HongMeng OS : Huawei confirme des tests en Chine, mais préfère rester sur Android

Maj. le 5 mars 2020 à 15 h 14 min

Huawei se prépare bel et bien au lancement de HongMeng OS : le constructeur confirme que des tests sont en cours, principalement en Chine. La firme semble néanmoins considérer le nouveau système d’exploitation comme un plan B, et espère que les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine s’apaiseront rapidement. Le cas échéant, HongMeng OS serait prêt dans un délai de quelques mois. Huawei évoque également les conséquences catastrophiques de l’exclusion de la firme sur ses partenaires, dont le carnet de commandes est intimement lié à l’activité du groupe.

Huawei HongMeng

Andrew Williamson, vice-président de Huawei, a affirmé jeudi 14 juin 2019 que le constructeur se prépare bien à lancer HongMeng OS, son alternative à Android, dans le contexte des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine. Le système d’exploitation est bien en cours de test, comme l’affirmaient plusieurs rapports en provenance de Chine. « Huawei est prêt à lancer potentiellement un remplacement [d’Android, ndlr]. Ce n’est pas quelque chose que Huawei souhaitait. Nous sommes très heureux de faire partie d’Android, mais HongMeng est en phase de test, principalement en Chine », explique Andrew Williamson. Et d’ajouter que dans le cas où les tensions entre les Etats-Unis et la Chine ne s’apaisaient pas, HongMeng OS serait prêt « en quelques mois ».

HongMeng OS : lancement imminent, sauf si les sanctions des Etats-Unis étaient levées

Il précise que la firme va « vraisemblablement » déposer HongMeng. Les données du World Intellectuel Property Organisation montrent d’ailleurs que Huawei a déjà déposé le nom HongMeng dans plusieurs pays en-dehors de Chine. Ce qui suggère que ce sera bien in fine le nom du système d’exploitation partout dans le monde – alors que des noms alternatifs comme Ark OS ou Oak OS étaient également évoqués comme de possibles noms à l’international. Ce qui est très intéressant dans la réaction du responsable c’est que ce dernier souligne que la perspective de sortir de l’écosystème Android et de lancer une alternative n’est pas ce que la marque souhaitait. Suggérant que HongMeng OS pourrait tout simplement ne jamais être lancé dans le cas où les sanctions des Etats-Unis étaient levées.

Lire également : Huawei, Android, ARM et Trump : le point sur la situation

Andrew Williamson a d’ailleurs évoqué les conséquences « catastrophiques » du sort de Huawei sur ses partenaires. De quoi expliquer selon la marque pourquoi ces derniers montent au créneau pour la défendre : « on ne demande à personne spécifiquement de faire du lobbying pour nous. Ils le font de leur plein gré car, pour nombre d’entre-eux, Huawei est l’un de leurs principaux clients ». Huawei a encore un sursis jusqu’au 19 août pour mettre de l’ordre dans ses relations avec ses partenaires, en particulier Google dont il peut, jusqu’à cette date, continuer de bénéficier de la licence qui lui permet d’installer les applications G Suite sur ses smartphones. A en croire HDBlog.it, HongMeng OS serait prêt pour un éventuel lancement entre le mois d’octobre et les premiers mois de l’année 2020.

Source : HDBlog.it



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !
Mate 40 : Huawei prépare 4 variantes différentes du flagship

Les Mate 40 se profile à l’horizon. Plusieurs mois avant le lancement de cette nouvelle génération, une fuite révèle que Huawei prépare 4 variantes différentes de son nouveau flagship. Sans surprise, tous les modèles seraient compatibles avec la 5G.   D’après…