Enchères 5G : c’est terminé, Orange remporte plus de blocs que SFR, Bouygues et Free

 

Les enchères 5G sont terminées pour le moment ! Après seulement trois jours, les opérateurs sont parvenus à se mettre d'accord sur l'attribution des fréquences dans la bande 3,4 – 3,8 GHz. Sans surprise, c'est Orange qui remporte le plus de blocs, devant SFR, Bouygues Télécom et Free Mobile. La mise aux enchères a rapporté la somme totale de 2,786 milliards d’euros à l'Etat. 

5g gouvernement déployer plus tôt possible

Après trois journées d'enchères 5G, Orange, SFR, Bouygues Télécom se sont partagés les 11 blocs de 10 MHz, une fréquence inutilisée actuellement, rapporte l'Arcep dans un communiqué sur son site web. Cette première étape des enchères a rapporté la somme de 2,786 milliards d’euros à l'Etat. Après 17 tours d'enchères, le prix unitaire de chaque bloc a atteint les 126 millions d’euros. Au début du processus, le prix unitaire d'un bloc était de 77 millions d’euros.

Sur le même sujet : cette carte montre où se trouvent les antennes 5G d'Orange, Free, SFR et Bouygues

Orange remporte 4 blocs, voici les chiffres des enchères 5G

Orange s'est emparé de 4 blocs de 10 MHz. L'opérateur historique a été contraint de laisser partir un bloc à la concurrence. Lors des premiers jours, Orange réclamait en effet 5 blocs. Á l'issu de cette première étape, le télécom dispose de 90 MHz. Chaque opérateur a en effet obtenu au préalable un bloc de 50 MHz. Pour assurer sa domination dans la course à la 5G, Orange a déboursé 854 millions d’euros.

En seconde position, on trouve SFR avec 3 blocs pour un total de 80 MHz. L'opérateur au carré rouge a mis sur la table 728 millions d’euros. De son côté, Bouygues Télécom remporte 2 blocs, soit 70 MHz, au prix de 602 millions d’euros. Même son de cloche du côté de Free Mobile. Pour rappel, un opérateur ne pouvait pas acquérir plus de 100 MHz.

Les enchères 5G se poursuivront dans le courant du mois d'octobre. Les opérateurs doivent encore se mettre d'accord sur la position des fréquences de chaque télécom dans la bande 3,4 ‑ 3,8 GHz. Orange, SFR, Bouygues et Free Mobile devront alors décider s’ils préfèrent se situer au centre de la bande ou à ses extrémités. Evidemment, certaines positions sont plus intéressantes que d'autres. Enfin, le processus se clôturera quand l'Arcep délivrera officiellement les autorisations d’utilisation des fréquences. Quoi qu'il en soit, le plus dur est fait pour les opérateurs.



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !