Libra : Mark Zuckerberg défend la cryptomonnaie de Facebook

 

Libra ne doit pas susciter d'inquiétudes, estime Mark Zuckerberg. Le patron de Facebook explique que le projet est sûr, stable et bien régulé. Il s'en est assuré en tissant des partenariats avec des poids lourds de la tech, des télécoms et du paiement. Mais les gouvernements et banques centrales ne l'entendent pas de cette oreille.

libra facebook

Libra, la cryptomonnaie de Facebook, suscite beaucoup d'inquiétudes depuis son annonce il y a quelques semaines. Lors d'une conférence téléphonique avec des analystes financiers visant à revenir sur les résultats financiers du groupe pour le deuxième trimestre 2019, Mark Zuckerberg a défendu son projet, rapporte l'AFP (via La Tribune). “Nous voulons fournir un produit sûr et stable et bien régulé. Cela a toujours été notre stratégie et nous continuerons à engager un dialogue”, a-t-il fait savoir.

Libra : Mark Zuckerberg promet une cryptomonnaie sûre, stable et bien régulée

Il met en avant le fait de s'être entouré de partenaires prestigieux, notamment du monde de la tech et télécoms (Iliad, Spotify, Uber, Vodafone…) et du paiement (Visa, Mastercard, PayPal) pour réaliser cet ambitieux projet. “Il y a quelques années, Facebook aurait probablement juste tenté de lancer son propre produit tout seul”, a-t-il admis. Mais la formation d'un tel consortium limite les risques d'abus et de défaillance.

Lire aussi : Facebook Libra : voici tout ce qu’il faut savoir sur la nouvelle cryptomonnaie

Si Mark Zuckerberg est contraint d'agir ainsi, c'est qu'il s'est fait (une nouvelle fois) de nombreux ennemis avec le projet Libra. Dès son annonce officielle, le ministre français de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire assurait qu'il est hors de question que Libra soit une monnaie souveraine. Il faisait part de ses craintes quant au fait qu'elle puisse entrer en concurrence avec les monnaies des banques centrales et sur sa fiabilité. Il a d'ailleurs évoqué le sujet lors du G7 Finances qui se tenait à Chantilly les 17 et 18 juillet 2019 et a convaincu ses homologues d'agir.

Aux États-Unis, le Congrès exige que Facebook suspende immédiatement son projet de cryptomonnaie Libra. Leur argument : avec une base de plus de deux milliards d'utilisateurs, Facebook pourrait chambouler la finance mondiale, ce qui ne peut être laissé faire sans surveillance à des groupes privés. De son côté, Donald Trump menace de réguler les cryptomonnaies au sens large, incluant Libra bien sûr mais aussi Bitcoin et les autres.

Source : La Tribune



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !