Huawei pourrait présenter son alternative à Android dès le 9 août 2019

 

Huawei serait prêt à présenter son alternative à Android au public, révèle une fuite en provenance de Chine. Bien décidé à attirer les développeurs, le groupe chinois commercialiserait même un premier smartphone équipé de son OS alternatif au cours du quatrième trimestre de 2019. 

huawei alternative android 9 aout 2019

Difficile de démêler le vrai du faux concernant Hongmeng OS, l'OS maison développé par Huawei. Depuis la promulgation du décret Trump, le constructeur souffle le chaud et le froid sur le sujet. Si Ren Zhengfei, fondateur du groupe chinois, assure que l'OS est “compatible avec des circuits imprimés, les postes d’aiguillage que sont les switch, les routeurs, les smartphones ou encore les data centers” et sera plus rapide qu'Android, d'autres responsables Huawei se montrent moins enthousiastes. Catherine Chen, vice-présidente de Huawei, assure ainsi qu'HongMeng OS n'est pas destiné aux smartphones mais aux objets connectés.

Huawei lancerait un smartphone sous Hongmeng OS fin 2019

Pourtant, Huawei serait déjà prêt à présenter son alternative à Android au public, rapporte le Global Times, un tabloïd chinois proche du pouvoir. Le constructeur profiterait de la Huawei Developer Conference 2019, qui aura lieu du 9 au 11 août 2019 à Songshan Lake dans la ville de Dongguan (Chine), pour lever le voile sur son OS maison. Lors de l'événement, Huawei va aussi présenter EMUI 10, la surcouche basée sur Android 10 Q. La conférence est en effet réservée aux nouveautés logicielles du fabricant.

Toujours d'après le Global Times, Huawei testerait actuellement Hongmeng OS sur un seul modèle de smartphone. Réservé au marché milieu de gamme, il serait commercialisé au prix de 2 000 yuans (environ 260 dollars) avant la fin de cette année. Le smartphone pourrait être présenté dans la foulée du Mate 30/ Mate 30 Pro. Huawei aurait même “plusieurs millions d'unités en stock”. L'OS maison de Huawei serait aussi intégré à la Smart Screen TV, la télévision connectée de la filiale Honor, attendue ce mois-ci sur le marché chinois.

D'après un précédent rapport venu de Chine, Huawei aurait accéléré les tests d'HongMeng OS depuis les sanctions américaines. La firme aurait même profité de l'aide de Xiaomi, Oppo et Vivo. Comme annoncé, l'OS serait compatible avec les applications Android et profiterait de fonctionnalités dédiées au respect de la vie privée. Le rapport compare le projet à Fuchsia, le successeur d'Android développé par Google. Sans surprise, Hongmeng OS serait donc un système d'exploitation multi-plateformes. On vous invite à prendre ces informations avec un certain recul. Nous serons fixés dès le vendredi 9 août 2019.

Source : Global Times



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !
huawei mate 40 photo teaser
Mate 40 : Huawei tease le quintuple capteur photo du smartphone

Huawei vient de teaser le quintuple capteur photo arrière des Mate 40. Une mystérieuse image publiée sur Sina Weibo montre en effet une configuration disposée dans un bloc photo hexagonal, une première sur le marché du smartphone.  Ce 14 octobre,…

huawei mate 40 présentation 22 octobre officiel
Huawei Mate 40 : présentation le 22 octobre 2020, c’est officiel

Huawei présentera finalement les Mate 40 et Mate 40 Pro lors d’une conférence le 22 octobre 2020. Suite aux sanctions américaines à son encontre, le groupe chinois pourrait dans un premier temps réserver ses nouveaux smartphones à la Chine. Les…

harmony os déploiement calendrier
Harmony OS : Huawei dévoile le calendrier de déploiement de son OS

Huawei vient de publier un premier calendrier concernant le déploiement d’HarmonyOS sur ses différents smartphones. Sans surprise, les futurs Mate 40 et Mate 40 Pro seront les premiers à migrer sous HarmonyOS 2.0. HarmonyOS a pour vocation de remplacer Android…

huawei
Huawei propose que des experts indépendants passent sa 5G au peigne fin

Huawei invite des experts indépendants à passer ses technologies 5G au peigne fin pour prouver que ses solutions ne représentent aucune menace d’espionnage. La firme cherche à provoquer la levée des sanctions qui brident désormais lourdement ses ambitions. Le président…