Tesla et Elon Musk condamnés pour avoir injustement licencié des employés

Tesla vient d’être condamné pour avoir violé à plusieurs reprises le droit du travail aux États-Unis, en licenciant notamment des employés pour avoir mené des actions syndicales. Elon Musk a été personnellement indexé par la juge pour avoir tenu sur Twitter des propos allant contre les droits des travailleurs. L’entreprise devra réintégrer les employés licenciés à tort et leur verser un rappel des salaires non perçus.

Tesla

Tout a commencé par un Tweet publié par Elon Musk en mai 2018 dans lequel il menaçait les employés s’engageant dans une activité syndicale de retirer leur stock-options (options sur titres), une forme de rémunération accordée par les actionnaires aux salariés. Cette menace a poussé l’UAW, une confédération syndicale des travailleurs du secteur automobile a porter plainte contre Tesla et Elon Musk. Après plusieurs mois d’enquête, une juge du droit administratif, membre du NLRB (National Labor Relations Board) a condamné l’entreprise pour plusieurs pratiques qui violent le droit du travail américain.

Tesla et Elon Musk condamnés pour avoir violé le droit du travail aux Etats-unis

D’après la décision du NLRB, Tesla a enfreint la législation sur le travail en empêchant injustement les travailleurs de se syndiquer. Il est par exemple reproché à l’entreprise d’avoir licencié des employés parce qu’ils ont distribué des tracts dans le parking de l’usine de Fremont. D’autres ont été soumis à un interrogatoire et menacés par les responsables de l’entreprise. La juge a également déterminé que les propos d’Elon Musk tenus sur Twitter violent le droit des travailleurs. Les employés ne doivent en aucun cas perdre des avantages octroyés par la société au motif qu’ils sont engagés dans un groupe syndical.

La juge ordonne à Tesla de réintégrer les employés licenciés, mais aussi d’annuler un avertissement adressé à un employé pro-syndical. L’entreprise devra aussi organiser une réunion dans son usine de Fremont. Au cours de cette rencontre, Elon Musk ou un autre haut dirigeant de Tesla devra lire publiquement un texte, informant les employés que le NLRB a conclu que l’entreprise avait enfreint la loi en empêchant ses travailleurs de militer dans un groupe syndical.

Enfin, comme l’explique le site Bloomberg, le NLRB est limité dans sa capacité à punir les entreprises qui violent le droit du travail. L’organisme peut exiger que celles-ci réintègrent des employés licenciés injustement ou qu’on leur verse des arriérés de salaire, mais il ne peut pas évaluer les éventuels dommages-intérêts punitifs, ni tenir les dirigeants comme étant personnellement responsables des infractions commises. Si les victimes le souhaitent, elles pourront engager d’autres poursuites devant les juridictions compétentes.

Tesla de son côté peut faire appel de la décision du NLBR. Pour l’instant, ni l’entreprise, ni Elon Musk n’ont encore réagi mais il y a fort à parier qu’un appel sera interjeté dans les jours à venir.

Source : Bloomberg

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Tesla chute en bourse malgré des livraisons record

Tesla a annoncé avoir livré 97 000 voitures électriques au troisième trimestre de 2019, soit 2000 unités de plus qu’au trimestre précédent. L’entreprise réalise son meilleur score en termes de livraisons mais cela n’a pas empêché son action de dégringoler…

Lamborghini dévoile sa première voiture hybride, la 819HP Sian

Depuis quelques années déjà, la tendance est aux voitures électriques ou hybrides chez l’ensemble des constructeurs. Si Lamborghini ne s’était pas encore lancé sur ce marché, c’est désormais chose avec la 819HP Sián, qui est actuellement dévoilée au Salon de…