Huawei et Google, ARM, Intel… : le flou autour de la reprise des relations commerciales bientôt levé ?

Maj. le 5 mars 2020 à 15 h 20 min

L’affaire Huawei est entrée dans une nouvelle phase après que le président Donald Trump a annoncé en marge du G20, un assouplissement des sanctions visant le groupe chinois. Car en réalité Huawei reste sur la fameuse liste d’Entités, et les principaux partenaires de Huawei, en particulier Google, ARM, Intel et Micron n’ont toujours pas annoncé de reprise de leurs relations commerciales. On apprend lundi 15 juillet 2019 que les entreprises ayant obtenu une licence pourront reprendre leurs livraisons d’ici deux semaines. L’occasion de répondre à une partie des questions qui demeurent autour de la reprise des relations commerciales avec Huawei.

Huawei Google Intel ARM Micron

Les annonces de Donald Trump en marge du G20 renforçaient l’espoir d’une désescalade durable des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine. Et pourtant, quelques semaines plus tard; force est de constater que la situation n’a pour l’heure que très peu évolué. Les entreprises américaines jouissent pour le moment toujours d’un sursis jusqu’au mois d’août, durant lequel elles peuvent encore collaborer avec Huawei et ses filiales. Au-delà de cette date, néanmoins, il reste très difficile de prédire ce qui pourrait se passer. Les entreprises qui souhaitent poursuivre leurs relations commerciales avec le groupe chinois doivent en effet obtenir une licence auprès du Département du Commerce américain.

Huawei : on saura si Google, ARM, Intel, Micron et les autres firmes US peuvent reprendre les livraisons d’ici deux semaines

Un sésame accordé sur le papier dès lors que les technologies et services échangés ne revêtent aucun risque pour la sécurité nationale. Mais dans le même temps le département du Commerce a souligné que Huawei restait inscrit sur la liste d’Entités et qu’à ce titre, les entreprises qui demandaient une licence devaient s’attendre à se la voir refuser. Du coup, les firmes américaines déposent des demandes sans savoir si celles-ci seront ou non validées. Un membre de l’administration haut placé cité par Phonearena et Reuters annonce une reprise des relations commerciales des entreprises disposant d’une licence sous deux semaines.

Lire également : Huawei, Android, ARM et Trump – le point sur la situation

Une échéance à laquelle on devrait donc logiquement savoir quelles sont les entreprises américaines qui restent exclues du carnet de commandes de Huawei. Phonearena nous apprend que deux fabricants de puces (dont le nom n’est pas précisé à ce stade) ont l’intention de déposer une demande pour obtenir une licence. De son côté, un porte-parole de Huawei, cité par Reuters, a estimé que « les restrictions de la liste d’Entités devraient être complètement levées, plutôt que d’exiger des vendeurs américains qu’ils fassent des demandes de licences temporaires. Huawei n’a été déclaré coupable d’aucune méconduite pertinente et ne représente aucun risque en terme de cyber-sécurité pour aucun pays, les restrictions ne sont donc pas méritées ».

Source : Phonearena



Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Huawei est de nouveau accusé d’avoir violé les sanctions contre l’Iran

Huawei aurait dissimulé son contrôle d’une entreprise iranienne, Skycom, dans le but de contourner les sanctions internationales contre l’Iran. Des documents dévoilés par Reuters semblent montrer que Skycom est en réalité une filiale de Huawei. Le constructeur assure pourtant l’avoir…