Huawei présente le nouveau SoC Kirin 810 malgré l’abandon d’ARM

 

Kirin vient de lever le voile sur le nouveau Kirin 810, un SoC milieu de gamme gravé en 7nm. Conçu avant la défection d'ARM, le composant échappe aux sanctions des Etats-Unis promulguées en mai dernier. Le SoC va alimenter le nouveau Nova 5, un smartphone actuellement réservé au marché chinois. On fait le point sur la dernière production d'Hisilicon. 

huawei soc kirin 810 abandon arm

Ce vendredi 21 juin 2019, Huawei a présenté les Nova 5, Nova 5i et Nova 5 Pro lors d'une conférence organisée en Chine. Cette nouvelle gamme de smartphones signe l'entrée en scène du SoC Kirin 810, un SoC milieu de gamme mis au point par HiSilicon, filiale de Huawei, sur base de licences ARM. Le processeur succède au Kirin 710 dévoilé en 2018.

Huawei dévoile Kirin 810, le dernier SoC de la marque basé sur une licence ARM ?

Le composant a été mis au point quelques mois avant la mise au ban de Huawei sur décision de Donald Trump. La firme a donc été en mesure de fournir l'architecture du système sur puce à TSMC pour assemblage. Pour rappel, TSMC continuera de travailler avec Huawei malgré ses déboires. Le SoC est composé d'une paire de cœurs Cortex A76 cadencés à 2,27 GHz, d'un sextet de cœurs Cortex A55 cadencés à 1,88 GHz,  et d'un GPU Mali G52 MP6. Tous ces composants sont signés ARM.

Comme l'a annoncé Huawei lors de la conférence, le Kirin 810 est équipé d'un NPU (Neural Processor Unit) dédié à l'intelligence artificielle. Le SoC devrait faire des merveilles dans le domaine du gaming en réduisant les temps de chargement et en s'adaptant aux différentes phases de jeu. En fonction des demandes d'un jeu, la puce va adapter la consommation d'énergie du smartphone afin d'éviter la surchauffe. Même son de cloche du côté de la photographie, avec l'ajout d'un logiciel de traitement de l'image pour les photos de nuit.

Lire également : Huawei risque-t-il de disparaitre, privé d’Android et d’ARM ?

Si les Etats-Unis ne reviennent pas sur leur décision, il pourrait bien s'agir du dernier SoC de Hisilicon qui soit basé sur une architecture ARM. La holding britannique est en effet contrainte de se plier aux décisions de la Maison-Blanche : plus de 25% de ses technologies sont d'origines américaines.



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !