Huawei dément être un espion du gouvernement chinois

Maj. le 16 janvier 2019 à 17 h 43 min

Ren Zhengfei, le fondateur de Huawei est monté au créneau pour la première fois depuis le début du conflit qui oppose la firme aux pays occidentaux. Ses sorties médiatiques sont très rares mais le contexte actuel est assez préoccupant pour le sortir de sa réserve habituelle. Il nie les accusations qui pèsent sur son groupe depuis plusieurs mois et affirme que Huawei n’espionne pas ses clients pour le compte du gouvernement chinois.

Président Huawei

Le fondateur et PDG de Huawei a accordé une interview à la presse dans le but de calmer la vague d’hostilités internationales qui secouent son entreprise depuis plusieurs mois. Celle-ci fait actuellement face à des accusations d’espionnage dans de nombreux pays. Des accusations qui ont conduit à l’arrestation en décembre dernier de la directrice financière de Huawei qui est aussi la fille du fondateur. Il pèse désormais sur l’entreprise une menace de bannissement dans toute l’Europe. Tout au moins pour ce qui concerne ses activités dans le domaine des télécoms et des infrastructures réseau.

Pour le fondateur de Huawei, l’entreprise n’espionne pas ses clients pour le compte du gouvernement chinois

Huawei a-t-il mis en place des dispositifs secrets qui pourraient compromettre la cybersécurité des pays partenaires ? Ces derniers l’accusent d’espionnage au profit du gouvernement chinois, chose que nie le fondateur du groupe : « Huawei est une entreprise indépendante, nous nous engageons à être du côté de nos clients en matière de cybersécurité et de protection de la vie privée », a déclaré Ren Zhengfei. Et d’ajouter que l’entreprise ne ferait « jamais de mal à une nation ou à un individu ».

« Huawei et moi-même n’avons jamais reçu de demande d’aucun gouvernement pour fournir des informations [inappropriées]». L’homme d’affaires de 74 ans précise que son entreprise « dirait certainement non à de telles requêtes ».

Il n’a pas manqué d’encenser les États-Unis en affirmant que Donald Trump était un « bon président » ou encore en déclarant toute son admiration pour Apple, notamment sur sa politique en matière de gestion de la vie privée de ses clients. « Apple est un exemple qui inspire en termes de protection de la vie privée. Nous allons apprendre de la firme ».

Cette sortie médiatique intervient alors qu’un employé de Huawei a été arrêté en Pologne il y a quelques jours pour une affaire d’espionnage. Cela commence à faire beaucoup pour le constructeur chinois qui continue d’avoir de grandes ambitions, notamment sur le marché des smartphones. Mais pour le moment, les menaces qui planent sur lui concernent davantage ses activités dans le domaine des infrastructures réseau, notamment la 5G.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Google Play Store : 17 000 applications Android vous espionnent en permanence

17 000 applications Android du Google Play Store espionnent leurs utilisateurs en permanence, révèlent des chercheurs en cybersécurité. En opposition totale avec les règles de confidentialité mises en place par Google, elles collectent les données de votre smartphone à votre insu. Leur but…

Des utilisateurs d’iPhone expliquent pourquoi il sont jaloux d’Android

Des utilisateurs d’iPhone ont recensé les principales fonctionnalités d’Android qui manquent sur iOS et qu’ils aimeraient voir débarquer sur le système d’exploitation d’Apple. Personnalisation, LED de notification, Google Assistant, partition d’écran et Always-On rendent jaloux les possesseurs d’iPhone. Si iOS…

Gilet jaune, slip, oignon : voici les 230 nouveaux emojis de 2019

La liste des 230 nouveaux emojis qui vont débarquer sur nos smartphones en 2019 a été publiée par le Consortium Unicode. Coïncidence, nos discussions pourront être agrémentées d’un gilet jaune désormais. Des vêtements (slip), animaux et aliments (oignon) rejoignent aussi…