Orange n’utilisera pas d’équipement Huawei pour déployer la 5G en France

Orange ne prévoit pas d’utiliser d’équipement Huawei en France pour le déploiement de la 5G en France. L’opérateur qui n’utilisait déjà que très peu d’équipements du constructeur, ne s’interdit néanmoins pas d’utiliser du matériel Huawei dans d’autres marchés. Ericsson apparaîtrait comme l’équipementier de choix dans des tests effectués dans le marché hexagonal.

orange infrastructure reseau
Source : Wikipedia / Orange

L’opérateur Orange a confirmé dans les colonnes de Bloomberg qu’il n’utiliserait aucun équipement Huawei dans le déploiement de la 5G en France. Une annonce qui intervient sur fond de méfiance internationale à l’égard de l’équipementier chinois, qui trouve depuis peu écho au sein du gouvernement français. Orange est détenu à hauteur de 25,07% par l’Etat qui dispose encore de trois représentants au conseil d’administration sur un total de 15 membres.

Orange ne veut pas d’équipements Huawei pour déployer la 5G en France

Le constructeur chinois fait l’objet d’une méfiance accrue en France comme dans d’autres pays comme les Etats-Unis, Australie, Nouvelle-Zélande, Japon, Royaume Uni et Taiwan, à cause de soupçons selon lesquels Huawei intègrerait des portes dérobées à ses équipements à des fins d’espionnage. Cette décision ne préjuge néanmoins pas d’un bannissement de l’équipementier en France : les opérateurs concurrents que sont Altice et Bouygues Telecom utilisent des noeuds de réseau Huawei et dans une moindre mesure ZTE (eux aussi la cible de méfiance pour les mêmes raisons).

Par ailleurs Orange, qui n’utilisait déjà, selon le blog économique Lightreading, des équipements réseau Huawei qu’à la marge, se réserve le droit d’utiliser les solutions du constructeur chinois dans d’autres marchés dans lesquels l’opérateur est présent. Néanmoins, du fait de la part de marché d’Orange en France (plus de 40% sur les accès internet fixe et plus de 37% sur le mobile), cette décision devrait limiter l'emprise de Huawei sur le marché hexagonal. D’autant plus, d’ailleurs, si la 5G est un succès commercial lors de son lancement.

Lire aussi : tout ce qu’il faut savoir sur le réseau 5G

Plus largement, Orange préfère ne pas miser sur un seul équipementier

Au delà du cas Huawei, Lightreading rapporte qu’Orange aurait développé une politique en interne pour éviter d’utiliser des solutions bout-en-bout d’un seul constructeur pour ses équipements. Les premiers essais sur la 5G se reposaient ainsi sur des équipements de la firme suédoise Ericsson. Mais à Lille et Douai, Orange a également testé l’interopérabilité d’équipements de différents constructeurs. Lors de sa conférence Hello Show, Orange a annoncé que les premières offres d’abonnement 5G seraient lancées dans 17 villes européennes – dont 4 en France – dès 2019, avant un lancement commercial plus large début 2020.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Orange expérimente des box 5G pour remplacer la fibre

Orange teste des box qui profitent d’une connexion 5G. Ces nouveaux appareils s’annoncent comme des alternatives à la fibre pour livrer une connexion Très Haut Débit à certains territoires. En milieu de semaine dernière, Orange a présenté sa nouvelle box,…

Orange assure que la 5G ne sera pas plus chère que la 4G

Orange estime que les forfaits 5G ne seront pas forcément plus chers que les offres 4G actuelles. Pourtant, les internautes français se disent prêt à payer un abonnement plus cher pour profiter dès que possible du réseau du futur sur leur smartphone.  Avec…

5G : comment la tester avec Orange et Sosh

Orange et Sosh vont débuter des tests de 5G dans plusieurs villes pilotes. Ils font appel à des abonnés volontaires, qui possèdent des smartphones compatibles et déjà commercialisés, comme le Samsung Galaxy S10 5G. Orange et Sosh débutent les inscriptions…

Orange pourrait être coupé en deux, menace l’Arcep

Orange pourrait être forcé à voir ses activités réseau démantelées du reste du groupe si l’Arcep venait à perdre son pouvoir de sanction sur les opérateurs. C’est la menace formulée par le gendarme des télécoms dans un édito acerbe, suite…