Huawei : les États-Unis vont accorder un nouveau sursis de 6 mois

 

Huawei va profiter d'un nouveau sursis de 6 mois pour travailler avec certaines firmes américaines. C'est déjà la troisième fois que les États-Unis accordent un sursis au constructeur chinois. Le groupe n'est donc pas prêt de récupérer définitivement sa licence Android. Huawei pourra néanmoins profiter de ces 6 mois pour déployer des mises à jour Android sur les smartphones de son catalogue. 

huawei etats unis sursis

D'après nos confrères de Politico, le département du Commerce des États-Unis s'apprête à accorder un sursis de 6 mois à Huawei. Annoncé en août dernier, le précédent sursis arrive en effet à son terme ce lundi 18 novembre 2019. Selon des sources proches du gouvernement, le constructeur chinois pourrait donc continuer à nouer des relations commerciales avec des entreprises de télécommunications rurales américaines jusqu'en mai prochain.

Lire également : Huawei offre 260 millions de primes à ses ingénieurs pour trouver des alternatives aux technologies US

Huawei profiterait de son sursis pour déployer des mises à jour Android sur ses smartphones

Pendant ce sursis, Huawei devrait pouvoir déployer des mises à jour de sécurité Android sur ses smartphones et ceux de la filiale Honor. Le constructeur pourrait aussi poursuivre le déploiement de la mise à jour Android 10 et de la surcouche EMUI 10 sur les téléphones compatibles. Ces dernières semaines, Huawei a déjà déployé EMUI 10 en version finale sur les Mate 20 et les P30.

Attention, malgré ce sursis, Huawei n'aura toujours pas le droit d'intégrer le Play Store, et le reste des services de Google, aux Mate 30 ni à n'importe quel nouveau smartphone. Le sursis n'autorise en effet pas le constructeur d'obtenir une certification Android pour un nouveau produit. Attendus en mars 2020, les Huawei P40 et P40 Pro seront visiblement privés des applications Google. Dans ces conditions, la firme va-t-elle différer la sortie des flagships à l'international ?

Contrairement aux rumeurs apparues il y a plusieurs semaines suite aux déclarations de Wilbur Ross, le secrétaire d’Etat au Commerce américain, Huawei ne récupérera donc pas sa licence Android en novembre. Ce nouveau sursis apparaît finalement comme une fausse bonne nouvelle pour le constructeur. Les sanctions américaines risquent visiblement de ne pas être levées de si tôt.

Source : Politico



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !
huawei mate 40 pro prix
Huawei Mate 40 Pro : une fuite dévoile les prix avant l’annonce

Les Huawei Mate 40 Pro continuent de se dévoiler. Quelques jours avant l’annonce, un informateur réputé a dévoilé les prix de vente en euros de plusieurs modèles de la gamme. En dépit des sanctions américaines et de l’effondrement imminent de…

huawei mate 40 photo teaser
Mate 40 : Huawei tease le quintuple capteur photo du smartphone

Huawei vient de teaser le quintuple capteur photo arrière des Mate 40. Une mystérieuse image publiée sur Sina Weibo montre en effet une configuration disposée dans un bloc photo hexagonal, une première sur le marché du smartphone.  Ce 14 octobre,…

huawei mate 40 présentation 22 octobre officiel
Huawei Mate 40 : présentation le 22 octobre 2020, c’est officiel

Huawei présentera finalement les Mate 40 et Mate 40 Pro lors d’une conférence le 22 octobre 2020. Suite aux sanctions américaines à son encontre, le groupe chinois pourrait dans un premier temps réserver ses nouveaux smartphones à la Chine. Les…

harmony os déploiement calendrier
Harmony OS : Huawei dévoile le calendrier de déploiement de son OS

Huawei vient de publier un premier calendrier concernant le déploiement d’HarmonyOS sur ses différents smartphones. Sans surprise, les futurs Mate 40 et Mate 40 Pro seront les premiers à migrer sous HarmonyOS 2.0. HarmonyOS a pour vocation de remplacer Android…

huawei
Huawei propose que des experts indépendants passent sa 5G au peigne fin

Huawei invite des experts indépendants à passer ses technologies 5G au peigne fin pour prouver que ses solutions ne représentent aucune menace d’espionnage. La firme cherche à provoquer la levée des sanctions qui brident désormais lourdement ses ambitions. Le président…