Le créateur du Dogecoin estime que les cryptomonnaies sont des arnaques

 

Jackson Palmer, le co-fondateur du DogeCoin, assure sur Twitter que les cryptomonnaies ne servent qu'à “soutirer de l'argent à des gens naïfs”. Dans un thread publié sur le réseau social, le créateur de cette devise virtuelle expose l'ensemble de ses griefs contre le système et ses dérives.

dogecoin
Crédits : Unsplash

Le Dogecoin n'est pas vraiment une cryptomonnaie comme les autres. Lancée en 2013, cette devise virtuelle est en réalité une simple blague pensée par Billy Markus et Jackson Palmer pour se moquer justement des cryptomonnaies les plus populaires comme le Bitcoin, l'Ethereum ou le LiteCoin. Seulement, cette blague a rapidement pris de l'importance ces derniers mois, avec une communauté de plus en plus grande. En mai 2021, le Dogecoin affichait une valeur marchande de près de 40 milliards de dollars.

Et si Billy Markus gère toujours le Dogecoin, Jackson Palmer a rapidement vendu ses parts et laissé le milieu des cryptomonnaies derrière lui. Et il n'est pas prêt d'y revenir, comme en atteste son dernier thread publié sur Twitter. Répondant à une question d'un internaute concernant un éventuel retour dans la sphère crypto, l'ingénieur n'y est pas allé par quatre chemins : “sans hésiter, ma réponse est non”.

Sur le réseau social, Jackson Palmer en a profité pour s'insurger contre toutes les dérives de ce secteur, qu'il juge uniquement utile “pour soutirer de l'argent à des gens naïfs”. “Après les avoir étudiées pendant des années, j'en arrive à la conclusion que les cryptomonnaies constituent une technologie intrinsèquement de droite et hyper-capitaliste, construite pour augmenter la richesse de ses partisans grâce à un mélange d'évasion fiscale, de faibles régulations et de rareté artificielle”, assène-t-il d'emblée.

Le fondateur du Dogecoin tire à boulets rouges sur les cryptomonnaies

Pour le co-fondateur du Dogecoin, le caractère décentralisé des cryptomonnaies n'est qu'un mirage, un trompe-l’œil à l'heure où “le secteur est contrôlé par un cartel d'acteurs très aisés qui, avec le temps, ont évolué afin d'incorporer beaucoup d'institutions liées au système financier centralisé qu'ils affirmaient pouvoir remplacer”.

En outre, Jackson Palmer dénonce le manque de régularisation autour des cryptomonnaies, une position qu'il partage d'ailleurs avec la Banque de France. Selon lui, créer des organismes de contrôle permettrait justement de protéger les utilisateurs les plus vulnérables des dangers inhérents aux devises virtuelles.

À lire également : 3800 PS4 utilisées pour miner des cryptomonnaies ont été saisies

Vous avez perdu le mot de passe du compte où sont stockées vos économies ? C'est de votre faute. Vous avez été victime d'une arnaque ? C'est votre faute. Des milliardaires manipulent les marchés ? Ce sont des génies. Voilà le genre de capitalisme que cela crée : la règle du chacun pour soi”, assure-t-il. On note ici une référence probable à Elon Musk, connu pour faire la pluie et le beau temps concernant les cours du Bitcoin et du Dogecoin notamment.

Quoi qu'il en soit, il est vrai que Jackson Palmer pointe du doigt de nombreuses dérives du secteur, comme la multiplication des arnaques autour du Bitcoin, l'impact néfaste de cette activité sur de nombreux marchés à l'image de ces fermes de minage constituées de centaines de cartes graphiques, ou encore ces utilisateurs privés de leur portefeuille numérique après avoir perdu leur mot de passe.



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !