Windows 10 : DirectX 12 permet des performances hallucinantes en jeux 3D

 

Parmi les nombreuses fonctions exclusives à Windows 10, nous n'avons pas encore beaucoup parlé de DirectX 12. Pourtant, cette nouvelle version majeure a tout pour réjouir les joueurs et les développeurs, à commencer par un gain en performances retentissant, rendu possible par les nombreuses optimisations apportées par Microsoft ainsi que par un changement de philosophie.

Pour arriver à la prouesse promise, Microsoft a dû sérieusement revoir l'architecture de DirectX au sein d'un système Windows. L'idée est désormais de proposer une API (Interface de programmation) à bas niveau afin de communiquer le plus directement possible avec la carte graphique.

DirectX 12 sous Windows 10

L'idée est assez simple, en se passant d'un maximum d'intermédiaires, il devient possible d'allouer plus de puissance graphique à une tâche particulière, comme les jeux. En fonctionnant ainsi, il devient en théorie plus commode pour un développeur d'exploiter toutes les ressources à sa disposition.

C'est malin et ça rejoint la technique utilisée par Mantle sur les cartes AMD. Mais à la différence de son concurrent, DirectX 12 s'applique à toutes les cartes graphiques du marché. La démocratisation s'annonce ainsi bien meilleure. Selon l'article de AnandTech, le fonctionnement à bas niveau était inenvisageable sous DirectX 11, la version que nous utilisons à ce jour.

DirectX 12, une révolution de la 3D

D'ailleurs, du fait de son intégration si particulière avec le noyau de Windows, Microsoft a déjà déclaré ne pas être en mesure de porter DirectX 12 sur des versions antérieures. Windows 8.1 et Windows 7 n'y auront donc pas accès. Ce qui ne devrait pas être très grave, car ces versions de Windows seront éligibles gratuitement à la mise à jour vers Windows 10. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes !

Et si on se base sur les performances de la dernière Technical Preview de Windows 10, les performances sont déjà bien présentes. Retrouvez-en un résumé sur le graphique suivant (cliquer pour agrandir). Le benchmark Star Swarm montre ainsi des résultats en hausse de près de 150% avec une GeForce GTX 980 qui passe ainsi de 26,7 images par seconde sous Direct 3D 11 à 66,8.

Dernière interrogation légitime, qui y aura droit ? Suivant la génération de vos cartes graphiques, le scénario pourrait être différent. Du côté de Nvidia, nous savons déjà que les architectures Maxwell (séries 750 et 900), Kepler (séries 600 et 700) et Fermi (séries 400 et 500) auront accès aux bienfaits de DirectX 12. Pour AMD, il faudra impérativement disposer d'un driver compatible WDDM 2.0, ce qui comprend les dernières Radeon ainsi que quelques autres modèles antérieurs.

Il ne nous manquera alors plus que des jeux optimisés pour Direct3D 12, ce qui ne saurait sans doute tarder. Nous vivons probablement actuellement une petite révolution dans le monde du jeux vidéo en 3D. Nous en jugerons sur pièces d'ici quelques mois.

Via



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !
fz
Microsoft annonce Office 2021 pour Windows et Mac dès cette année

Microsoft a annoncé que sa nouvelle suite Office 2021 LTSC arriverait bien cette année sur Windows et Mac. Ainsi, les utilisateurs ne souhaitant pas passer au format à abonnement pourront bénéficier des dernières innovations de la suite logicielle. La beta…

quick share samsung windows 10 pc
Windows 10 : Samsung va proposer son alternative à AirDrop sur PC

Samsung s’apprête à proposer Quick Share, son alternative à AirDrop, sur Windows 10. Cette application permettra de transférer rapidement et facilement un fichier d’un smartphone Android conçu par Samsung à un ordinateur tournant sous Windows 10. L’application sera bientôt disponible au téléchargement sur le Microsoft…

microsoft defender faille
Windows Defender : une faille de sécurité passe inaperçue pendant 12 ans

Les chercheurs en sécurité informatique de SentinelOne ont découvert une faille de sécurité critique dans Microsoft Defender, anciennement Windows Defender. Cette vulnérabilité était présente depuis près de 12 ans, et elle permettait à un attaquant d’exécuter du code malveillant à…