Huawei : la « détente » annoncée par Trump n’améliore pas beaucoup la situation selon Ren Zhengfei

Maj. le 4 juillet 2019 à 10 h 47 min

L’annonce de Donald Trump d’une « détente » autour des mesures qui visent Huawei n’a pas beaucoup d’impact selon le fondateur de Huawei Ren Zhengfei. Le responsable souligne dans une interview au Financial Times que l’annonce du président américain vise surtout à ne pas pénaliser les entreprises américaines qui dépendent le plus des commandes de Huawei, en particulier dans les semi-conducteurs.

Ren Zhengfei
Ren Zhengfei, fondateur de Huawei / Crédits : Twitter

Ren Zhengfei, le fondateur et dirigeant de Huawei, est revenu dans une interview accordée au quotidien économique américain Financial Times, sur les annonces de Donald Trump en marge du G20. Le président américain a en effet annoncé à l’issue d’une rencontre avec son homologue Xi Jinping ce qui a été interprété comme un relâchement des sanctions visant Huawei. Le problème, c’est que Donald Trump n’a en réalité fait qu’autoriser les entreprises américaines à reprendre certaines ventes avec le groupe chinois, à condition que les « équipements » en question « ne constituent pas d’important problème de sécurité nationale ». Sans retirer la firme de la fameuse liste d’Entités qui met Huawei au ban des technologies américaines.

Huawei ne constate pas vraiment d’amélioration malgré les annonces de Trump

Dans les semaines qui ont précédé le G20, plusieurs firmes, notamment Intel et Micron, avaient trouvé le moyen de contourner les sanctions américaines après de nouvelles consultations avec le département du Commerce. Tout ce qui est produit par des entreprises américaines à l’étranger n’est en effet pas forcément considéré comme « fabriqué par des entreprises américaines ». Et compte-tenu de l’importance des commandes de Huawei, ces dernières ont fait les arrangements nécessaires pour reprendre au moins une partie de leurs ventes. Or l’annonce de Donald Trump ne semble faire que renforcer cela, dans une certaine mesure. Le silence de Google semble néanmoins dire qu’il n’a toujours pas le droit de rendre à Huawei sa licence Android, dans ce « nouveau » cadre.

Même chose pour ARM dont les technologies sont indispensables pour son fondeur HiSilicon et ses SoC Kirin. Dans ce contexte finalement toujours très incertain, Ren Zhengfei estime que « les déclarations de Donald Trump sont bonnes pour les entreprises américaines » et souligne que Huawei « souhaite acheter des produits d’entreprises américaines ». Mais il relève dans le même temps : « on ne voit pas beaucoup d’impact sur ce que nous faisons ». Et de conclure : « nous resterons concentrés à faire notre propre travail correctement ». Une dernière phrase qui semble lourde de sens : cela signifie-t-il que Huawei se résout à baser sa croissance future sur ses propres alternatives à Android, au Play Store et aux technologies d’ARM ?

Nous avons contacté la marque pour tenter d’en savoir davantage. Cet article sera mis à jour dès que nous aurons une réponse.

Source : Financial Times

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Quel smartphone Huawei acheter en 2019 ?

Quel smartphone Huawei acheter ? Le constructeur chinois est devenu numéro 3 mondial en cinq ans à peine, il semble donc logique que vous vous y intéressiez. Mais le choix est large et il faut trouver le modèle qui correspond au budget. Nous vous avons préparé une petite sélection pour les modèles de 2018.

Huawei aurait demandé à ses fournisseurs de contourner l’embargo américain

Huawei encouragerait ses fournisseurs à contourner l’embargo mis en place par le gouvernement Trump, accuse Wilbur Ross, le secrétaire américain au Commerce. D’après lui, la firme chinoise demande explicitement à certains partenaires commerciaux américains de violer les lois des Etats-Unis.   Huawei demande à…