Apple Store des Champs-Elysées : manifestation à l’ouverture, Attac exige qu’Apple paye ses impôts en France

L’ouverture du nouvel Apple Store des Champs-Elysées a été marquée par une manifestation menée par les militants de l’association Attac. Cette dernière reproche à la firme de Cupertino de ne pas payer ses impôts en France et de pratiquer l’évasion fiscale alors qu’il s’agit de la première capitalisation boursière du monde.

apple store paris
Crédit : Julie Jammot / Twitter

Dimanche 18 novembre 2018 à Paris, ouvrait un immense Apple Store sur les Champs-Elysées. L’occasion pour les militants de l’association Attac de manifester contre la politique fiscale du géant américain, rapporte l’AFP. « Nous venons fêter, à notre façon, l’inauguration du magasin Apple sur les Champs-Elysées, pour rappeler qu’Apple est l’une des plus grandes évadées fiscales du monde », a déclaré Aurélie Trouvé, porte-parole d’Attac.

Ce n’est pas la première fois que de tels événements sont organisés devant des Apple Store en France. Plusieurs opérations de ce type ont déjà eu lieu ces dernières années, et Apple avait même porté plainte contre Attac pour l’occupation d’un de ses magasins en décembre 2017, encore une fois à Paris. La firme de Cupertino exigeait entre autres l’interdiction de pénétrer dans les Apple Store pour une période de trois ans. Apple avait finalement perdu son procès contre l’association Attac, permettant notamment à ses membres de continuer ses actions sur le terrain.

Ouverture de l’Apple Store des Champs-Elysées, Attac manifeste contre l’évasion fiscale

A chaque fois, un mot d’ordre : Apple doit payer ses impôts en France. « C’est la première capitalisation boursière du monde [Apple dépasse les mille milliards de dollars en bourse et devance Amazon], mais une grande partie de son empire s’est constituée notamment sur le fait qu’elle a extorqué aux citoyens, notamment européens et français, des milliards d’euros, en évadant fiscalement ses bénéfices, d’abord en Irlande puis aujourd’hui à Jersey », dénonce Aurélie Trouvé.

La France, notamment via son ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire, mais aussi par l’intermédiaire d’Emmanuel Macron, a affirmé sa volonté de taxer plus les géant de la tech. L’UE est globalement sur la même longueur, mais il n’y a pas unanimité en la matière. Pierre Moscovici, le commissaire européen aux Affaires économiques, a déposé début 2018 un projet de loi visant à imposer une taxe aux GAFA Google, Apple, Facebook, Amazon, mais aussi Uber ou Airbnb, pour lutter contre les pratiques d’évasion fiscale.

Attac souligne aussi l’exploitation des travailleurs asiatiques, le manque de respect de la vie privée des utilisateurs et la pratique du matraquage publicitaire. Ce dont se défend la firme californienne, qui assure ne pas avoir recours à ce genre de pratiques contrairement à de nombreux concurrents, Facebook et Google en tête.

Lire aussi : Bruno Le Maire propose de taxer les GAFAM à 3% en Europe

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !