Maj. le 15 janvier 2019 à 18 h 39 min

Huawei est une nouvelle fois dans la tourmente. Après l’arrestation d’un cadre de la firme pour espionnage, la Pologne demande d’exclure le constructeur chinois de tous les pays membres de l’Union européenne. 

huawei

Souvenez-vous : le 11 janvier dernier, le directeur de Huawei Pologne et un employé d’une filiale d’Orange ont été arrêté suite à de sérieux soupçons d’espionnage impliquant la Chine. Suite à cette arrestation, les bureaux de la firme chinoise en Pologne ont été perquisitionnés. L’enquête suit actuellement son cours.

La Pologne veut que l’UE statue sur le cas de Huawei

Joachim Brudzińsk, le ministre polonais de l’Intérieur, a en tout décidé de prendre le taureau par les cornes, rapportent nos confrères du Guardian. « Il existe des inquiétudes au sujet de Huawei au sein de l’OTAN. Il serait donc tout à fait logique d’avoir une position commune entre les États membres de l’UE et les membres de l’OTAN » estime le responsable. Néanmoins, « nous voulons garder de bonnes relations, soutenues et profitables pour tout le monde, avec la Chine » tempère le ministre.

Lire aussi : la France refuse de bannir le Huawei mais se méfie

Le ministre est en tout cas bien décidé à prendre des mesures immédiates sans attendre l’aval des autres pays membres de l’UE. La Pologne étudie en effet l’implication de Huawei dans l’avènement de la 5G. Suite à cette déclaration, la Norvège a annoncé son intention de « réduire sa vulnérabilité » vis à vis de la Chine en envisageant de restreindre son partenariat avec Huawei. Le groupe chinois fournit en effet au pays de l’équipement réseau. Le commissaire du marché unique du numérique, Andrus Ansip, estime de son côté que l’UE doit se méfier de Huawei et que les craintes de la Pologne sont légitimes.

Afin d’apaiser les esprits, Huawei n’a pas tardé à congédier Wang Weijing, le cadre arrêté pour espionnage en Pologne. « Huawei se conforme à toutes les lois et réglementations en vigueur dans les pays où elle opère, et nous exigeons que chaque employé respecte les lois et réglementations en vigueur dans les pays où il est basé » rassure le groupe chinois dans un communiqué de presse

Or, « les lois chinoises imposent aux sociétés privées ayant leur siège en Chine de coopérer avec les services de renseignement » met en garde l’agence tchèque de cybersécurité. Dans ces conditions, les pays de l’Union Européenne vont-ils continuer à faire confiance au constructeur ? Huawei pourrait-il bientôt être banni du marché européen ? On vous en dit plus dès que possible.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Huawei assure qu’Harmony OS va rivaliser avec iOS d’ici 2 ans

Huawei estime qu’Harmony OS, son alternative maison à Android, sera aussi répandue qu’iOS dans les deux années à venir. Lors d’une interview, Ren Zhengfei, le fondateur du groupe chinois, a longuement évoqué l’avenir de son OS mobile maison.  Fin du mois de septembre,…

Huawei : Donald Trump accepte de lever une partie des sanctions

Donald Trump a finalement accepté de lever une partie des sanctions à l’encontre de Huawei. En marge d’un nouveau sommet entre Washington et Pékin, le président américain a décidé d’accorder des licences de vente à certaines sociétés américaines. Dans ces conditions, le…

Huawei promet que la 6G sera 100 fois plus rapide que la 5G

Huawei assure que le futur réseau 6G sera 100 fois plus rapide que la 5G, dont le déploiement en est encore à ses balbutiements. Lors d’une interview, Richard Yu, PDG de la division mobile de la firme, a pour la première fois…