Huawei a plus que jamais besoin de son propre système d’exploitation HarmonyOS. La firme veut croire qu’elle peut en faire un écosystème aussi puissant qu’Android et iOS. Mais les experts s’accordent pour dire que cela sera extrêmement difficile hors de Chine.

Huawei p30
Un Huawei P30 Pro / Crédits : Unsplash

Pendant des mois, Huawei espérait la fin rapide de la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis. Le fondateur du groupe Ren Zhengfei répétait à qui voulait bien l’entendre son intention de revenir dans les petits papiers de Google et de continuer à miser sur Android pour soutenir la croissance de sa division smartphone.

Or, l’acharnement de la Maison Blanche, qui semble désormais tout faire pour faire couler une entreprise qu’elle perçoit comme une menace pour ses intérêts force Huawei à complètement changer de discours. Les Etats-Unis viennent en effet de décréter de nouvelles sanctions conçues pour l'empêcher d’externaliser la production de ses puces Kirin chez des fondeurs comme TSMC.

Lire également : Huawei – son premier smartphone 5G avec le SoC MediaTek Dimensity 800 fait une apparition sur GeekBench

Huawei, acculé par les sanctions, n’a d’autres choix que de pousser son écosystème

Ces sanctions ne sont que les dernières d’un long feuilleton qui a commencé avec le placement de Huawei sur une liste d’Entités – en réalité une liste noire d’entreprises. Les firmes qui désirent poursuivre leurs relations commerciales doivent solliciter l’octroi d’une licence auprès du Département américain du commerce. Sans garantie de l’obtenir.

Or, l’une des conséquences immédiates a été le retrait de la licence Android, qui permettait jusqu’alors à Huawei de préinstaller la suite indispensable d’applications Google (Play Store, Google Maps, etc…) sur ses smartphones. Néanmoins plus le conflit avance, plus il est clair que Huawei doit proposer ses propres alternatives à tout ce qui est américain. Notamment son propre système d’exploitation Harmony OS.

C’est une question de survie et c’est dans ce contexte que Eric Tan, l’un des vice-présidents Huawei en charge des services de cloud grand public a déclaré mardi à CNBC : « Huawei est en position de délivrer un écosystème qui rivalise avec les écosystèmes de Google et Apple« . Et d’ajouter : « nous sommes confiants dans le fait de devenir l’un des principaux écosystèmes du marché ».

Huawei peut facilement réussir en Chine, à l’étranger c’est une autre histoire

Mais est-ce seulement réalisable ? Pour étayer son discours, Eric Tan explique que fin mars, Huawei avait réussi à convaincre 1,4 millions de développeurs de porter leur application (+115% par rapport à fin 2019). Et de fait, il est vraisemblable que Huawei parvienne à son objectif… en Chine. L’absence des applications Google sur les smartphone y est de toute façon déjà la norme.

A l’étranger, en revanche, cela risque d’être une autre histoire. Plusieurs experts dont un responsable de IDC estime en effet que les technologies américaines sont trop enracinées dans les pays tiers : « il ne sera pas simple pour Huawei de construire une librairie d’applications de premier choix hors de Chine, étant donné que nombre d’entre elles ont besoin des services Google pour des choses comme les DRM, la localisation, les paiements et les services de notifications ».

Il estime également que les développeurs ne peuvent pas se consacrer à tous les projets et qu’il faut qu’il y ait déjà une masse d’utilisateurs suffisante dans un espace géographique donné pour réellement parvenir à les séduire. Pour l’heure, l’alternative Huawei du Play Store, baptisée AppGallery, compte surtout des applications chinoises, et de nombreuses applications populaires comme Facebook ou Instagram y sont toujours absentes.

Neil Shah de Counterpoint Research ajoute : « hors de Chine, ce sera une lutte de longue haleine car la plupart des applications de premier plan viennent de développeurs US de haut rang – Netflix, les applications Facebook (Instagram, WhatsApp), les applications Google, etc – qui ne peuvent à l’évidence plus collaborer avec Huawei ».

Et vous, pensez-vous que Huawei peut réaliser son objectif de rivaliser avec les écosystèmes Google et Apple, y compris à l’international ? Partagez votre avis dans les commentaires.

Source : CNBC



Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Huawei choisit Dailymotion pour remplacer YouTube dans ses smartphones

Huawei et Dailymotion ont signé un partenariat en ce qui concerne la diffusion des vidéos. Une alliance qui devrait être profitable aux deux parties et qui devrait se concrétiser prochainement sur le service Huawei Video. L’hégémonie de Youtube dans le…

Huawei, Honor : voici la liste des smartphones sans Google Play Store

Huawei et Honor sont privés de licence Android depuis mai 2019. Suite aux sanctions américaines, les deux fabricants chinois ne sont plus autorisés à intégrer les services de Google sur leurs téléphones. Voici la liste complète des smartphones dépourvus du Play…

Huawei : Donald Trump prolonge les sanctions jusqu’en mai 2021

Huawei est interdit de commercer avec des entreprises américaines jusqu’en mai 2021. Un an après le National Defense Authorization Act (NDAA), Donald Trump vient d’annoncer une prolongation des sanctions à l’encontre du constructeur chinois. Huawei est donc privé de licence Android,…

Huawei lance un P30 Pro nouvelle édition avec les services Google

Huawei lance officiellement une nouvelle édition du P30 Pro avec les services Google. Annoncé depuis quelques jours, le smartphone est disponible sur la version allemande du site du constructeur, avec une promotion spéciale à partir de 749 €. Le Huawei…

Huawei présente le P Smart 2020 : encore du recyclage !

  Huawei dévoile le P Smart 2020 ! Avec ce nouveau milieu de gamme, le fabricant chinois continue de recycler les smartphones lancés début 2019 pour contourner les restrictions imposées par le gouvernement américain. Date sortie, prix et fiche technique…On fait le…