Mate 30 sans Play Store : Huawei estime que c’est « mauvais pour Google »

Le Mate 30 est privé du Play Store et des services de Google. Pour télécharger des applications, les utilisateurs devront se rabattre sur App Gallery, la boutique en ligne du groupe chinois. D’après Huawei, cette situation représente une mauvaise nouvelle pour Google. 

huawei mate 30 sans play store mauvais google

Ce jeudi 19 septembre 2019, Huawei a levé le voile sur les Mate 30. Suite au décret de Donald Trump promulgué en mai dernier, le constructeur chinois n’a pas pu obtenir de licence Android. Les deux smartphones sont donc dépourvus des services Google ou des applications de la suite G Suite (Play Store, Google Maps, Google Calendar, etc…). Pour le moment, les Mate 30 ne sortiront donc pas en France. Lors d’une conférence en marge de la présentation à Munich, Richard Yu, PDG de la division mobile, a longuement évoqué la situation, rapportent nos confrères de GSMArena.

Lire également : notre prise en main des Mate 30 de Huawei

Huawei estime que son alternative au Play Store est une mauvaise nouvelle pour Google

Pour le dirigeant, l’absence du Play Store ne devrait pas être un problème pour les utilisateurs. « Il existe de nombreuses applications tierces et des endroits où vous pouvez télécharger n’importe quelle application » assure Richard Yu. En clair, les acheteurs sont libres d’installer n’importe quelle application Google en passant par un site comme APK Mirror par exemple. Comme prévu, Huawei vous laisse libre d’installer le Play Store sur votre Mate 30.

De plus, Huawei propose aux utilisateurs de télécharger leurs applications en passant par App Gallery, sa propre boutique. Véritable alternative chinoise au Play Store, l’application est intégrée par défaut aux smartphones de la marque depuis les P20 et compte 270 millions de visiteurs mensuels actifs. A terme, Huawei estime qu’App Gallery sera en mesure de grignoter les parts de marché du Play Store. « Ce n’est pas bon pour Google » assène Yu. « Nous avons contribué à de nombreuses entreprises américaines » souligne le dirigeant.

Pour accélérer le développement de sa boutique, Huawei a sorti l’artillerie lourde. Le groupe permet aux développeurs de conserver jusqu’à 85% des revenus générés par leurs applications sur App Gallery. Huawei ne réclame donc que 15% des bénéfices. De son côté, Google demande une commission de 30%. « Nous n’avons pas d’autre choix … nous avons été obligés de le faire … les entreprises, les partenaires et les opérateurs nous comprennent également » explique Richard Yu. Pour l’heure, la firme aurait déjà fédéré jusqu’à 560 000 développeurs.

Huawei devrait progressivement commercialiser les Mate 30 sur certains marchés précis. Sans surprise, la gamme sera d’abord vendu en Asie avant de débarquer au Moyen-Orient. Il n’est pas impossible que les smartphones soient ainsi disponibles en France d’ici la fin de cette année 2019. On vous en dit plus dès que possible sur le sujet. Partagez-vous l’opinion de Richard Yu ? App Gallery va-t-il faire du tort à Google ? On attend votre avis dans les commentaires.

Source : GSMArena

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Huawei : Donald Trump accepte de lever une partie des sanctions

Donald Trump a finalement accepté de lever une partie des sanctions à l’encontre de Huawei. En marge d’un nouveau sommet entre Washington et Pékin, le président américain a décidé d’accorder des licences de vente à certaines sociétés américaines. Dans ces conditions, le…

Huawei promet que la 6G sera 100 fois plus rapide que la 5G

Huawei assure que le futur réseau 6G sera 100 fois plus rapide que la 5G, dont le déploiement en est encore à ses balbutiements. Lors d’une interview, Richard Yu, PDG de la division mobile de la firme, a pour la première fois…

Huawei et Qualcomm peuvent de nouveau faire affaire malgré les sanctions

Huawei peut de nouveau s’approvisionner chez Qualcomm malgré les sanctions : le fondeur américain vient en effet d’obtenir une licence du gouvernement américain et compte bien sécuriser un contrat d’approvisionnement pluriannuel. Néanmoins des limites restent en place sur ce que…