Huawei est “dangereux” et “ment au monde” accuse Washington

 

Huawei est une nouvelle fois accusé par la Maison Blanche de mentir et de collaborer avec le gouvernement chinois. Mais malgré les problèmes de sécurité que posent le groupe, Donald Trump se dit prêt à envisager une levée des sanctions si un accord commercial est trouvé entre les États-Unis et la Chine.

maison blanche

La passe d'armes entre Washington et Pékin concernant Huawei continue. Mike Pompeo, le chef de la diplomation américaine, a déclaré auprès de la CNBC que “le PDG de Huawei ne dit pas la vérité au peuple américain ni au monde” quant aux relations du groupe avec les autorités chinoises. Il explique que la loi nationale oblige l'entreprise à collaborer avec l'État. “Dire qu’ils ne travaillent pas avec le gouvernement chinois est une déclaration fausse”, affirme-t-il.

Huawei encore attaqué par la Maison Blanche

L'AFP rapporte également qu'un texte de loi visant à protéger le réseau 5G des États-Unis a été proposé et est soutenu aussi bien par les Démocrates et les Républicains, qui ont pourtant bien du mal à s'entendre sur à peu près tous les sujets d'habitude. Le sénateur démocrate Mark Warner décrit le texte comme un moyen d'empêcher “les entreprises qui reçoivent des instructions d’un adversaire étranger d’infiltrer notre réseau national de communications”. Huawei est clairement visé.

Lire aussi : Huawei exclu du marché américain et d’Android : le point sur la situation

On a ensuite eu droit à une déclaration de Donald Trump, qui a une nouvelle fois lié l'affaire à la guerre commerciale que se livrent la Chine et les États-Unis. “Quand vous regardez ce qu'ils ont fait d'un point de vue de la sécurité, d'un point de vue militaire. Très dangereux. Mais il est possible que Huawei soit inclus dans un accord commercial. Si on a un accord, je vois bien Huawei inclus d'une manière ou d'une autre”, a-t-il déclaré. Il y a quelques jours, Donald Trump annonçait que la Chine ne deviendrait pas numéro 1 mondial sous sa présidence. Plus que des risques d'espionnage, Huawei semble être un élément de pression à mettre dans la balance au moment des négociations pour le président américain.

Il y a quelques heures, Huawei accusait d'ailleurs les Etats-Unis de harcèlement injustifié. Le géant des télécoms et de la téléphonie a vite été rejoint par le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, qui dénonce un “harcèlement économique” dont le but est “d'entraver le processus de développement” de la Chine.



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !