Salto : plus de 100 000 inscriptions en à peine trois semaines !

Salto connaît plutôt un bon démarrage en France.  La plateforme de streaming a séduit plus de 100 000 abonnés en trois semaines, ce qui est comparable au lancement de Netflix. Le directeur général de la plateforme, Thomas Follin, donne un premier aperçu de la sociologie des abonnés.

Salto logo

Qui a dit que Salto était condamné à l’échec ? Les premiers chiffres semblent en effet totalement démentir ce que l’on craignait plusieurs mois en amont du lancement de la plateforme de streaming. A en croire Le Figaro, Salto est en effet parvenu à générer plus de 100 000 inscriptions en à peine 3 semaines. Ce qui est comparable au lancement de Netflix en France, qui avait généré 100 000 inscriptions en deux semaines.

Pourtant comme vous le savez la partie était loin d’être gagnée. D’abord parce que la concurrence est devenue particulièrement rude. Salto a le même positionnement tarifaire que Disney+ (dès 6,99€ par mois) et est donc plus cher que Amazon Prime Video. Certes, le service est moins cher que Netflix, mais il a encore une réputation à se faire. Or, les mois qui ont précédé le lancement de Salto ont surtout été caractérisés par des hésitations et des ambitions à la baisse.

Salto fait des débuts très encourageants

Au final, Salto propose les chaînes TF1, France Télévisions et M6 en direct (TF1, France 2, France 3, France 5, M6, W9, TMC, TFX, France 4, Gulli, TF1 Series Films, 6ter, France Info, TV Breizh, Téva, Paris Première, Ushuaïa TV et Histoire TV) avec leur offre de replay. Ainsi que des séries, films et documentaires – pas seulement issu du fonds des chaînes puisque Salto a obtenu, par exemple, les droits de diffusion de la saison 4 de Fargo.

Il faudra voir également combien de ces inscriptions se traduiront par des abonnements fermes et de long terme. Les premiers utilisateurs de Salto, disponible que depuis le 20 octobre 2020, ont droit à un mois gratuit. Du coup, à ce stade, il faut souligner que personne ne paie encore d’abonnement à Salto. Thomas Follin directeur général de Salto, donne au passage quelques chiffre sur la sociologie et le comportement de ses premiers utilisateurs.

Ainsi on apprend que Salto n’est pas « l’apanage des CSP+ urbains», puisque les utilisateurs sont dans l’ensemble « répartis équitablement dans toutes les régions de France, entre zones urbaines et zones non urbaines ». Et la moyenne d’âge ? Si le service ne donne pas de chiffre exact on apprend que «un quart des utilisateurs a plus de 50 ans et 60% ont entre 25 et 49 ans». Pour l’instant, le taux d’utilisation semble plutôt bon puisque « les foyers qui utilisent la plateforme se connectent 10 fois par semaine en moyenne ».

Lire également : TF1, France TV et M6 ont créé SALTO après avoir tenté de racheter Molotov

Thomas Follin explique par ailleurs que les utilisateurs passent en moyenne « plus de 2 heures par jour » sur Salto, et jusqu’à « 2h30 le weekend ».

Source : Le Figaro



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !