Donald Trump : « la Chine ne deviendra pas numéro 1 mondial sous ma présidence »

Donald Trump a crié haut et fort qu’il ne laissera pas la Chine devenir la plus grande puissance économique mondiale tant qu’il sera le dirigeant des États-Unis. Il estime que sa guerre économique, qui a de lourdes conséquences pour Huawei, est en train de porter ses fruits.

donald trump
Crédit : Gage Skidmore / Flickr

« Pas sous ma surveillance », ou « Pas tant je serai en charge » (« Not in my watch » en anglais). Dans une interview accordée à Fox News, Donald Trump s’est montré très clair, et a une nouvelle fois cassé les codes habituels de la diplomatie : il fera tout pour empêcher la Chine de devenir la première puissance économique mondiale et de dépasser les États-Unis.

Donald Trump admet-il qu’il attaque Huawei pour simple cause économique ?

Dans son style toujours très particulier, il assure être « très heureux » de la situation actuelle et du déroulement de la guerre économique que se livrent la Chine et les États-Unis. « Nous sommes en train de reprendre des milliards de dollars », assure-t-il, assurant que « la Chine ne vas évidemment pas bien, au contraire de nous ». Une opération de communication qui nous indique en tout cas qu’il ne compte absolument pas lâcher du lest.

Lire aussi : Huawei réagit au retrait de sa licence Android et ses conséquences pour les utilisateurs

Principale victime du conflit entre les deux nations, Huawei a été banni par Trump par une déclaration d’urgence nationale. Les entreprises américaines n’ont plus le droit de collaborer avec le constructeur, qui a dépassé Apple en termes de ventes d’iPhone et qui s’apprêtait certainement à devenir le leader mondial des infrastructures 5G. Une menace à éliminer pour les États-Unis. Google a retiré à Huawei et Honor leur licence Android, et les deux marques ne peuvent plus se fournir en puces chez Intel, Qualcomm et Broadcom. Elles équipaient leurs mobiles de composants maison sur le milieu et le haut de gamme mais pouvaient recourir à l’aide de fournisseurs pour des smartphones d’entrée de gamme.

En attaquant Huawei, Donald Trump égratigne un des plus grands symboles du succès de l’industrie chinoise. Comme toujours, il n’a pu s'empêcher de s’autocongratuler : « Si Hillary Clinton avait été élue présidente, la Chine serait devenue une économie bien plus puissante que la notre avant la fin de son mandat. Maintenant, ce n’est pas près d’arriver », se réjouit-il. Confirmant à demi-mots au passage les soupçons selon lesquels plus qu’un problème de sécurité, Huawei représente un enjeu économique.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Samsung Electronics : le bénéfice opérationnel plonge de 56% au 3e trimestre

Samsung Electronics anticipe un plongeon de 56% de son bénéfice opérationnel au troisième trimestre 2019. Un résultat dû principalement à des difficultés dans un marché du semi-conducteur baissier depuis le début de l’année. La sortie du tunnel serait néanmoins proche.  Samsung Electronics enchaine…

Facebook Libra : PayPal lâche déjà l’affaire

La rumeur lancée par le Wall Street Journal se confirme. PayPal a annoncé vendredi qu’il quitte la Libra Association qui regroupe les membres fondateurs de la cryptomonnaie que Facebook souhaite lancer l’année prochaine. Le retrait de PayPal constitue un nouveau…

Free pourrait lancer FreeBank, une banque mobile à la Orange Bank

Free aurait l’intention de lancer une banque mobile concurrente d’Orange Bank. Ce 13 septembre 2019, Iliad, maison mère de l’opérateur de Xavier Niel, a en effet obtenu un numéro d’identifiant permettant d’exercer une activité bancaire. Tout porte à croire que l’arrivée d’une « FreeBank » sur le marché soit imminent.  Iliad…