Meta n’a jamais été aussi bas financièrement depuis 2016, c’est une catastrophe

 

C’est une véritable descente aux enfers pour Meta, qui voit ses finances chuter inexorablement depuis le début de l’année. La firme a perdu 52 % de ses bénéfices en seulement un an, tandis que son chiffre d’affaires continue de baisser. La Bourse, quant à elle, est particulièrement frileuse et pourrait faire plonger encore plus la fortune de Mark Zuckerberg.

facebook mark zuckerberg

Rien ne va plus chez Meta. Sa stratégie hasardeuse sur le metaverse couplée à la perte de puissance de Facebook commence à sérieusement impacter les économies de l’entreprise. Le bilan financier de groupe pour le troisième trimestre 2022 a de quoi faire frémir ses actionnaires. Au cours des trois derniers mois, ce dernier a réalisé un bénéfice net de « seulement » 4,4 milliards de dollars. Ce chiffre a chuté de 52 % en un an.

Son chiffre d’affaires, quant à lui, n’a pas non plus bonne mine. Ce trimestre, il a de nouveau baissé de 4 % en atteignant 27,7 milliards de dollars. Forcément, une telle situation a refroidi les investisseurs. Hier soir, l’action de Meta a perdu 20 % de sa valeur à la clôture de la Bourse de New York, en réaction directe à la publication de ses résultats financiers. Un bilan encore plus dramatique lorsque l’on regarde son évolution au cours de l’année passée.

Sur le même sujet — Metaverse : même les employés de Meta ne veulent pas utiliser leur application

Meta est un gouffre financier mais croit toujours en son metaverse

En effet, depuis le début de l’année 2022, l’action en Bourse de Meta a décliné de 338 dollars à 129,82 dollars, soit une baisse monstrueuse de 61,7 %. Désormais, tous les regards sont tournés vers l’ouverture de la Bourse New York, qui aura lieu cet après-midi à 15 h 30. Certains prédisent déjà que l’action de Meta vaudra alors 104 dollars. Si tel est le cas, l’entreprise sera donc valorisée à 280 milliards de dollars, soit son niveau le plus bas depuis 2016.

Les raisons de ce désastre sont malheureusement connues de tous. En premier lieu, on retrouve bien entendu l’obstination presque maladive de l’entreprise pour le développement du metaverse, dans lequel bien peu de personnes à part celle-ci semble croire. Les investissements massifs continuent de faire perdre des milliards à Meta, sans qu’aucune rentabilité ne soit à prévoir avant plusieurs années.

Mais d’autres facteurs jouent également en la défaveur de la firme californienne. Après une longue période de stagnation, Facebook connaît désormais une année noire, après la perte historique d’un million d’utilisateurs au premier trimestre. Pour couronner le tout, la concurrence se veut de plus en plus rude à son égard, notamment du côté d’Apple, qui ne manque d'ailleurs pas de remuer le couteau dans la plaie.

Après l’immense coup de massue qu’a été le nouveau règlement de l’App Store, qui impose aux applications de demander la permission des utilisateurs pour récolter leurs données personnelles, la firme de Cupertino en a remis une couche cette semaine en annonçant une hausse de ses tarifs pour en matière de publicités sur les réseaux sociaux.

Mark Zuckerberg toujours optimiste malgré les résultats désastreux de Meta

S’il reconnaît les difficultés traversées par son entreprise, Mark Zuckerberg continue de jouer la carte de l’optimisme. « Nous affrontons un environnement macro-économique instable, une concurrence accrue, des problèmes de ciblage publicitaire et des coûts accrus pour nos investissements de long terme, mais je dois dire que nos produits ont l’air de s’en sortir mieux que certains commentaires ne le suggèrent », a-t-il déclaré.

Pourtant, celui-ci a vu sa fortune personnelle fondre de 125 milliards de dollars à 55,3 milliards de dollars. Une mauvaise ouverture de la Bourse cet après-midi pourrait lui faire perdre 10 milliards de dollars supplémentaires. Une situation qui n’a pas l’air de le secouer tant que çadu moins en apparence :

« Notre communauté continue de croître et je suis heureux de l’engagement fort que nous constatons grâce aux progrès de notre moteur de découverte et de produits comme Reels. Bien que nous soyons confrontés à des défis à court terme en matière de revenus, les fondamentaux sont là pour un retour à une croissance plus forte des revenus. Nous abordons 2023 en nous concentrant sur les priorités et l’efficacité qui nous aideront à naviguer dans l’environnement actuel et à émerger en tant qu’entreprise encore plus forte. »



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !