Test Motorola Edge 30 Pro : un très bon smartphone auquel il ne manque pas grand-chose

 
test motorola edge 30 pro
  • 799.99€
    Voir l'offre
  • 846€
    Voir l'offre
  • 865.99€
    Voir l'offre
  • 954.27€
    Voir l'offre

Un an après les Edge 20 et Edge 20 Pro, Motorola revient avec un nouveau smartphone haut de gamme. Calé sur un positionnement tarifaire premium, mais agressif, le Edge 30 Pro a, au regard de sa fiche technique, tout pour séduire la clientèle de OnePlus et Vivo. Mais est-ce qu’à l’usage, Motorola tient vraiment la comparaison avec la concurrence ? Réponse dans ce test complet.

Motorola Edge 30 Pro au meilleur prix
  • Fnac
    799€
    Découvrir l'offre
  • RueDuCommerce
    799€
    Découvrir l'offre
  • Cdiscount
    799€
    Découvrir l'offre
  • Darty
    799€
    Découvrir l'offre
  • Boulanger
    799€
    Découvrir l'offre
  • Rakuten
    799€
    Découvrir l'offre
Plus d'offres

test motorola edge 30 pro

La marque Motorola tente de revenir dans le « game » depuis 2020. Se reprenant en main, la marque voulait oublier cette période où elle manquait d’ambition et d’innovation, se concentrant sur son savoir-faire milieu de gamme qui a fait sa réputation en Amérique du Sud. Certes, le Razr 2019 a su cristalliser l’attention à son lancement. Mais Motorola n’a pas su convertir ce regain de visibilité dans les pays friands de modèles haut de gamme. Les Edge et Edge+ ont donc été les premiers-nés d’une nouvelle stratégie de reconquête.

Lire aussi – Test Samsung Galaxy S22 : un bon adversaire pour l’iPhone 13

Un an plus tard, les Edge 20 et Edge 20 Pro ont confirmé cette tendance. Le Edge 20 Pro, notamment, avec son capteur 108 mégapixels, son téléobjectif périscopique stabilisé avec zoom 5x et son Snapdragon 870 qui, certes, n’était pas aussi performant que le Snapdragon 888, mais offrait tout de même une bonne expérience. Nous l’avons pris en main et nous avons réalisé un test complet de son petit frère. Et la conclusion est la même : ce sont des produits qui gagneraient à être mieux reconnus.

Pour améliorer l’image vieillissante de Motorola, il faudra certainement un produit « électrochoc » pour réveiller les consommateurs. Nous pensions que le Moto G200 aurait pu être ce produit. Mais il pâtit de quelques petits défauts difficiles à pardonner, malgré un prix de vente extrêmement agressif. Alors qui pour porter fièrement les Batwings ? Peut-il s’agir du Edge 30 Pro, présenté le même jour que le Find X5 Pro et successeur du Edge 20 Pro ? C’est ce que nous allons découvrir dans ce test complet.

Fiche technique

 Motorola Moto Edge 30 Pro
Dimensions163,1 x 76 x 8,8 mm
Poids193 grammes
Ecran6,7 pouces pOLED
Ratio 20:9
Definition Full HD+ (1080 x 2400)
Résolution 395 ppi
Rafraichissement 144 Hz
Echantillonnage 360 Hz
HDR10+, DCI-P3
ChipsetQualcomm Snapdragon 8 Gen 1 (4 nm)
OSAndroid 12
RAM12 Go
Stockage256 Go
microSDnon
Capteur principalPrincipal :
50 MP
f/1.8
Autofocus omnidirectionnel
Stabilisation optique

Ultra grand angle :
50 MP
f/2.2
angle de vue 114°

Calcul des distances (portraits) :
2 MP
f/2.4

vidéo 8K @ 30 ips, 1080p @ 60 ips
Capteur selfie60 MP
ouverture f/2.2
Batterie4800 mAh
Charge rapide 68W
Charge sans fil 15W
5GOui
ConnectivitéWiFi 6e
Bluetooth 5.2
NFC
Ready For
Mini port jack 3,5 mmnon
BiométrieScanner d’empreinte sur la tranche
Résistance à l'eauProtection contre les éclaboussures (IP52)

Prix et disponibilité

Le prix du Edge 30 Pro est assez agressif : 799 euros. Il se positionne donc face à des cadors du rapport qualité-prix haut de gamme, comme Oppo, Vivo, Xiaomi ou Asus. Le smartphone est légèrement moins cher qu’un iPhone 13 Mini et qu’un Galaxy S22, tout en offrant une taille d’écran plus grande et une batterie plus volumineuse. Nous notons cependant une augmentation du prix vis-à-vis du Edge 20 Pro qui était proposé à 699 euros. Nous verrons dans ce test comment Motorola justifie cette hausse tarifaire.

test motorola edge 30 pro

Il n’existe qu’une seule configuration du smartphone en France. Elle est affublée de 12 Go de mémoire vive et de 256 Go de stockage interne. Soit autant que des smartphones beaucoup plus chers, comme le Find X5 Pro. Bien sûr, RAM et stockage ne font pas une fiche technique. Mais sur ce point, Motorola se met à niveau de la concurrence. En outre, il n’y a qu’une seule couleur en France : le bleu pétrole. La version blanche n’est pas distribuée en France.

Le Motorola Edge 30 Pro a été officialisé le 24 février 2022. Aucune date de sortie précise n’a alors été annoncée. À l’heure où nous écrivons ces lignes, Motorola annonce une disponibilité du produit début mars 2022. Il sera distribué dans la boutique en ligne de la marque, ainsi que chez les opérateurs et les enseignes habituelles.

test motorola edge 30 pro

Dans la boite du Edge 30 Pro, vous retrouvez un pack complet. Plus complet que n’importe quel autre smartphone sur le marché, que ce soit en haut de gamme ou en entrée de gamme. Il y a bien évidemment un câble USB type-C vers USB type-C. Il y a aussi une coque de protection en plastique transparent. Il y a également un chargeur 68 watts (68,2 watts précisément). C’est la puissance maximale acceptée par le smartphone. Enfin, vous retrouvez une paire d’écouteurs intra-auriculaires. Nous en reparlerons dans la partie audio de ce test. Jusque-là, Motorola nous gâte !

Motorola Edge 30 Pro au meilleur prix
  • Fnac
    799€
    Découvrir l'offre
  • RueDuCommerce
    799€
    Découvrir l'offre
  • Cdiscount
    799€
    Découvrir l'offre
  • Darty
    799€
    Découvrir l'offre
  • Boulanger
    799€
    Découvrir l'offre
  • Rakuten
    799€
    Découvrir l'offre
Plus d'offres

Design

Commençons ce test avec le design du téléphone. Avec une première remarque : l’ergonomie est très sage. Il n’y a pas d’exubérance dans ce produit. Pas de cuir vegan pour habiller la coque. Pas de moulage audacieux pour masquer la protubérance du module photo. Pas de zones tactiles sur les tranches pour transformer ce téléphone en console de jeu portable. De même pour les matériaux : verre Corning Gorilla 3 à l’avant et Gorilla 5 à l’arrière, polycarbonate pour le châssis et les tranches.

test motorola edge 30 pro

Motorola a visiblement fait des économies sur les matériaux pour baisser le prix de vente. Cependant, le design du Edge 30 Pro n’est pas banal non plus, notamment à l’arrière. La coque y est incurvée sur les côtés. Et elle se pare d’une jolie couleur qui change en fonction de l’angle de vue. Parfois bleu. Parfois vert. Sombre au centre et plus clair sur les bordures. Notez que cet habillage est mat : il ne retient pas les traces de doigts. Et il est très doux au toucher.

test motorola edge 30 pro

Au dos, nous y retrouvons bien sûr le célèbre logo de la marque (les Batwings), ici dans un cercle brillant, et la griffe de Motorola en bas. Nous ne sommes pas sûrs que cette seconde était nécessaire. Dans le coin supérieur, vous retrouvez un module photo ovoïde dont la protubérance n’est pas égale sur toute la surface : elle est très fine sur les côtés et plus prononcée au centre. Vous y retrouvez trois objectifs, un double flash LED et un microphone.

test motorola edge 30 pro

Le châssis en plastique est bien travaillé : plus épais sur les tranches inférieure et supérieure, ainsi qu’à l’emplacement des touches matérielles et plus fines sur les tranches latérales. Les éléments techniques sont en revanche très classiques : mise en marche et contrôle du volume à droite, haut-parleur principal, port USB type-C, microphone principal et tiroir de SIM en bas, ainsi que micro secondaire pour la réduction de bruit active en haut.

test motorola edge 30 pro

Petit point négatif : le positionnement des boutons est assez élevé sur la tranche de droite. C’est notamment le cas du contrôle du volume sonore qui est bien plus élevé que le pouce, contrairement à d’autres marques. C’est d’autant plus un problème ici que le lecteur d’empreinte est situé dans le bouton de mise en marche (et non sous l’écran). Il est assez difficile de positionner de façon ergonomique le bouton de mise en marche et le contrôle du volume sur la même tranche. Nous en avons la preuve ici. En revanche, le lecteur d’empreinte digitale est assez rapide.

test motorola edge 30 pro

À l’avant, vous retrouvez une belle dalle bien plate avec un poinçon au centre de la bordure supérieure pour le capteur selfie. Entre cette bordure et le contour en polycarbonate, vous retrouvez l’écouteur téléphonique qui intègre aussi le haut-parleur principal. Les bordures autour de l’écran ne sont pas très fines. Mais elles ne sont pas grossières non plus. Le Edge 30 Pro reprend la largeur et la longueur de son prédécesseur, mais il est 0,8 mm plus épais. Il est également 10 grammes plus lourd. Dernière remarque enfin sur le design, le Edge 30 Pro n’est pas totalement étanche. Il est en revanche protégé contre les éclaboussures (certification IP52).

Écran

Regardons un peu plus précisément l’écran du Edge 30 Pro. Celui-ci est très, très, très proche de celui du Edge 20 Pro. Nous y retrouvons la même taille, la même définition, le même taux de rafraichissement et la même technologie d’éclairage. Y a-t-il des améliorations ? Non. Mais fallait-il en attendre ? Non plus. Pourquoi ? Parce que l’écran du Edge 20 Pro était déjà relativement bon, même s’il n’était pas parfait.

test motorola edge 30 pro

Nous en retrouvons donc ici les mêmes qualités et les mêmes attributs. D’abord une grande taille d’affichage : 6,7 pouces. Ensuite une belle définition Full HD+ : 1080 pixels de largeur et 2400 pixels en hauteur. Pour une résolution de 393 pixels par pouce. Il s’agit d’une résolution dans la moyenne, bien suffisante pour pratiquement tous les usages du quotidien. Oui, il y a mieux. Mais opter ici pour une dalle Quad HD aurait grevé l’autonomie. En outre, cela aurait eu un impact sur le prix.

Le taux de rafraichissement maximal de la dalle est de 144 Hz. Soit l’un des meilleurs taux aujourd’hui. Il y a trois réglages proposés : 60 Hz, 144 Hz ou automatique (par défaut). Ce dernier change le taux de rafraichissement en fonction du contenu. Plus rapide pour la navigation web. Moins rapide pour les films. La fréquence d’échantillonnage est de 360 Hz. Soit un peu plus de deux fois le rafraichissement maximal. Ce qui est très correct.

test motorola edge 30 pro

La nature de la dalle est pOLED. Il s’agit donc d’une dalle LG Display. Elle affiche plus d’un milliard de couleurs différentes (colorimétrie 10-bit). Elle est compatible HDR10+. Elle profite de deux profils colorimétriques : naturel (sRGB) et saturé (DCI-P3). Le premier est le plus respectueux des couleurs à en croire notre sonde. Le Delta E est de 2. La température moyenne est de 6433°. Et le gamma moyen est de 2,1. Ce sont de bons résultats.

Le mode saturé est moins respectueux. Le Delta E monte à 3,8 tandis que la température moyenne passe au-dessus des 7200° (pour un blanc qui prend une teinte bleutée) et le gamma moyen atteint les 2,2. Un petit curseur vous permet de contrebalancer cela en forçant un peu plus sur le rouge.

test motorola edge 30 pro

Enfin, la luminosité de la dalle est annoncée à 500 nits en usage normal. Nous avons mesuré entre 471 et 488 nits en manuel, selon le mode d’affichage des couleurs. Bien sûr, cela augmente avec le réglage automatique et si vous êtes en extérieur. Contrairement à Samsung, Motorola ne propose pas (encore ?) de réglage permettant d’augmenter manuellement la luminosité de l’écran au-delà d’une certaine limite.

Interface

Une fois le Edge 30 Pro allumé, vous arrivez sur une version presque « stock » d’Android 12. Motorola est assez fier d’être l’une des seules marques de smartphones à ne pas dénaturer l’expérience d’Android avec une surcouche (comme One UI) ou une ROM customisée (comme ColorOS, MIUI ou Funtouch). Ainsi, vous avez une première impression de sobriété et de fluidité. Le système n’en est pas moins complet, puisque Motorola ajoute quelques petites surprises pour améliorer la prise en main.

test motorola edge 30 pro

Ces petites surprises, vous les retrouvez dans le menu « paramètres », puis dans l’onglet « système » et « gestes ». Ce sont quelques raccourcis intelligents pour accéder à des fonctions utiles au quotidien. Agitez deux fois le smartphone pour ouvrir la lampe torche. Effectuez deux rotations du smartphone pour ouvrir l’application photo. Effectuez un aller-retour dans la largeur de l’écran avec le doigt pour activer le mode multifenêtre. Tapotez deux fois le lecteur d’empreinte pour ouvrir un volet latéral. Etc. C’est très pratique.

test motorola edge 30 pro

test motorola edge 30 pro

Pour le reste, vous retrouvez l’expérience Android 12 quasi intégrale, avec les nouveaux boutons de la zone de paramétrage rapide (plus grands et intégrant un intitulé), les notifications qui prennent toute la largeur de l’écran et affichent plus d’informations, etc. Pour personnaliser l’interface (avec Material You), vous devez passer par le menu contextuel : appuyez longtemps sur un emplacement vide pour faire apparaitre un menu, puis choisissez « Personnaliser ». Dans cette application, vous pouvez changer le thème, le fond d’écran, la police de caractère, la disposition et la forme des icônes, ou encore les couleurs d’aplat.

test motorola edge 30 pro

test motorola edge 30 pro

Côté application, vous y retrouvez la même volonté de simplicité que pour le reste de l’interface. La très grande majorité des applications préinstallées proviennent de Google. Il y a quelques applications système additionnelles, ainsi que deux applications de Motorola : Moto, qui propose des astuces pour mieux utiliser le téléphone et des liens vers des paramètres utiles (dont la personnalisation de l’interface) ; et Ready For, l’alternative de Motorola à Samsung DeX. Vous retrouvez aussi l’application Dolby Atmos (nous en reparlerons). Et c’est tout. Pas d’applications commerciales ici. C’est excellent !

test motorola edge 30 pro

Performances

Parlons maintenant performances. Avec le Edge 20 Pro, Motorola adoptait une stratégie similaire à celle de Vivo avec le X51 et X60 Pro. Elle était basée sur l’équilibre technologique et tarifaire. Motorola, comme Vivo (ou Oppo avec le Find X3 Neo), choisissait alors un SoC Qualcomm dans la série Snapdragon 800, mais pas le plus puissant. Il s’agissait du Snapdragon 870, un composant plus stable, mieux maitrisé et surtout… moins cher.

test motorola edge 30 pro

Ce choix était, selon nous, très raisonnable. D’abord, le Snapdragon 888 a souffert de quelques problèmes de surchauffe. Ensuite, le positionnement tarifaire du Edge 20 Pro était cohérent par rapport aux autres smartphones dotés du même SoC. Un an plus tard, Motorola change son fusil d’épaule : plus question de jouer les petits bras ! Le modèle haut de gamme de la marque s’appuie sur le meilleur composant de Qualcomm du moment : le Snapdragon 8 Gen 1.

test motorola edge 30 pro

Le SoC est ici accompagné de 12 Go de RAM. Vous pouvez les étendre avec 3 Go de RAM virtuelle en les prenant sur votre espace de stockage. Mais cette fonction est désactivée par défaut. Nous avons donc choisi de tester le smartphone sans ce réglage. Notez toutefois que l’apport de cette RAM virtuelle est assez limité, notamment pour les jeux.

test motorola edge 30 pro

Regardons maintenant les résultats de nos benchmarks. Le score AnTuTu dépasse les 970 000 points. C’est le meilleur score obtenu dans la rédaction actuellement, même face au Find X5 Pro. Voilà une excellente nouvelle. Espérons que Motorola conservera la couronne, même si nous pensons que d’autres concurrents chez Realme et Asus prendront la place du Edge 30 Pro dans les prochaines semaines ou les prochains mois.

test motorola edge 30 pro

Observons aussi les résultats obtenus par d’autres benchmarks. Il obtient également de très bons scores sur Geekbench, aussi bien en single core qu’en multi core, et son score PC Mark est lui aussi l’un des meilleurs. Enfin, 3D Mark confirme que le GPU du Snapdragon 8 Gen 1 est bien supérieur à celui d’autres SoC sur le marché (à l’exception de l’A15 Bionic d’Apple qui le surclasse). Voilà qui est de très bon augure pour les joueurs !

test motorola edge 30 pro

D’ailleurs Genshin Impact le confirme en se positionnant de lui-même sur les graphismes « moyens » et non « faibles » (comme sur le Galaxy S22). Aucun smartphone ne parvient à convaincre le jeu d’activer par défaut les graphismes élevés. Nous ne sommes donc pas déçus. En revanche, qu’en est-il de la chauffe et de la stabilité ? Côté chauffe, Motorola a opté pour une stratégie conservatrice, puisque le Edge 30 Pro ne dépasse jamais les 40° dans l’ensemble. Les cœurs du CPU frôlent parfois les 70°, mais les sécurités s’activent pour les empêcher d’aller plus haut.

test motorola edge 30 pro

Évidemment, cela a une incidence sur la stabilité des performances. Les stress tests nous informent que le smartphone perd en moyenne 40 % (entre 30 et 50 % selon les conditions) de puissance entre le début d’une partie et les quelques minutes qui suivent. Puis, passé cette baisse drastique et soudaine, les performances restent égales jusqu’à la fin de la partie. C’est évidemment dommage.

Batterie

Jouer avec ce smartphone est possible, bien évidemment. Le Snapdragon 8 Gen 1 offre de bonnes performances, même après la mise en place des routines de contrôle de la température. Mais un tel usage demande une bonne batterie. Qu’en est-il du Edge 30 Pro ? Il y a une bonne nouvelle dans ce domaine, puisque Motorola lui a offert un modèle 4800 mAh, contre 4500 mAh l’année dernière.

test motorola edge 30 pro

Grâce à cette batterie, l’autonomie est renforcée, atteignant un peu moins de deux jours d’utilisation standard, selon nos mesures. Le test d’autonomie de PC Mark indique 11 heures d’utilisation continue pour passer de 100 % à 20 % de batterie, soit une autonomie continue théorique de 13 heures et 45 minutes. C’est très correct.

En jeu, vous obtenez une autonomie également assez correcte. 20 minutes de stress test font perdre 10 % de batterie en moyenne au smartphone. Soit une autonomie théorique de 3 heures et 20 minutes. Et 15 minutes de Genshin Impact consomment 5 % de batterie avec les graphismes par défaut et 7 % avec les graphismes élevés. Soit une autonomie théorique comprise entre 3 heures 30 minutes et 5 heures. Le Edge 30 Pro est donc dans la moyenne.

test motorola edge 30 pro

Une fois la batterie déchargée, il faut la recharger. Nous avons vu précédemment que Motorola fournit un chargeur avec son téléphone, contrairement à d’autres marques. Ici, il s’agit d’un modèle 68 watts, car le Edge 30 Pro accepte cette puissante. Il s’agit de l’une des grandes améliorations du Edge 30 Pro vis-à-vis de son prédécesseur qui n’acceptait que 30 watts. Voilà qui est très bien.

test motorola edge 30 pro

Avec ce chargeur et le câble USB fourni, vous pouvez recharger le smartphone de 0 % à 100 % en 50 minutes très précisément. Nous ne sommes pas arrivés à recharger le mobile en 35 minutes comme cela a pu être annoncé. En revanche, nous avons dépassé les 90 % en moins de 30 minutes. Après avoir passé le cap des 90 %, la charge est beaucoup plus lente : il s’agit d’une sécurité. Notez que cela n’est plus pénalisant de débrancher un smartphone avant qu’il atteigne les 100 %. Donc ce petit défaut n’est pas si grave.

test motorola edge 30 pro

Autre amélioration vis-à-vis du Edge 20 Pro, le Edge 30 Pro redevient compatible charge sans fil (comme le Edge+). La puissance acceptée est de 15 watts, comme pratiquement toute la concurrence, même si les smartphones haut de gamme sont de plus en plus nombreux à opter pour une charge sans fil plus rapide. Notez enfin que Motorola propose deux outils d’entretien de batterie : la charge programmée, très pratique pour ceux qui chargent leur mobile la nuit, et un outil de protection contre les surcharges prolongées. Une fonction pour brider la charge à 80 % ou 90 % serait également bienvenue.

Motorola Edge 30 Pro au meilleur prix
  • Fnac
    799€
    Découvrir l'offre
  • RueDuCommerce
    799€
    Découvrir l'offre
  • Cdiscount
    799€
    Découvrir l'offre
  • Darty
    799€
    Découvrir l'offre
  • Boulanger
    799€
    Découvrir l'offre
  • Rakuten
    799€
    Découvrir l'offre
Plus d'offres

Audio

Parlons maintenant audio. Il y a plusieurs sujets à aborder dans cette partie. La première est l’intégration de deux haut-parleurs asymétriques placés dans l’écouteur téléphonique et sur la tranche inférieure. Ils offrent un son puissant, même si le haut-parleur secondaire grésille un peu plus. Les basses ne sont pas si généreuses que cela et les aigus manquent légèrement de présence. Mais l’expérience globale est parfaite pour regarder une vidéo YouTube entre amis.

test motorola edge 30 pro

Si vous souhaitez avoir une meilleure expérience, il suffit de brancher les écouteurs fournis avec le produit. Il s’agit d’écouteurs intra-auriculaires avec une réduction de bruit passive. Ils se branchent sur le port USB type-C du smartphone. Et il y a une télécommande déportée. Ils sont fournis avec deux paires d’embouts pour s’adapter à la taille de votre conduit auditif. Le son qu’ils produisent est vraiment bon, avec de belles basses, de jolis détails dans les aigus et de la rondeur dans les médiums. En outre, ils sont agréables à porter. Nous aimerions que toutes les marques offrent des écouteurs aussi sympas avec leurs smartphones.

test motorola edge 30 pro

Et comble du bonheur, ces écouteurs sont compatibles avec le codec Dolby Atmos. Grâce à cette technologie, vous pouvez modifier le profil audio des écouteurs en fonction de certains scénarios : jeu, musique, film, etc. Et si vous êtes un expert, vous pouvez entrer dans les profils et choisir de privilégier les voix, les aigus ou les basses. Nous aurions bien aimé un égaliseur complet. Mais Motorola fournit ici une solution déjà très satisfaisante.

test motorola edge 30 pro

Dernier point intéressant en audio, le Edge 30 Pro intègre un micro dédié à la captation vidéo. La prise de son est ici bien plus qualitative qu’avec le micro principal (qui risque d’être obstrué). Les meilleurs smartphones pour la capture de vidéo sont dotés d’un micro dédié. C’est donc une bonne nouvelle qu’il y en ait un ici aussi.

Photo

Finissons ce test avec la photographie. Comme pour le SoC, la batterie ou la charge, Motorola adopte ici une stratégie différente de celle du Edge 20 Pro. Si certains choix sont extrêmement pertinents, d’autres le sont bien moins au regard de la concurrence directe. Présentons les équipements avant d’expliquer ce qui nous parait juste et ce qui nous parait moins adroit :

test motorola edge 30 pro
  • Capteur principal 50 mégapixels, autofocus omnidirectionnel, objectif ouvrant à f/1.8, stabilisation optique, capture par défaut en 12,6 mégapixels
  • Capteur ultra grand-angle 50 mégapixels, objectif ouvrant à f/2.2, angle de vue de 114°, capture par défaut en 12,6 mégapixels, compatible macro
  • Capteur additionnel 2 mégapixels pour le calcul des profondeurs, objectif ouvrant à f/2.4
  • Capteur selfie 60 mégapixels, objectif ouvrant à f/2.2, capture par défaut en 15 mégapixels

test motorola edge 30 pro

Pour le Edge 30 Pro, Motorola n’a gardé aucun module photo de son Edge 20 Pro. La marque a fait table rase et s’est inspirée de la concurrence. Parfois en bien. Parfois en moins bien. Premier changement très intéressant, il semble que Motorola ait acheté les droits d’utilisation de l’IMX766, l’excellent capteur photo de Sony qui était exclusif à Oppo en 2021 (si ce n'est pas lui, c'est que c'est son jumeau). Tous les détails semblent le confirmer : le stabilisateur, l’autofocus, la définition, etc. Il remplace un module 108 mégapixels plus impressionnant sur le papier, mais moins pertinent à l’usage.

test motorola edge 30 pro
Capteur principal, mode automatique

test motorola edge 30 pro
Capteur principal, mode automatique

Et cela se confirme avec les photos ci-contre. Le Edge 30 Pro réalise de très belles photos en journée. Belle colorimétrie. Détails nombreux. Bonne justesse de l’autofocus. Bon travail sur la lumière, même en situation de contre-jour. Les résultats sont naturels, sans accentuation de la colorimétrie ou du HDR.

test motorola edge 30 pro
Capteur principal, mode filtre couleur

test motorola edge 30 pro
Contre-jour : capteur principal, mode automatique

En soirée, les résultats sont également très intéressants, avec ou sans mode nuit (notez toutefois que ce dernier s’active souvent automatiquement). Mais les photos perdent rapidement en piqué (les textures sont moins précises et les détails bavent). En outre, les sources de lumière ne sont pas si bien gérées qu’avec le Find X3 Pro par exemple.

test motorola edge 30 pro
Capteur principal, mode automatique (sans mode nuit)

test motorola edge 30 pro
Capteur principal, mode nuit

test motorola edge 30 pro
Capteur principal, mode automatique (gauche), mode nuit (droite)

test motorola edge 30 pro
Capteur principal, mode automatique (gauche), mode nuit (droite)

Les portraits sont également très naturels, en journée ou en soirée, avec un bon détourage des sujets (même s’il est perfectible aux extrémités) et un effet bokeh que vous pouvez accentuer ou réduire à volonté. Les outils d’embellissement du visage sont désactivés par défaut, afin de conserver un grain de peau naturel et une texture propre.

test motorola edge 30 pro
Capteur principal, mode portrait

Le deuxième changement est à retrouver au niveau du capteur panoramique. Motorola a choisi ici un capteur 50 mégapixels pour le module ultra grand-angle. Il n’est pas aussi bon que l’IMX766, mais il offre une certaine homogénéité. Et, surtout, il prend en charge le mode macro. Pas besoin d’un autre capteur pour cela. Il remplace un très classique module 8 mégapixels du Edge 20 Pro, mais dont l’angle de vue était légèrement plus large.

test motorola edge 30 pro
Capteur ultra grand-angle, mode automatique

test motorola edge 30 pro
Capteur ultra grand-angle, mode automatique

test motorola edge 30 pro
Capteur ultra grand-angle, mode automatique

À l’usage, ce capteur offre des résultats très satisfaisants en journée. Les couleurs sont belles et naturelles. La lumière est bien gérée. Attention aux objets au premier plan qui sont souvent flous quand ils sont trop proches : il n’y a pas d’autofocus ici. Attention aussi aux déformations de la lentille, pas toujours bien redressées avec les objets proches. De nuit, les résultats sont meilleurs qu’avec d’autres smartphones, notamment au niveau du piqué.

test motorola edge 30 pro
Capteur ultra grand-angle, mode automatique (sans mode nuit)

test motorola edge 30 pro
Capteur ultra grand-angle, mode automatique (gauche), mode nuit (droite)

En macro, les résultats offerts par le capteur secondaire sont meilleurs qu’avec bien d’autres smartphones proposant un capteur dédié. La définition est plus élevée, offrant ici plus de détails. Et les couleurs sont plus naturelles. Attention à la focale : puisqu’il n’y a pas d’autofocus avec ce capteur, vous devez mesurer à l’œil la bonne distance pour faire une photo nette. C’est un coup à prendre…

test motorola edge 30 pro
Capteur ultra grand-angle, mode macro

Le troisième changement nous fait tiquer. En effet, Motorola abandonne totalement le module téléobjectif (périscopique qui plus est) du Edge 20 Pro. Il est remplacé par un anecdotique module 2 mégapixels dédié au calcul des profondeurs. Cette tâche, le capteur ultra grand-angle aurait pu s’en charger. Cette tâche, l’intelligence artificielle aurait pu s’en charger. En revanche, un zoom optique, ça ne se remplace pas. Un zoom 5x stabilisé encore moins ! C’est la grosse déception de ce produit, sans l’ombre d’un doute.

test motorola edge 30 pro
Capteur principal, mode automatique (gauche), mode nuit (droite), zoom numérique 5x

test motorola edge 30 pro
Capteur principal, mode automatique (gauche), mode nuit (droite), zoom numérique 2x

Conséquence de ce choix discutable, le capteur principal est obligé de prendre en charge le zoom numérique (jusqu’à 10x). Sur cet exercice, le Edge 30 Pro n’est pas au niveau. Si la lumière continue d’être bien gérée, le grain est considérable dès le zoom 5x et les photos manquent également de netteté. La nuit, c’est pire, car le manque de lumière masque de nombreux détails. Et les clichés sont difficiles à exploiter même avec le zoom numérique le plus faible. C’est vraiment dommage.

Dernier changement, à l’avant, avec un module qui est non seulement plus lumineux, mais aussi plus précis. Du moins, théoriquement. En réalité, les selfies réalisés avec ce capteur sont plutôt bons, mais manquent régulièrement de netteté et de précision, surtout en soirée. En journée, le smartphone réalise de très beaux autoportraits avec de nombreux détails et du contraste.

test motorola edge 30 pro
Capteur selfie, mode automatique (gauche), mode portrait (droite)

test motorola edge 30 pro
Capteur selfie, mode automatique (gauche), mode portrait (droite)

L’application photo de Motorola intègre quelques modes intéressants, notamment le mode selfie de groupe qui élargit l’angle de vue et le mode filtre couleur qui fonctionne aussi bien en photo qu’en vidéo. En vidéo, justement, le Edge 30 Pro offre de beaux résultats grâce à l’IMX766. Il filme par défaut en 1080p à 30 ips, mais vous pouvez monter en 4K ou en 8K (à 30 ips) et en 60 images par seconde en Full HD (pas de 60 ips en 4K).

Conclusion

Le Motorola Edge 30 Pro est un bon smartphone, offrant un très bon rapport qualité-prix. Sa plate-forme est puissante et suffisamment maitrisée. Son écran restitue bien les couleurs. Son autonomie en usage hors-jeu est très correcte. La recharge est rapide (jusqu’à 90 %). L’expérience audio est très bonne et le casque fourni est top. L’interface est nettoyée de tout superflu, mais offre tout de même des fonctions avancées innovantes. Et son capteur photo principal est très satisfaisant. D’autres marques offrent la même expérience, mais à des prix souvent supérieurs.

test motorola edge 30 pro

Le Edge 30 Pro n’est pas parfait. La luminosité de l’écran aurait pu être plus poussée. Les performances auraient pu être plus stables. L’autonomie aurait pu être meilleure compte tenu de la capacité de la batterie. Le positionnement du contrôle du volume pourrait être plus proche du pouce. Mais il n’y a qu’un seul sujet qui fâche selon nous dans ce smartphone : la suppression du zoom optique. Un choix qui dégrade fortement l’expérience photo, car le bruit du zoom numérique n’est pas bien maitrisé. Un choix qui nous fait penser qu'il y aura certainement un modèle “Ultra” pourvu de ce zoom optique qui nous manque tant ici !

C’est d’autant plus dommage que le prix du Edge 30 Pro augmente de 100 euros par rapport à son prédécesseur. Bien sûr, il y a des améliorations considérables qui justifient ce repositionnement tarifaire, notamment l’IMX766 (ou son proche cousin) qui produit d’excellentes photos. Mais d’autres smartphones vendus à 800 euros disposent d'un capteur identique et ne font pas l'impasse sur le téléobjectif. Avec un vrai bon zoom optique, ce Edge 30 Pro aurait été excellent !

Motorola Edge 30 Pro au meilleur prix
  • Fnac
    799€
    Découvrir l'offre
  • RueDuCommerce
    799€
    Découvrir l'offre
  • Cdiscount
    799€
    Découvrir l'offre
  • Darty
    799€
    Découvrir l'offre
  • Boulanger
    799€
    Découvrir l'offre
  • Rakuten
    799€
    Découvrir l'offre
Plus d'offres

Note finale du test : Motorola Edge 30 Pro

S'il avait conservé le zoom optique de son prédécesseur, le Edge 30 Pro aurait pu être le smartphone Android de ce début d'année. Belle plate-forme. Autonomie correcte. Recharge rapide. Bon capteur photo principal avec stabilisateur. Belle colorimétrie de l'écran. Design sympa. Nombreux accessoires fournis. Et interface très propre. Motorola tenait là un très bon produit, malgré l'augmentation de tarif de 100 euros. Un coup de coeur manqué.


Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers tests !