Les Etats-Unis et l’Europe peuvent-ils empêcher Huawei de devenir numéro 1 ?

La dynamique semble irrésistible : Huawei Mobile progresse d’année en année en parts de marché, et compte même décrocher la première place en nombre de ventes de smartphones à l’horizon 2020. Pour autant des défis attendent le constructeur, à qui les Etats-Unis et l’Union Européenne, entre autres, reprochent ses liens supposés avec le gouvernement chinois. De quoi voiler les roues du carrosse ? Pas si simple…

Huawei

EDITORIAL – Il y a encore peu, lorsque les géants chinois s’internationalisaient, ils s’intéressaient plutôt aux marchés émergents qu’aux marchés développés. Une manière d’écouler des volumes importants sans nécessairement se plier aux mêmes contraintes légales et environnementales… pourtant Huawei a depuis longtemps choisi une autre voie, beaucoup plus ambitieuse : devenir une marque mondiale, devenir numéro 1 dans toutes ses activités et en particulier dépasser Apple et Samsung en tant que constructeur de smartphones. Et force est de constater que Huawei fait efficacement progresser ses objectifs. Très vite.

Dès le départ, la partie était pourtant loin d’être gagnée. Les produits en provenance de Chine, en particulier les appareils électroniques, trainaient une réputation de low-cost. Le nom de marque elle-même, difficile à prononcer, n’était pas nécessairement un atout alors qu’Huawei était quasiment inconnu du grand public au milieu des années 2000 – au moment de la sortie des premiers smartphones. Pourtant à cette période Huawei avait déjà bien commencé à placer ses pions sur l’échiquier.

Comment Huawei s’est internationalisé

Ses ambitions en direction de l’Ouest semblent commencer en 1997 – Huawei alors déjà acteur majeur, depuis les années 1980, de la modernisation des réseaux de télécommunication chinois, gagne un contrat dans la nouvelle région administrative spéciale de Hong Kong (la péninsule est alors tout juste rétrocédée à la Chine). Dès 1998, la firme passe un contrat avec IBM. Un an plus tard Huawei ouvre un premier centre de recherche et développement en Inde, à Bangalore – pour y développer la partie logicielle d’équipements réseau.

La cadence s’accélère en 2000. Le constructeur fait grimper son volume d’exportation et ses ventes à l’international atteignent alors l’équivalent de 88 millions d’euros (100 millions de dollars). La même année, Huawei installe son premier centre de recherche et développement européen à Stockholm en Suède – une première pour un constructeur d’équipements réseau chinois. L’année suivante, la firme ouvre quatre (!!) centres de R&D aux Etats-Unis, et rejoint l’Union Internationale des Télécommunications (UIT).

En 2002, ses activités à l’international rapportent déjà à Huawei l’équivalent de 486 millions d’euros, soit 5 fois plus qu’en 2000. Les années suivantes, le constructeur remporte divers contrats majeurs principalement dans les infrastructures réseau. La firme noue un contrat avec Telfort (Pays-Bas) en 2004, pour développer son réseau 3G – quelques mois plus tard, les revenus issus de l’international dépassaient ceux réalisés en Chine.

En 2005, la firme signe un accord international majeur avec Vodafone – opérateur britannique qui possède des opérateurs dans 25 pays et est partenaire d’autres opérateurs dans 47 autres pays. Huawei signe alors un contrat avec British Telecom pour développer son infrastructure. En 2008, Huawei ouvre avec Optus un nouveau Centre d’innovation à Sydney en Australie. La même année, le géant chinois remporte un énorme contrat avec l’opérateur américain TELUS et le canadien Bell Canada pour développer la prochaine génération de réseaux sans fil.

Lire aussi : Huawei vs Samsung – le Chinois peut-il devenir 1er constructeur de smartphones au monde ?

Huawei commence dès 2010 à se constituer de l’avance sur la concurrence

Un tournant dans l’histoire du constructeur, c’est sans doute l’année 2009. Huawei fournit alors à l’opérateur norvégien TeliaSonera l’une des toutes premières infrastructure réseau 4G. La même année, Huawei affiche des résultats financiers exceptionnels : ventes annuelles équivalentes à 19,18 milliards d’euros et un bénéfice net de 2,34 milliards d’euros. Le magazine Fortune l’inclut la même année dans sa liste Global Fortune 500 des entreprises les plus puissantes au monde.

L’entreprise redouble alors d’efforts en termes de communication. Avec des sponsoring dans la pop culture, par exemple en finançant la tournée des Jonas Brothers en 2013. Des contrats commencent dans le même temps à être noués avec les opérateurs pour distribuer ses smartphones, comme l’Ascend Y300. Dès lors, Huawei poursuit sa quête de contrats, le développement de smartphones et ses efforts en communication.

En 2018, Huawei est déjà le premier équipementier réseau dans le monde, c’est un acteur incontournable. C’est aussi l’année où l’entreprise devient le 2e constructeur de smartphones au niveau mondial devant Apple. L’aboutissement d’une stratégie payante, avec des produits plus innovants que la concurrence à des prix raisonnables sans être nécessairement bas. Huawei veut rimer avec qualité et conception soignée.

Le P20 Pro a marqué les esprits

Son P20 Pro représente un autre tournant : c’est le moment où Huawei lance pour la première fois une tendance suivie par l’industrie. Celle d’un smartphone doté de 3 capteurs photo et d’un SoC optimisé pour l’intelligence artificielle, pour prendre de meilleurs clichés que les smartphones concurrents. C’est une réussite, et un succès critique. Nous sommes complètement tombés sous le charme de ses photos de nuit lors de notre test.

Depuis, d’autres constructeurs comme Samsung sont en train de passer à trois voire davantage de capteurs photo utilisés simultanément lors de la prise de vue. On prête à Apple, que Huawei vient de dépasser en volumes de ventes, la même intention pour son iPhone XI. Huawei essaie également de surprendre : contrairement à ses concurrents qui ont adopté des cycles d’innovations « Tick-tock », c’est à dire une nouvelle génération suivie d’une simple mise à jour l’année suivante (avec relativement peu de changements), la marque semble désormais changer de design à chaque nouveau smartphone.

Lire aussi : Avec le Mate 20 Pro Huawei oblige Apple et Samsung à vite réagir

En plus de fabriquer les smartphones Huawei maîtrise aussi la partie SoC avec ses Kirin. Sur cette partie encore, Huawei a su marquer les esprit en lançant le premier SoC ARM gravé en 7 nm, juste avant Apple et son A12 Bionic.

Des succès qui inquiètent les Etats-Unis et depuis peu l’Europe

La méfiance envers Huawei n’est pas nouvelle. D’abord parce que l’histoire du constructeurs – comme d’autres entreprises occidentales, soulignons-le – est entachée par des affaires d’espionnage industriel. Cisco, SuperComm, Motorola, T-Mobile font partie des noms qui ont porté plainte contre la firme pour de histoires de propriété intellectuelle.

Mais c’est surtout depuis que la firme cherche à réaliser des fusions-acquisitions en occident, que les autorités des deux côtés de l’Atlantique s’inquiètent. En 2005, Huawei tente en effet de fusionner avec la firme britannique Marconi – convoitée également par ZTE, Alcatel et Siemens. L’enjeu, c’est alors son portefeuille de brevets, jugé stratégique. La perspective que des entreprises chinoises fassent main basse sur des entités stratégiques provoque un vif débat à la chambre des communes. En 2009 le Joint Intelligence Committee britannique mentionne les équipements Huawei comme potentielle menace pour la sécurité.

3Leaf, 3Com, contrat avec Sprint… le même débat a lieu quelques années plus tard aux USA et les autorités commencent alors à parler également d’enjeu sécuritaire. Un rapport militaire transmis au Congrès américain s’inquiète des risques d’espionnage liés aux équipements réseau Huawei. Dans une lettre ouverte en 2011, Huawei affirme que ces craintes sont « infondées et ne sont pas prouvées » et appelle le gouvernement américain à mener l’enquête sur n’importe quel aspect de son business.

Lire aussi : Huawei dément être un espion du gouvernement chinois

Huawei, l’interdit

Mais le mal est déjà fait : tous les investissements importants de Huawei aux Etats-Unis se transforment en romans politico-médiatiques. Et en 2018, dans l’Amérique de Trump, le gouvernement interdit l’utilisation d’équipements Huawei dans les administrations. Puis la FCC finit par recommencer aux citoyens américains de ne plus utiliser de produits Huawei. La marque finit par jeter l’éponge et réduire ses ambitions à moyen-terme sur le marché américain.

Les pays du Five Eyes (USA, Canada, Grande-Bretagne, Australie et Nouvelle-Zélande) ont tous décidé de ne pas avoir recours à Huawei pour déployer le réseau 5G jugé stratégique. La même année, la méfiance envers Huawei gagne l’Europe continentale – bien que dans une moindre mesure. Il s’agit pour l’heure surtout e déclarations politiques de la Commission Européenne, avec des mesures différentes prises à la fois par certains Etats comme la Grande Bretagne et la République Tchèque qui ont interdit les équipements Huawei.

En France, le gouvernement se méfie lui aussi, sans donner d’instructions. Orange applique par exemple un « principe de précaution » en évitant d’utiliser les produits Huawei. Les autres opérateurs – Bouygues, SFR et Free – n’ont pas annoncé de mesure semblable et continuent d’utiliser un pourcentage plus ou moins élevé d’équipements Huawei.

Lire aussi : Huawei bientôt interdit dans toute l’Union Européenne ?

Ces menaces n'empêcheront pas la marque de progresser à un rythme soutenu

Le problème, c’est que malgré tout ce qui a pu être dit, Huawei a désormais une expertise réelle dans de nombreux domaines de la chaîne réseau. Pour les opérateurs, il sera compliqué de se passer totalement des équipements 5G du constructeur, ou à défaut de lui verser des royalties pour ses technologies. Aux Etats-Unis, où les derniers smartphones Huawei ne sont plus commercialisés, la demande des consommateurs reste forte – en particulier depuis la sortie des P20 et P20 Pro.

Or il reste pour l’heure tout à fait possible à ces derniers d’importer les smartphones. Par ailleurs, rien n’est immuable : même si Huawei a abandonné ses plans d’expansion à moyen terme aux Etats-Unis, cela ne signifie pas que la firme a tout à fait renoncé à ce marché à long-terme. Un changement d’administration plus favorable à la marque pourrait tout à fait déclencher un retour. Et la situation est encore loin d’être catastrophique sur le continent Européen, autre marché à fort enjeu.

Enfin, la marque reste encore dans une dynamique d’ascension, avec un fort potentiel : avec une présence dans 170 pays (avec un potentiel en cours de développement), rien ne semble pour l’instant vraiment en mesure d’enrayer la progression de la marque vers le sommet.

Lire aussi : Huawei accusé de vol de secrets commerciaux par les États-Unis, la guerre continue

Qu’en pensez-vous ? En complément d’information, nous vous proposons de revoir notre interview de Stéphane Curtelin, cadre chez Huawei France, autour de ce sujet :

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Meilleures applications Android gratuites en 2019

Vous recherchez une liste des meilleures applications Android gratuites en 2019 ? A côté des applications que tout le monde connaît (applications Google, Facebook, Twitter, et autres WhatsApp), il existe une multitude d’applications extrêmement pratiques et innovantes. Nous avons rassemblé…

NFC sur Android : à quoi ça sert et comment l’utiliser ?

Aujourd’hui, de très nombreux smartphones Android présents sur le marché sont équipés de puces NFC. Pourtant, cette technologie est encore relativement peu connu du grand public, qui a plutôt tendance à passer à côté sans savoir de quoi il en retourne. Il s’agit pourtant d’une fonctionnalité clé qui s’impose peu à peu dans plusieurs secteurs, à commencer par le paiement mobile.

Combien de RAM faut-il vraiment dans un smartphone Android en 2019 ?

Certains smartphones ne font plus vraiment dans la demi-mesure en termes de RAM. Le fait que les smartphones disposent aujourd’hui d’autant de RAM que de nombreux PC provoque, c’est selon, haussements d’épaules, gloussements, moqueries ou envie. Mais les avis sur…