La fondateur de Huawei Ren Zhengfei est revenu dans une interview sur la concurrence entre sa firme, Apple et Google. Ironisant sur l’arrivée tardive de Huawei dans les systèmes d’exploitation mobiles, il s’est autorisé une petite blague.

Ren Zhengfei
Ren Zhengfei, fondateur de Huawei / Crédits : blog Huawei

Ren Zhengfei n’avait jamais autant donné d’interviews que ces dernières années. Le fondateur de Huawei était pourtant longtemps resté en retrait des médias internationaux, préférant laisser les présidents tournants du groupe s’exprimer. Or, depuis que Huawei est pris dans la guerre commerciale qui oppose les Etats-Unis à la Chine, Ren Zhengfei s’est imposé comme le visage d’un constructeur en ordre de bataille.

Au détour d’une interview du magazine chinois Dragon, Ren Zhengfei est revenu sur les sanctions dont Huawei est victime. Notamment sur l’interdiction d’utiliser Android comme le constructeur pouvait le faire jusqu’au P30 Pro. C’est à dire avec les services et applications essentielles de Google comme le Play Store installées par défaut.

Huawei croit toujours que son avenir dépendra d’Android

« Huawei est un acteur tardif [des systèmes d’exploitation mobiles, ndlr], donc il serait très difficile de surpasser les systèmes d’exploitation Android et Apple (sic). Cela pourrait prendre beaucoup de temps, mais pas plus de trois cent ans« , lance-t-ilEt Ren Zhengfei de préciser que le constructeur a toujours eu des relations « très amicales »  avec Google et Apple.

A cause des sanctions américaines, Google n’a en effet plus le droit de fournir à Huawei la licence nécessaire. Du coup Huawei cherche des alternatives. Comme avec par exemple AppGallery qui vise à remplacer le Play Store. Même si en l’état le magasin d’applications de Huawei reste très incomplet. Or, depuis des mois on sait également que la firme développe sa propre alternative à Android, baptisée HarmonyOS.

Néanmoins, Huawei répète régulièrement qu’il préfèrerait s’en passer et pouvoir utiliser simplement Android comme c’était le cas avant les sanctions. Le constructeur mise ainsi plutôt sur une sortie de crise à plus ou moins moyen terme qui lui permettrait de re-normaliser ses relations avec ses partenaires. Dans ce contexte, la communication de la firme reste dans l’ensemble amicale vis à vis de ses partenaires et concurrents américains. Et il ne fait pas pour l’instant s’attendre à ce que cela change d’un iota.

Lire également : Huawei a trouvé une alternative à Google Maps et elle se nomme Here Wego

Quant à HarmonyOS, le développement devrait se poursuivre pour préserver les intérêts de la firme, mais le projet reste un plan B : jusqu’à nouvel ordre, il est clair que Huawei préfère s’appuyer sur Android.

Source : Huawei Central



Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Huawei aurait baptisé son prochain smartphone pliable « Mate V »

Huawei vient de déposer la marque « Mate V » auprès du bureau européen de la propriété intellectuelle (EUIPO). Tout indique qu’il s’agit du nom probable du prochain smartphone pliable du constructeur. Huawei a déposé le 3 juin 2020 un nouveau nom…