TF1 : Free passe un accord, Orange va payer plus de 10 millions d’euros, le point sur la situation

Maj. le 25 avril 2018 à 22 h 41 min

Le bras de fer entre TF1 et les diffuseurs touche à sa fin : après avoir bloqué les chaînes du groupe pour ses abonnés et ceux qui reçoivent la télé via le service TNT Sat, Canal+ a rétabli toutes les chaînes du groupe TF1 pour tous ses abonnés. En parallèle, un accord a été trouvé avec Orange, qui va payer plus de dix millions d’euros par an, comme avec Free, SFR et Bouygues Télécom. Les accords englobent les chaînes et les services enrichis comme le replay.

tf1 coupure chaines

L’affaire TF1 contre le reste du monde n’est pas encore terminée malgré l’apaisement apparent des tensions entre les différents acteurs du dossier. Canal+ affirme que le CSA lui a donné raison et qu’il n’a pas à payer pour les chaînes du groupe TF1. Après un mois de coupure, Canal+ a rétabli le signal des chaînes de TF1, à savoir TMC, TFX, TF1 Séries Films et LCI.

Les clients TNT Sat, CanalSat et box ont donc accès à toutes les chaînes TF1. Quant au service de replay MyTF1, il fait partie de l’offre TF1 Premium que tente de vendre le groupe média aux opérateurs. Il est indisponible chez tous les clients Canal. Pour l’heure, Canal+ n’est pas décidé à rétablir le replay avant d’avoir signé un contrat de diffusion jugé correct avec TF1.

TF1 et Orange ont trouvé un accord

Les choses se sont arrangées entre TF1 et Orange, qui ont signé un accord de diffusion. Orange a accepté de payer pour l’ensemble du package, qui comprend la diffusion des chaînes gratuites et les services enrichis associés TF1 Premium. Difficile d’affirmer si oui ou non l’opérateur va concrètement payer pour les chaînes en clair donc. Mais au total, Orange va payer plus de 10 millions d’euros par an à TF1, soit plus du double par rapport à l’ancien contrat. Le PDG d’Orange Stéphane Richard estime que le FAI a « laissé des plumes » dans cette affaire mais se dit tout de même relativement satisfait de l’issue du dossier.

Une clause indiquerait cependant que les tarifs peuvent être revus à la baisse si Free et Canal négocient un autre prix, ce qui pourrait vraisemblablement se produire. Pour résumer, les prix pourraient finalement s’aligner sur les plus bas obtenus par l’un des opérateurs. De son côté, TF1 va dépenser 7,5 millions d’euros par an pour participer aux coûts de transport des chaînes en clair.

Le gouvernement pourrait intervenir pour forcer la chaîne à rester gratuite chez Free et Canal+ comme l’annonce Françoise Nyssen, ministre de la Culture et de la Communication. Plusieurs pistes sont évoquées, comme obliger les chaînes à fournir le signal en prenant des dispositions législatives ou donner davantage de compétences au CSA, qui se verrait attribuer de nouveaux pouvoirs. Pour l’heure, le CSA semble plutôt du côté de TF1 et pourrait lui permettre d’exiger une rémunération. Un député affirme cependant que la demande de TF1 est illégale. Pour l’heure, on ignore donc encore de quel côté va se ranger le gouvernement.

Voici un récap’ des bouquets sur lesquels les chaînes de TF1 sont disponibles et ceux sur lesquels ils sont ou risquent d’être bloqués :

  • Bouygues : TF1 + Replay disponibles – un accord a été signé
  • SFR-Altice : TF1 + Replay disponibles – un accord a été signé
  • Orange : TF1 + Replay disponibles – un accord a été signé
  • Free :  TF1+ replay disponible- un accord a été signé
  • Canal+ : TF1 disponible + Replay indisponibles -négociations en cours
  • CanalSat :  TF1 disponible + Replay indisponibles -négociations en cours
  • TNT Sat : TF1 disponible + Replay indisponibles -négociations en cours

TF1 : pourquoi ça coince ?

Faisons un résumé rapide des épisodes précédents : tout commence fin 2015 avec l’arrivée de Gilles Pélisson à la tête du groupe TF1. Il cherche alors à diversifier les revenus de la chaîne en se reposant moins sur la publicité. Une ressource en érosion continue à cause de la TNT, mais aussi d’un changement plus profond dans la façon dont la télévision est consommée. Conscient que le mode de réception se déplace du traditionnel râteau version TNT vers les box des opérateurs, TF1 a alors entrepris de trouver des moyens de faire payer ces derniers.

La somme de 100 millions d’euros au total a été évoquée par Michel Saada, le patron du groupe Canal. Un montant extrêmement élevé que TF1 justifie de deux manières. D’un côté, les opérateurs doivent leur succès aux chaînes gratuites qu’ils diffusent, au premier rang desquelles TF1. Le même raisonnement semble valoir pour l’offre du groupe Canal. De l’autre TF1 propose une nouvelle offre de services replay qu’il souhaite faire payer. Pour les opérateurs, le montant est insoutenable, et la situation s’envenime rapidement.

Il y a tout de même deux opérateurs qui finissent par signer. D’abord Bouygues, mais ce n’est pas une surprise vu que c’est l’actionnaire majoritaire du groupe. Puis SFR, dans un contexte difficile pour l’entreprise, qui en contrepartie va devoir proposer SFR Sport sous un nouveau nom à Bouygues, entre autres. Là où ça se passe plus mal c’est avec le groupe Canal, qui après des mois de négociations infructueuses a décidé de couper TF1. Avant de rétablir l’accès aux abonnés TNT par satellite puis aux abonnés box. Alain Weill, le patron de SFR-Altice et de BFM TV pense que le conflit sera bientôt terminé. Les chaînes gratuites sur la TNT ne pouvant pas se permettre de faire payer les distributeurs.

TF1 : quel impact sur les audiences de la chaîne ?

Selon les chiffres de Médiamétrie pendant la coupure de Canal+, TF1 a perdu en moyenne 12,3% de son audience. Des chiffres en diminution progressive à mesure que le blocage s’est maintenu. Sans doute parce que ceux qui souhaitaient regarder TF1 ont progressivement trouvé un autre moyen de le faire. Selon les chiffres finaux de Médiamétrie pour le mois de mars, TF1 a d’ailleurs gagné 1% d’audiences malgré la coupure par Canal+. Même son de cloche du côté des autres chaînes du groupe : aucune baisse n’a été enregistrée.

Mais la sociologie des abonnés Canal n’est pas forcément la même que celle des abonnés chez d’autres opérateurs. Notamment chez Free, une audience plus jeune. Orange est quant à lui, de très loin, le premier fournisseur d’accès à internet de France.Pour se donner un ordre de grandeur, Free et Orange représentaient fin 2016 63% des abonnements internet fixe.

Or, fin 2017, plus de 60% de français regardaient la télévision via leur offre internet. La perte d’audience aurait été assez importante en cas de coupure sur les Freebox et chez les abonnés Canal. De quoi potentiellement impacter durement les recettes publicitaires de la chaîne. L’autre problème pour TF1 avec un tel scénario de coupure, c’est le risque que la frange la plus jeune des téléspectateurs en profite pour prendre de nouvelles habitudes. Mais les dernières déclarations chez Canal font penser que cela ne devrait pas arriver, à moins d’un nouveau regain de tension entre les acteurs.

Free et TF1 signent un accord : pas de coupure sur les Freebox

Fin mars, le contrat de diffusion entre Free et TF1 est arrivé à son terme. Comme Canal, l’opérateur n’était pas enclin à payer ce qu’il désire à TF1. Les deux entreprises jouaient les prolongations depuis la fin de leur contrat de diffusion fin mars. Free et TF1 ne parvenaient  pas à s’entendre sur la somme. « Les discussions avancent » expliquait le Figaro, « mais elles achoppent sur les montants ». Ce 19 avril 2018, nous apprenions tout de même que les négociations entre Free et TF1 sont désormais « très avancées ».Et c’est une bonne nouvelle pour Free : selon une étude, 300 000 abonnés Freebox sont prêts à résilier en cas de coupure de TF1.

Aux dernières nouvelles, TF1 réclamait à Free une somme similaire à Orange, mais s’est finalement montré un peu moins gourmand devant l’intransigeance de Free. En guise de provocation, Xavier Niel s’est dit prêt à facturer TF1 un euro par mois à ses abonnés Free.

Free exige des garanties concernant la gratuité des chaînes diffusant leur signal sur la TNT. Maxime Lombardini s’est entretenu avec le CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel) dans le cadre d’une audition et le cadre de l’opérateur a réitéré sa volonté de ne pas payer de redevance aux chaînes de TV. Lors d’une audition auprès de l’Assemblée Nationale, le CSA a annoncé son soutien à TF1. Nicolas Curien a ainsi demandé à la chaîne et aux opérateurs de trouver « un meilleur partage de valeur » et a ajouté que la chaîne n’est pas forcée de rester gratuite.

Maxime Lombardini n’avait néanmoins pas dit son dernier mot. Le dirigeant de Free a une nouvelle fois fait part de ses exigences lors d’une entrevue de avec la Commission des affaires économiques. L’homme a demandé au gouvernement de légiférer avant de tacler TF1, en suggérant que les chaînes de la TNT n’ont pas d’avenir face à l’arrivée du très haut débit.

Finalement, malgré les piques du dirigeant d’Iliad, Free a signé un accord de diffusion global avec TF1. Comme l’accord d’Orange, le deal prend en compte les chaînes gratuites sur la TNT de TF1 mais aussi les services enrichis du groupe, comme le replay. On ignore quel est le montant négocié entre les deux firmes.

L’issue de cette affaire est encore floue du côté de Canal, qui montre des signes d’apaisement mais n’apparaît toujours pas prêt à céder aux exigences de TF1. Si les négociations continuent de traîner, l’un des deux acteurs pourrait de nouveau perdre patience et choisir de mettre encore une fois la pression sur l’autre. Pour le moment, c’est le statu quo qui domine.

La marge de manœuvre de TF1est serrée puisqu’il ne peut pas se permettre de trop faire baisser les tarifs : Orange, Free et SFR demanderaient alors également un abaissement des tarifs. Et ça ne s’arrête pas là : les exigences de TF1 ont donné des idées aux autres. Le groupe M6, par exemple, a lui aussi demandé une rémunération supplémentaire dans la foulée. SFR a également fait part de son intention de demander à être payé lorsque le groupe aura bouclé le rachat de NextradioTV (BFM).

 

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Orange va lancer la 5G dans 4 villes de France dès 2019

Orange prévoit l’arrivée de la 5G dans 4 villes françaises dès 2019, a révélé Stéphane Richard lors du Show Hello. Alors que des tests en conditions réelles sont en cours dans plusieurs villes de France, l’opérateur se prépare pour l’avènement du réseau du futur…

SFR pire opérateur ? Son PDG critique le rapport de l’Arcep

SFR est pointé du doigt dans un rapport de l’Arcep, qui l’a désigné comme le pire opérateur en termes de satisfaction client. Son PDG Alain Weill a contesté les résultats et la légitimité de l’Autorité devant le Sénat, critiquant notamment…