L’Europe va contraindre Apple à adopter les RCS et les App Store alternatifs

 

Les restrictions imposées par Apple sur l’iPhone pourraient finalement s’écrouler grâce aux nouvelles règles imposées par l'Union européenne. La loi sur les marchés numériques a été promulguée, et forcera bientôt les fabricants à s’ouvrir à la concurrence.

test iphone 14 pro max

Depuis la sortie des iPhone, Apple a toujours imposé de nombreuses restrictions aux utilisateurs. iMessage ne fonctionne par exemple qu’entre iPhone, tandis que les utilisateurs ne peuvent que télécharger des applications sur le magasin officiel d’Apple : l’App Store.

Cela pourrait changer à l'avenir, car la loi européenne sur les marchés numériques est entrée en vigueur. Bien que des entreprises comme Apple ne soient pas obligées de s'y conformer immédiatement, la loi pourrait obliger Apple à abattre les murs de son écosystème et à permettre aux utilisateurs d'iOS d'accéder à des magasins d'applications tiers et même de sideloader des logiciels.

Apple pourrait devoir s’ouvrir à la concurrence

Selon la loi sur les marchés numériques, les fabricants de smartphones devront autoriser les utilisateurs à installer des magasins d'applications tiers. Cela permettrait par exemple aux propriétaires d’iPhone d’installer le Google Play Store sur leur appareil, et de télécharger des applications dessus.

Apple devrait également devoir accepter l’installation d’applications en dehors des boutiques officielles, c’est-à-dire via des APK. Cette technique, appelée, sideloading, est depuis toujours considérée comme un danger pour Apple. Le géant américain recommande d’ailleurs ouvertement Android si vous voulez vous adonner à de telles pratiques.

Un tel changement serait une véritable révolution pour les utilisateurs d’iPhone, qui pourraient par exemple retrouver le jeu Fortnite, qui avait été banni de l’App Store l’année dernière. Il est toujours possible de profiter du titre gratuitement depuis le Xbox Cloud Gaming, mais l’application elle-même pourrait bien faire son grand retour dès que l’Europe contraindra les entreprises à se conformer à la loi.

Comme le notent nos confrères de MacRumors, l'un des autres nouveaux ajouts à la loi qui exige l'interopérabilité des services de messagerie, d'appel vocal et d'appel vidéo. Cela signifie que d'autres entreprises peuvent demander l'interopérabilité d'iMessage d'Apple, ce qui pourrait obliger Apple à jouer le jeu avec les messages RCS.

Pour rappel, cela fait plusieurs mois maintenant que Google tente tant bien que mal de forcer Apple à adopter les RCS sur iMessage. Ce dernier s’y est toujours refusé, et estime même que les utilisateurs doivent remplacer leur smartphone Android par un iPhone pour améliorer leur expérience de messagerie native. Les nouvelles règles d'interopérabilité signifient aussi théoriquement que des applications de Meta comme WhatsApp ou Messenger pourraient demander à interagir avec iMessage.

Apple a un peu plus d’un an pour se conformer à la loi

Les entreprises ont jusqu'au 2 mai 2023 pour apporter des changements afin d'éviter d'être désignées comme « gatekeeper ». Ces derniers sont des entreprises, comme Apple, qui ont une taille suffisante pour avoir un impact sur l’ensemble du marché. Elles doivent également contrôler une passerelle importante pour les entreprises qui tentent d'atteindre les consommateurs (ce qui, selon l'UE, signifie 45 millions d'utilisateurs mensuels actifs et au moins 10 000 comptes professionnels actifs par an). Enfin, l'entreprise doit occuper « une position solide et durable », c’est-à-dire avoir rempli les deux premiers critères depuis au moins trois ans.

Comme vous l’aurez peut-être déjà remarqué, Apple remplit l’ensemble des critères pour être considérée comme une entreprise « gatekeeper ». L'Union européenne procédera à une évaluation du marché en juillet. Le nom des « gatekeepers » sera annoncé le 6 septembre 2023 et il leur sera demandé de se conformer aux directives de la DMA d'ici au 6 mars 2024.

Évidemment, si les entreprises contrevenantes ne le font pas, elles s'exposent à des amendes. Celles-ci correspondront à 10 % de leur chiffre d'affaires mondial, ce qui, pour Apple, représenterait environ 30 milliards de dollars. Il s’agirait donc de la plus grosse amende jamais imposée à une entreprise par un gouvernement mondial.

On imagine que d’ici là, Apple va être obligée de se conformer à la loi. Plus récemment, l’Union européenne a officialisé une nouvelle législation qui obligera la plupart des appareils électroniques personnels à passer à l'USB-C pour la recharge et le transfert de données, et Apple a déjà déclaré qu’elle se séparera bien de sa connectique propriétaire Lightning pour ses prochains smartphones.



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !