Stadia est une plateforme streaming de jeux vidéo à la demande dans le cloud. Présenté par Google en marge du Game Developer Conférence 2019, le service permet de jouer à des jeux vidéo AAA sur toutes sortes d’appareils, comme un ordinateur ou un Chromecast. Pour cela, le jeu est exécuté sur des serveurs distants – le flux vidéo est ainsi la seule chose qui est retransmise en streaming sur le terminal choisi par l’utilisateur, en plus des données issues de la manette. Le service sera lancé en novembre 2019 dans 14 pays dont la France. Voici tout ce qu’il faut savoir sur Stadia. 

Stadia

Vous aviez entendu parler de Project Stream, ce test permettant à une poignée de joueurs de lancer Assassin’s Creed en streaming directement dans leur navigateur internet Google Chrome ? Le géant de Mountain View vient de dévoiler son prolongement grand public – Stadia. Un nom qui évoque les stades, ces édifices qui rassemblent les foules autour de jeux depuis l’antiquité. Et surtout un service qui, s’il tient ses promesses, risque de complètement rebattre les cartes de l’industrie du jeu vidéo – rien que ça !

Qu’est ce que Stadia ?

Stadia est une plateforme de jeux vidéo à la demande en streaming dans le cloud (oui, on sait, ça fait beaucoup de mots côte à côte). Elle sert principalement deux types d’utilisateurs. D’un côté les éditeurs et les créateurs de contenus qui peuvent mettre leurs jeux sur Stadia. Ces derniers ont pour cela des outils mis à disposition par Google, et peuvent miser sur le service pour simplifier radicalement leurs canaux de diffusion et de promotion (un lien suffit à lancer un jeu, Stadia est donc de facto intégré à tous les réseaux sociaux, en plus d’être parfaitement intégré aux autres services de Google comme YouTube).

En plus de cela, avec Stadia, les éditeurs profitent d’instances dotées d’une puissance de calcul inédite. Et peuvent par exemple optimiser leurs jeux pour des architectures multi-GPU pour des rendus graphiques ahurissants. De l’autre, il y a les joueurs : ces derniers peuvent accéder à un jeu Stadia via un simple lien, quelle que soit la machine sur laquelle ils le consultent, du moment où celle-ci dispose de Google Chrome. Ce terminal destinataire n’a pas besoin d’être puissant : il suffit qu’il puisse se connecter à internet et jouisse d’un débit suffisant.

On peut ainsi jouer pratiquement dans les mêmes conditions à un jeu AAA sur smartphone, tablette, ordinateur, et même sur la télévision si celle-ci est équipée d’un Chromecast Ultra. L’autre gros avantage pour l’utilisateur, c’est qu’il peut consommer un jeu en quelques secondes, sans temps d’installation, de mise à jour, ou de lancement. Tout du moins sur le papier.

Date de lancement et prix de Stadia

Stadia est disponible en France depuis le mois de novembre. Deux formules sont proposées : la première, Stadia Base, est gratuite. La seconde, Stadia Pro, est commercialisée au prix de 9,99 € par mois.

Stadia Base permet d’accéder au service, mais il faut payer dès que vous souhaitez jouer. Le prix des jeux varie en fonction, entre autres, de leur date de sortie. La qualité du stream est bridée à 1080p. L’offre gratuite ne sera pas disponible au mois de novembre, mais quelques mois plus tard, dans le courant de l’année 2020. Aucun jeu ne sera offert avec cette formule.

Stadia Pro permet, pour 9,99 € par mois de profiter d’un accès jusqu’à 4K HDR 60 FPS et avec un son 5.1 surround. L’offre permet de bénéficier régulièrement de jeux gratuits à la manière du PlayStation Plus et du Xbox Live Gold. Destiny 2 sera disponible au lancement. Tout le reste du catalogue est par contre payant. Ce sera la seule option disponible lors du lancement du service en France en novembre.

A côté de ces offres, Google propose de préréserver un pack Google Stadia Edition Fondateur. Celui-ci est proposé à 129 € et inclut une manette Stadia Controller (édition limitée Night Blue), un Chromecast Ultra et 3 mois d’abonnement. Si vous optez pour cette option, vous recevrez un email avant le lancement de Stadia pour que vous puissiez choisir et réserver votre pseudo avant tout le monde. Le pack Edition Fondateur est déjà en rupture. Il est remplacé par un pack Premiere Edition disponible au même prix. Il donne également droit à 3 mois d’abonnement gratuit.

Si la livraison des packs a démarré le 19 novembre, certaines précommandes Founders Edition ont été tout bonnement annulées sans raison. Il est néanmoins possible de repasser commande jusqu’au 16 décembre pour recevoir un nouveau pack. Et ce n’est pas la seule mauvaise nouvelle pour l’instant : Google donne tous les signes d’un lancement de Stadia raté.

Tout n’est peut-être pas encore gravé dans le marbre, en particulier sur le versant des offres gratuites. On s’attend par exemple à ce qu’un système soit proposé pour pouvoir tester les jeux de Stadia gratuitement.

Quels sont les jeux vidéo disponibles sur Stadia ?

Google Stadia propose 22 jeux à son lancement, les voici :

  • Assassin’s Creed Odyssey – 35 € au lieu de 69,99 € (offre Stadia pro)
  • Attack on Titan: Final Battle 2 – 69,99 €
  • Destiny 2: The Collection (gratuit via Stadia Pro)
  • Farming Simulator 2019 – 29,99 €
  • Final Fantasy XV – 29,99€ au lieu de 39,99€ (offre Stadia pro)
  • Football Manager 2020 – 54,99 €
  • Grid 2019 – 69,99 €
  • Gylt – 29,99 €
  • Just Dance 2020 – 49,99 €
  • Kine – 19,99 €
  • Metro Exodus – 20 € au lieu de 39,99 € (offre Stadia pro)
  • Mortal Kombat 11 – 62,99 € au lieu de 89,99 € (offre Stadia pro)
  • NBA 2K20 – 25 € au lieu de 49,99 € (offre Stadia pro)
  • Rage 2 – 59.99 €
  • Rise of the Tomb Raider – 29,99 €
  • Red Dead Redemption 2 – 59,99 €
  • Samurai Shodown (gratuit via Stadia Pro)
  • Shadow of the Tomb Raider – 59,99 €
  • Thumper – 19,99 €
  • Tomb Raider : Definitive Edition – 10 € au lieu de 19,99 € (offre Stadia pro)
  •  Trials Rising – 24,99 €
  • Wolfenstein: Youngblood – 29,99 €

Notez qu’il faudra sortir son porte-monnaie pour jouer à tous ces titres – nous vous avons d’ailleurs précisé le prix des jeux Stadia. Seuls celles et ceux qui ont précommandé la Founder’s Edition ou la Premiere Edition profiteront de Destiny 2 gratuitement. Les abonnés Stadia Pro ont néanmoins aussi droit à deux jeux gratuit en décembre.

Il y aura par ailleurs d’autres limitations lors du lancement. Il sera par exemple impossible d’utiliser un Chromecast que vous possédez déjà, et il n’y aura ni Stream Connect, ni Crowd Play – vous pouvez consulter la liste des fonctionnalités qui manqueront au lancement Stadia ici. Heureusement, que ce soit pour la liste des jeux ou des fonctionnalités, cela devrait rapidement évoluer. 14 jeux supplémentaires devraient ainsi être accessibles d’ici la fin d’année.

Les abonnés à Stadia Pro doivent savoir qu’ils ont encore accès aux jeux qu’ils sont acheté après l’annulation de leur abonnement, mais pas à ceux qu’ils ont obtenu gratuitement. Ils pourront de nouveau lancer ces derniers quand ils reprendront leur abonnement. Il n’est pas possible de récupérer les jeux gratuits offerts avant sa souscription et qu’on aurait raté. Par ailleurs, il ne sera pas possible de moder les titres. Mais Google explique qu’une telle fonctionnalité pourrait voir le jour à l’avenir.

Quels sont les manettes et Chromecast compatibles ?

Il est pratiquement certain que vous possédez déjà un ou plusieurs appareils compatibles avec Stadia. En effet, selon Google, il suffit que votre ordinateur, smartphone ou tablette puisse lancer le navigateur Chrome. A terme la firme a annoncé son intention de proposer le support d’autres navigateurs. Pour les téléviseurs il faut obligatoirement passer par un Chromecast Ultra pour le moment. Une mise à jour des Chromecast Ultra est d’ailleurs disponible pour les rendre compatibles avec Stadia. Attention néanmoins car ces Chromecast Ultra ont tendance à chauffer.

Par ailleurs il faut obligatoirement acheter une manette sans fil, le Stadia Controller. La manette Google Stadia est disponible seule, mais ne permet pas d’accéder à la plateforme dès le début. Pour cela, il faut acheter l’Édition Fondateur qui comprend la manette, un Chromecast Ultra et trois mois d’abonnement à Stadia Pro. La manette Stadia est aussi dotée d’un port USB-C pour jouer en filaire sur PC, tablette ou smartphone. D’ailleurs d’après une nouvelle vidéo de Google, il faudra dans un premier temps obligatoirement brancher le Stadia Controller pour jouer sur PC et smartphone.

Au lancement, le service ne sera pas disponible sur tous les smartphones, mais via une application uniquement disponible sur les Pixel 3/XL et 3a/XL. Il sera en revanche possible de jouer a priori sur macOS, Windows, ou Linux. On ne sait pas si les restrictions visant les appareils mobiles s’appliquent ou non aux tablettes. « Nous visons plus de périphériques pris en charge l’année prochaine. Je souhaite vraiment que Stadia soit jouable sur tous les appareils mobiles, Android et iOS, à un moment donné », a expliqué Andrey Doronichev, directeur produit, lors d’une séance de questions et réponses concernant Google Stadia sur Reddit.

Et ce n’est pas la seule fonctionnalité promise par Google qui reste indisponible depuis le lancement de Stadia : la manette Stadia Controller vient par exemple tout juste d’activer le bouton Google Assistant. Notez que cette manette, le Stadia Controller n’est pas spécialement conçue pour être réparée puis qu’il est impossible de l’ouvrir sans la détruire.

Lire aussi : comment jouer à Stadia sur Android avec un smartphone rooté

Quel débit minimum ? Testez votre connexion pour le savoir !

Envie de savoir si et dans quelles conditions vous pourrez utiliser Stadia ? Google sait que la vitesse et la qualité de votre connexion comptent énormément dans l’expérience utilisateur du service. C’est pourquoi la firme a mis en ligne un test de connexion :

Pour vous donner une idée, une connexion autour de 10 MB/s permet d’accéder au service en 1080p. Pour du 4K HDR 60 FPS il faut autour de 35 MB/s minimum. Un test indépendant montre par ailleurs que Stadia consomme plus de 7 Go par heure dans Red Dead Redemption 2 en 1080p60.

Et pour éviter tout problème de latence, Google va utiliser des technologies prédictives inédites, si bien que la firme est confiante dans le fait que ses jeux seront plus réactifs que sur n’importe quel PC. Attention néanmoins : contrairement à ce qu’avait indiqué Google, certains jeux Stadia vous demandent tout de même de télécharger des données.

Comment fonctionne le service ?

Pour fonctionner, Stadia s’appuie sur l’expertise en matière de cloud computing à fort trafic de Google. Inutile de s’appesantir sur le fait que Google est déjà leader dans de très nombreux domaines fondés sur cette compétence, en particulier son moteur de recherche et YouTube. Google Cloud Platform est également la troisième plus grosse infrastructure du genre, derrière Amazon Web Services et Microsoft Azure.

Et si on parle de ces plateformes de cloud, c’est que justement elles mettent déjà à disposition des internautes des instances dans des datacenter – ce qui est pour faire très simple est aussi ce en quoi consiste Stadia, même si l’utilisateur ne pourra, dans ce dernier cas, pas faire autre chose que de jouer aux jeux disponibles dans les conditions définies par Google. Ainsi lorsqu’un utilisateur clique sur le bouton Jouer, Stadia lance une instance dans des datacenter Google, avec un certain nombre de cœurs CPU, quantité de RAM, de stockage et processeur(s) graphique(s).

Le jeu est donc exécuté dans cette instance distante, et le flux vidéo est retransmis en streaming dans l’onglet de Google Chrome ouvert sur le jeu, sur la machine du joueur. Les commandes issues de la manette sont les seules choses – avec éventuellement le flux audio d’un micro – à être renvoyées du terminal du joueur vers l’instance ouverte sur les serveurs de Google. Vous pouvez vous donner une idée de l’interface de Stadia sur divers supports en cliquant sur ce lien.

Qu’est-ce qu’une instance ?

On a déjà employé plusieurs fois le terme d’instance dans les paragraphes précédents. Puisque l’on parle de service dans le cloud, et de la fiche technique disponible pour tel ou tel jeu, vous risquez de revoir ce terme à de nombreuses reprises. Alors qu’est-ce qu’une instance ? Normalement, ce mot est surtout utilisé par des développeurs lorsqu’ils codent avec un langage informatique orienté objet. L’idée, c’est qu’à chaque fois que vous lancez un jeu, un espace dédié est créé sur des serveurs distants avec des caractéristiques précises, et éventuellement des données personnalisées comme par exemple vos sauvegardes de jeux.

C’est ce que l’on appelle l’instantiation, autrement dit la création d’une instance (pour simplifier, vous pouvez considérer qu’il s’agit d’une sorte de machine virtuelle dans un datacenter) à partir d’un modèle prédéfini. Ainsi, par instantiation, il est possible de réserver à la demande une quantité de ressources dans un datacenter  – nombre de processeurs, quantité de RAM, GPU, etc… – nécessaire à l’exécution d’une tâche (dans le cas de Stadia, un jeu).

La fiche technique de Stadia est monstrueuse

La fiche technique de chaque instance pourra être adaptée aux besoins de chaque jeux. Néanmoins, Google a donné cette configuration type lors de la présentation du service :

  • GPU AMD 10.7 Teraflops avec 56 unités de calcul et mémoire HBM2
  • CPU adapté x86 @2,7 GHz avec hyperthreading, AVX 2 et 9,5 Mo de cache L2+L3
  • 16 Go de RAM avec des vitesses de transfert de 484 GB/s

Selon Google, il sera possible de jouer en 4K HDR à 60 images par secondes. Mais Stadia se prépare déjà à streamer des jeux en 8K à plus de 120 images par secondes. Quoi qu’il en soit, avec 10,7 Teraflops de calcul disponibles, rien que cette instance de Stadia a plus de muscle qu’une Xbox One X (6 TFLOPS) et une PS4 Pro (4,2 TFLOPS) mises ensemble.

Certains s’inquiètent néanmoins de l’impact écologique de Stadia lorsque le service montera en puissance.

Comment s’inscrire et y jouer  ?

Pour l’instant, vous l’aurez compris, le service n’est pas encore disponible. Néanmoins, Google nous a fait la démonstration du service lors de la présentation. Jouer à Stadia se résume à être inscrit au service et à cliquer sur un lien. Le jeu se lance en moins de 5 secondes, sans temps de chargement comme c’est le cas actuellement sur PC et consoles. Le service est optimisé pour le multi joueur et le jeu coop avec une incrustation du flux en provenance d’autres joueurs, façon picture-in-picture, et la possibilité de communiquer en vidéo et à la voix. Notez que sur la question des temps de chargement, la PS5 pourrait aussi frapper fort grâce à la présence d’un SSD.

Quelles sont les alternatives à Stadia ?

Croyez-le ou non, Stadia n’est pas totalement révolutionnaire. Shadow par exemple rappelle qu’il est sur le même filon depuis 2 ans. Le service, déjà disponible en France, permet de profiter d’une machine ultra-puissante sur des serveurs distants et d’en profiter en streaming. Avec des limites de bande passante inférieures à celles proposées par Google pour se frayer une place jusque dans les foyers avec une connexion internet dans la moyenne.

C’est hélas, pour le moment, la seule solution plus ou moins équivalente. Bien que certains objecteront qu’il est possible avec un peu de bidouillage de créer ce genre de chose dans une instance Google Cloud Platform, Amazon Web Services ou Microsoft Azure. Relevons aussi au passage Microsoft xCloud, annoncé il y a un an, et dont les premiers tests publics vont commencer cette année.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
PS5 : l’ouverture des précommandes se rapproche

La sortie de la PS5 n’est pas attendue avant le mois de décembre 2020 que de nombreux revendeurs teasent déjà l’ouverture des précommandes. Plusieurs enseignes proposent en effet de s’inscrire afin d’être averti lors du lancement des réservations pour la PlayStation…

Playstation Vita : Sony officialise l’abandon de la console portable

Version portable de la PlayStation 3, la PlayStation Vita n’a pas reçu l’accueil qu’elle méritait. Avec 16 millions de ventes, elle n’est plus produite depuis le début de l’année. Sony Interactive n’a cependant jamais officialisé son abandon. C’est désormais chose…

Resident Evil 3 Nemesis : des visuels inédits apparaissent sur le PSN

Le remake de Resident Evil 3 Nemesis se confirme avec l’apparition de visuels inédits sur le PSN. Ces images dévoilent l’existence de deux éditions du jeu mais aussi l’appellation définitive du Project Resistance, un titre exclusivement multijoueur révélé en septembre…

Playstation : Sony fête les 25 ans de la console

La Playstation fête ses 25 ans ce mardi 3 décembre 2019 jour pour jour. Afin de célébrer cet anniversaire, le président de Sony Interactive, Jim Ryan, a publié une déclaration pendant laquelle il revient sur tout le chemin parcouru. Le…

Stadia : comment jouer sur Android avec un smartphone rooté

Stadia reste officiellement réservé aux Google Pixel et une poignée d’appareils sous ChromeOS : les développeurs de XDA sont parvenus à contourner cette limitation sur tous les smartphones Android rootés. A priori rien ne différencie l’expérience utilisateur sur les Pixels…

Red Dead Redemption 2 débarque sur Steam le 5 décembre 2019

Le jeu Red Dead Redemption 2 sera disponible sur Steam à partir du 5 décembre 2019. Pile un mois après son arrivée sur PC, le jeu vidéo événement de Rockstar Games débarque enfin sur la plateforme de Valve.  Ce 27 novembre 2019,…

Xbox Games with Gold : les jeux gratuits de décembre 2019

Xbox Games With Gold permet à ses abonnés d’installer tous les mois  plusieurs jeux gratuits sur Xbox One et Xbox 360. Quelques heures après son rival Sony avec Playstation Plus, Microsoft a levé le voile sur la sélection du mois de décembre…

Stadia : les abonnés Pro auront deux jeux gratuits en décembre

Les abonnés Stadia Pro auront deux jeux gratuits supplémentaires en décembre 2019. Les joueurs pourront jouer gratuitement à Tomb Raider : Definitive Edition et Farming Simulator 2019. Si vous les avez déjà achetés, Google vous invite à vous faire rembourser….