et Bouygues Télécom vont tester la 5G dans plusieurs villes de France, comme Bordeaux, Lille et Douais, tandis que SFR va d’abord la tester sur le Campus d’Altice. Free Mobile devrait lancer son réseau 5G en 2020.

Dans la ville de Bruxelles, capitale de Belgique, la 5G  pourrait bien être retardée à causes de risques pour la santé. La cité est en effet handicapée par des normes d’émission plus strictes que dans toute l’Europe. Aux USA, l’opérateur AT&T, le second plus important opérateur de télécommunications des Etats-Unis derrière Verizon, va déployer la 5G dans de nombreuses villes américaines d’ici la fin de l’année.

La 5G ne permettra pas seulement aux smartphones et tablettes de se connecter. On parle d’un milliard de milliard d’appareils connectés dans les décennies à venir. Et c’est sans compter les transports de plus en plus rapides qui nécessitent de meilleurs débits. Dans la course à la 5G, la France est à la 7ème position d’un classement mondial dominé par la Chine, la Corée du Sud et les États-Unis.

Ainsi, plusieurs industriels ont dores et déjà annoncé la couleur. Huawei, qui va lancer son premier smartphone compatible 5G à l’été 2019, a mis 600 millions de dollars sur la table, Samsung a prévu près du double avec 1 milliard de dollars d’investissements. Les institutions s’en mêlent également : la Commission Européenne va mettre à disposition une enveloppe de 700 millions d’euros alors que la Corée du Sud investira également 1 milliard de dollars.

Les premiers smartphones 5G n’arriveront qu’en 2019. De son côté, Samsung vise d’ailleurs à ce que ses smartphones soient compatibles dès 2019. Dès 2019, le Snapdragon X50, un modem 5G, équipera les appareils de Xiaomi, LG et Nokia. Même son de cloche du côté de Huawei, qui a annoncé l’arrivée des premiers smartphones compatibles 5G pour la même année.

orange 5g feux rouges france

Les géants du secteur vont procéder par étapes. Ainsi, les détails technique et les premiers designs arriveront d’ici la fin de l’année alors que les premiers tests s’effectueront en 2018. Fin 2018, le standard 5G devrait être prêt, puis pendant deux ans le déploiement se fera petit à petit.

Pourtant, sur le marché français, les premiers forfaits qui proposent de la 5G chez Orange, Free Mobile, Bouygues et SFR-Altice pourront être commercialisé à partir de 2019. Mounir Mahjoubi, le secrétaire d’Etat au numérique, affirme  que « la France ne sera pas en retard sur la 5G ». Les opérateurs pourront donc proposer leur premiers forfaits dans plusieurs villes de France dès 2019. Son déploiement commercial final n’aura pourtant bien lieu qu’en 2020 dans l’hexagone. Orange prévoit l’arrivée de la 5G entre 2020 et 2022 en France. Comme Orange, quia couvrira déjà une ville française dès 2019, SFR a lui aussi promis le lancement commercial de la 5G en 2020.

La rédaction vous conseille

Réagissez à cet article !
  • TAZI

    « La 5G n’a rien de concret pour le moment »…
    Alors!!! pourquoi on parle ?

    • Romain Vitt

      Parce que c’est le futur, et que tout passionné de high-tech s’intéresse au futur ;)

      • Richard Loulou Hugou

        Merci Romain!
        Tu me coupes l’herbe sous le pied!

  • Alex

    J’habite en zone rurale et la 3G passe très mal, on a le logo 4G uniquement pour le fun la vitesse est très aléatoire et au mieux ressemble à une 3G correcte, bref pour moi la 5G c’est de la branlette, et je pense pas etre le seul dans ce cas….

    • toto

      Beaucoup de pays en voix de développement ont un bien meilleur réseau que nous.
      Si chez nous c’est à chier, c’est grâce ( à cause) de nos opérateurs qui nous vendent du vomi camouflé en gâteau.

      • Nico

        Pour le prix qu’on paie, faut pas se plaindre !
        On est certainement parmi les moins cher du monde

        • Little Monster

          Seulement depuis l’arrivée de Free… ^^

          • tony

            merci free pour les débits merdiques

      • crachoveride

        Il faut aussi regarder la surface des autres pays, la zone à couvrir (en France le terrain est complètement aléatoire suivant les endroits, c’est sur que c’est plus facile de couvrir certains payés pourtant de même superficie à coté), le nombre d’habitants etc…

  • Fabrice Palermo

    « millimétriques présentent deux défauts majeurs : elles sont instables et leur portée est courte, mais surtout on ne connaît pas leurs effets sur la santé. » Prendre un an pour tester si sa donne le cancer, ils ont la flemme ou bien ?

    • Bulldozer

      Il y aura des nouvelles antennes qui vont arriver et il y aura la technologie mimo

  • etic

    On va baigner dans les ondes

    • Pfelelep_écrit_en_UTF-8

      C’est le cas depuis la TSF.

    • Trololo

      Tu baignes dans les ondes depuis ta naissance, la lumière toussa .. le son ahem

      • Grégory Menard

        @Trololo
        Sauf qu’il y a également une différence entre une onde électromagnétique (la lumière) et une onde mécanique (le son) et donc ?
        Place toi devant une source sonore qui (par exemple) émettrait un signal supérieur à 120 dB, tu te trouveras devant un début de destruction de tes tympans.
        Et pourtant, tu baigne dans les ondes depuis ta naissance ?
        Une différence : ah oui : l’intensité et la durée d’exposition !

    • Grabo20

      La seule différence entre la lumière et les ondes réseaux c’est que…
      Ah bah non il y en a pas ce sont des ondes électromagnétiques, la lumière autour du Mhz et le réseau autour du Ghz.

      • etic

        L’intensité peut être

        • Grégory Menard

          +1

      • Grégory Menard

        @[email protected]:disqus :
        Une onde est avant tout un déplacement d’ernergie !
        La différence qui peut en résulter est bien sur l’amplitude et la modulation à laquelle est poussée cette « onde ».
        Et comme il n’y a pas de différence selon vous, je vous invite à vous glisser dans un four micro-onde (avec pour reprendre vos propos une onde au « alentour » du Giga Hertz) juste pour voir si dans le même temps d’exposition à une simple « lumière », le résultat sera le même… Pour rappel, la micro-onde est elle une onde « radio » (comme le wifi, le bluetooth etc…).
        Et ne pas oublier non plus que certaines ondes (par exemple les ultraviolets), dégagent une énergie suffisamment élevée pour détruire l’ADN du corps (brûlures, cancers de la peau en cas de longue exposition etc…).
        Tout résumer à c’est une onde = c’est pareil est une bien belle ânerie. ;-)

        Pour résumer :
        Ne pas confondre la fréquence (nombre de vibrations par seconde qui s’exprime en Hertz) et l’intensité (amplitude des vibrations).

        Mais je me trompe peut-être non ?

        • crachoveride

          Il me semble que pour l’instant (en comparaison des norme Française du moins), les ondes du soleil sont nettement plus nocive que celle de notre réseau.

    • crachoveride

      Pas plus qu’avec notre chère soleil :)

  • Pfelelep_écrit_en_UTF-8

    Aujourd’hui on atteint une demi-seconde (ce qui paraît peu) pour nos usages mobiles.

    Ah oué… de 2 choses l’une:
    1/ il vous faut un opérateur de télécoms
    2/ décidément vous ne savez pas dire un truc sans que ce soit une ânerie.

    C’est eniron 10 fois moins la latence sur réseau LTE.

    • tapioka

      Sur le graphique de l’article, la latence en 4G est estimée à 25ms donc deux fois moins et la latence en 5G est estimée à 5ms!

      • Boris Eltsine

        une demi seconde = 500ms et pas 50 donc 25 ms (qui est effectivement la latence moyenne en ville de la 4g) c’est pas 2 fois moins mais 20 fois moins qu’une demi seconde. En revanche la latence cible inférieure à la millisecone n’est pas totalement fausse. En réalité comme plus ou moins dit il y a aucune norme définie actuellement pour la 5g et chaque consortium qui travaille dessus a des objectifs différents et effectivement la diminution de la latence est en réalité plus recherchée que l’amélioration du débit. De fait les 10Gbits/s c’est purement marketing.

  • Romain Vitt

    En fait si ! Nous ajoutons les nouvelles informations et nous remontons le dossier mis à jour ;)

    • Pfelelep_écrit_en_UTF-8

      Comme la latence d’une demi-seconde, c’est manifeste.

      • Grabo20

        Dans le demi-seconde il a ajouté le temps de latence humain, calculé ici-même à la rédac. C’est d’ailleurs une des rares fois où ils font des expériences d’eux-même.

  • DePassage

    Très drôle. Les opérateurs vont donc filer 100 000 GO de datas mensuels pour 30 €. On va bien rigoler…

    • crachoveride

      Sfre et Free font déjà de l’illimité tout le temps et Bouygues des weekend data illimité, ça ne peut que être du positif. Le réseau sera plus rapide, reste à voir pour la couverture mais d’ici la la 4G aura déjà bien avancée.

  • Novaslash

    « à une vitesse comprise entre 0 et 120 km/h »

    Lol, une petite erreur sympathique.

  • Fier d’être français

    Que l’on équipe toute la France en fibre optique et en réseau 4G/4G+ et seulement après, nous pourrons parler de la 5G.

    • MIMICH25

      +1000

    • crachoveride

      Comme si les opérateurs avaient attendu qu’on soient tous couvert et équipé pour la 2G quand la 3G est sortie et idem avec la 3G quand la 4G est sortie, ça ne changera pas et c’est je pense la meilleurs stratégie pour l’instant car attendre que tout le monde soient complètement couvert reviendrais à être encore à la 2G aujourd’hui puisqu’il y a encore des zones blanches donc heureusement que ce n’est pas le cas.

  • Lentt

    Monsieur Vitt a très vite séché les cours d’orthographe à l’école. C’est quand même ahurissant que des types comme ça finissent journalistes…

    • Grabo20

      Blogger. On dit blogger.

  • Spitfire

    Tout ce que vous devriez savoir:
    La 5G dans 10 ans opérationnel donc cherchez pas plus loin, déjà oublié !

  • fdpiandroid

    3 jours d autonomie du bon gros mito

  • Teddy

    J’ai beugué sur le rapport entre km/h et Mbit/s. Sinon, en France, la 3G n’a même pas été bien développée, la 4G peine à couvrir tout le territoire en 2018, et on nous parle de 5G en 2020… A cette allure, il faudra s’attendre à un réseau 5G effectif en France quand la 6G sera déjà passée de mode ?

    • Kadok

      Pourquoi on devrait nécessairement attendre que la 4G soit couverte a 99% avant de s’autoriser à implanter la 5G ? Au contraire si le 5 est meilleur que le 4, pas la peine de perdre du temps à finir d’installer une technologie déjà dépassée.
      Les téléphones seront compatibles 4G et 5G donc ça pose pas vraiment problème, les zones « blanches » passeront directement à la 5G sans passer par la 4G et c’est tout.

      • Teddy

        Je ne dis pas qu’on ne devrait pas développer un réseau 5G, mais il faut reconnaître que le déploiement de nos réseaux actuels peine beaucoup en France métropolitaine (je précise, parce qu’en Guadeloupe, on a une excellente couverture 4G).

        • Kadok

          Ça c’est un problème général, c’est pas dépendant de la 4G ou la 5G, dès lors qu’il faut introduire une technologie ça prends du temps. Je signale aussi qu’en France les télécoms sont parmi les moins chers du monde, nos opérateurs ne sont pas à plaindre ils se gavent, mais vu que nos voisins se gavent encore plus à s’en faire péter le bide, on est pas si mal desservi en comparaison.

          • Teddy

            Niveau service, nous sommes très bien logés en France. Malheureusement, a mon avis, le problème était la vitesse de déploiement avant que Free ne vienne faire chuter les prix. Ils se sont aussi bien gaver pendant trop longtemps. Aujourd’hui, le réseau n’aurait qu’à être upgradé mais ce n’est pas vraiment le cas partout

      • Little Monster

        « Les téléphones seront compatibles 4G et 5G donc ça pose pas vraiment
        problème, les zones « blanches » passeront directement à la 5G sans passer
        par la 4G et c’est tout. »…

        Tu as fumé la moquette ou quoi ???

        Les « zones blanches » n’ont toujours pas de GSM depuis plus de 20 ans donc tu crois réellement que les opérateurs vont se faire chier à déployer directement de la 5G ??? ^^

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Bouygues Telecom : les nouvelles Bbox Fit, Must et Ultym sont disponibles

Bouygues Telecom lance ce lundi 23 avril 2018 ses nouvelles offres Bbox Fit, Must et Ultym. Il s’agit désormais des forfaits du FAI pour l’internet fixe, qui comprennent promesse « d’Internet Garanti ». Les clients peuvent profiter d’une promotion avec de fortes réductions…