Tesla : ivre, il accuse l’Autopilot de l’accident pour échapper à l’amende

 

Après avoir causé un accident de la route, un conducteur de Tesla visiblement bien éméché a tenté de faire croire à la police que l’Autopilot était activé au moment du crash. Il assure ainsi qu’il se trouvait sur le siège passager lorsque le véhicule a dévié de sa trajectoire. Problème : l’Autopilot ne peut être enclenché que si le conducteur se trouve derrière le volant.

tesla autopilot
Crédits : Unsplash

Ces derniers temps, l’Autopilot de Tesla est surveillé de près par les autorités. Et pour cause : la technologie est suspectée d’être responsable de presque une cinquantaine de personnes, suite à des dysfonctionnements sévères. Fort heureusement, tous ces accidents ne résultent pas en des fins tragiques. En revanche, il semblerait que l’Autopilot devienne une excuse de plus en plus commune pour justifier les maladresses des conducteurs.

Le 29 juillet, dans la province de Zhejiang, en Chine, un conducteur perd ainsi le contrôle de son véhicule. Lorsque les autorités arrivent sur place, celui-ci a déjà un alibi tout trouvé. « Non, non, je ne conduisais pas, le véhicule se conduisait tout seul », plaide-t-il. Seulement voilà, il ne faut pas longtemps à la police pour remarquer que le propriétaire de la Tesla est quelque peu éméché, ce qui se confirme par la suite.

Sur le même sujet — Tesla : l’Autopilot est de nouveau accusé d’avoir causé la mort de 3 personnes dans le crash d’une Model S

Il accuse l’Autopilot d’un accident qu’il a commis

Ainsi, le conducteur continue ses explications en affirmant : « Je me suis dit que j’avais une option Autopilot dans cette voiture, alors j’ai utilisé cette option pour déplacer la voiture vers la porte nord. Je ne m’attendais pas à avoir un accident peu de temps après avoir conduit ». Jusqu’ici, le témoignage tient la route… jusqu’à l’erreur fatale. En effet, le conducteur poursuit en avouant s’être trouvé sur le siège passager au moment des faits.

Or, ceci est parfaitement impossible. L’Autopilot est réglé de manière à ce qu’il ne puisse que lorsque le conducteur se trouve derrière le volant. Dans le cas contraire, il est impossible de l’utiliser. Le conducteur a donc révélé le pot aux roses : selon toute vraisemblance, c’est bien son abus d’alcool qui a entraîné l’accident, prouvant de nouveau que certains prennent un peu trop leur aise lorsque leur véhicule est équipé d’une conduite automatique.

Source : CNEVPost



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !