Huawei : l’UE doit s’inquiéter du groupe chinois estime le commissaire européen au numérique

L’UE doit « s’inquiéter » de Huawei et des groupes chinois spécialisées dans les télécoms a déclaré Andrus Ansip, commissaire européen au numérique. Il craint que ceux-ci ne puissent collaborer avec les services de renseignement chinois. Une mise en garde des États-Unis et des sanctions qui commencent à tomber dans le monde entier. 

huawei europe

Huawei continue de nourrir les fantasmes et les regards se tournent de plus en plus vers l’Union Européenne désormais. Andrus Ansip, commissaire européen au numérique, s’est exprimé au sujet du constructeur et géant des télécoms et des autres grands groupes chinois lors d’un point presse à Bruxelles. « Faut-il s’inquiéter de Huawei ou d’autres entreprises chinoises ? Oui, je pense qu’il faut s’inquiéter », a-t-il déclaré dans des propos relayés par Reuters. Il évoque notamment les risques que ceux-ci puissent « coopérer avec leurs services de renseignement ».

Huawei : l’UE après les États-Unis, l’Australie et la Nouvelle-Zélande ?

« Ce n’est pas bon signe quand les entreprises doivent ouvrir leurs systèmes à des services secrets », estime-t-il, évoquant  la fabrication de puces servant à « obtenir quelques-uns de nos secrets ». Il admet cependant que « Nous ne savons pas grand-chose de ce cas concret », mais que « en tant que gens normaux et ordinaires, bien sûr, nous devons avoir peur ». Justement, la France et la Belgique enquêtent sur Huawei, alors qu’au Royaume-Uni le MI6 a conseillé aux autorités de prendre des mesures.

La situation évolue rapidement depuis qu’on sait que les États-Unis ont demandé à ses alliés de bannir Huawei, avec des répercussions d’abord dans les pays anglo-saxons. Huawei et ZTE sont exclus du marché de la 5G en Australie. La Nouvelle-Zélande a suivi peu après. Le Japon devrait aussi prononcer des sanctions contre Huawei. Le plus gros point de tension actuellement réside dans l’arrestation de la directrice financière de Huawei au Canada sur demande des États-Unis. Elle est ici accusée de ne pas avoir respecter l'embargo américain sur l’Iran. La Chine a promis des représailles si la cadre n’était pas libérée très prochainement. Une guerre commerciale entre les deux poids lourds économiques de la planète qui cause bien des ennuis à Huawei.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Huawei assure qu’Harmony OS va rivaliser avec iOS d’ici 2 ans

Huawei estime qu’Harmony OS, son alternative maison à Android, sera aussi répandue qu’iOS dans les deux années à venir. Lors d’une interview, Ren Zhengfei, le fondateur du groupe chinois, a longuement évoqué l’avenir de son OS mobile maison.  Fin du mois de septembre,…

Huawei : Donald Trump accepte de lever une partie des sanctions

Donald Trump a finalement accepté de lever une partie des sanctions à l’encontre de Huawei. En marge d’un nouveau sommet entre Washington et Pékin, le président américain a décidé d’accorder des licences de vente à certaines sociétés américaines. Dans ces conditions, le…

Huawei promet que la 6G sera 100 fois plus rapide que la 5G

Huawei assure que le futur réseau 6G sera 100 fois plus rapide que la 5G, dont le déploiement en est encore à ses balbutiements. Lors d’une interview, Richard Yu, PDG de la division mobile de la firme, a pour la première fois…