Affaire Huawei : Ark, Oak, HongMeng… quel sera le nom de l’alternative chinoise à Android ?

Ark OS, Oak OS, HongMeng OS… le nom du futur système d’exploitation de Huawei n’a pas encore été officialisé mais de sérieuses pistes commencent à se dégager. Retour sur ce que l’on sait pour l’instant sur l’appellation de celui qui doit à terme remplacer Android sur les smartphones du groupe chinois. 

huawei ark oak hongmeng os

Les rapports continuent d’affluer concernant le système d’exploitation sur lequel travaille Huawei pour remplacer Android, dont il va perdre la licence et les services Google associés comme le Play Store à la fin du mois d’août 2019 faute d’accord entre la Chine et les États-Unis. Cette fois, c’est le média chinois Global Times qui y va de ses informations. D’après lui, l’OS sera lancé en août ou septembre 2019 sous le nom Oak OS hors de Chine.

HongMeng OS pour la Chine

Comme rapporté précédemment, HongMeng OS devrait être le nom utilisé pour le marché chinois, pas de changement à ce niveau là. Il est décrit comme un système d’exploitation compatible non seulement avec les smartphones de Huawei, mais aussi avec ses tablettes et montres connectées, voire ordinateurs pour remplacer Windows. Ce dernier point est encore à éclaircir.

Si l’on sait que le groupe travaille depuis des années à une telle solution, il est très fort probable qu’il ne s’agisse pas d’un OS reprenant tout de zéro mais basé sur Android Open Source Project, qui comme son nom l’indique est libre de droit. Huawei devrait s’appuyer sur son App Gallery et proposer une compatibilité avec les applications Android. Les développeurs n’auront alors pas besoin de développer des applications destinées spécialement au magasin de Huawei.

Oak OS ou Ark OS pour le reste du monde ?

Jusqu’ici, on pensait que le système d’exploitation serait baptisé Ark OS dans les autres marchés et notamment en Europe. C’est en tout cas un nom qu’a déposé Huawei auprès de Office de l’Union européenne pour la propriété intellectuelle (EUIPO) le 24 mai 2018. Mais on nous parle désormais d’un Oak OS. Oak signifie chêne en anglais, un arbre qui renvoie à une symbolique liée à la force et à la longévité dans plusieurs cultures occidentales. Ce qui étant donné la situation semble être un nom tout à fait adéquat pour faire passer un message : « nous allons rester solides, et nous allons durer ».

Lire aussi : Affaire Huawei : pourquoi Google a peur d’Ark OS, son alternative à Android ?

Quelle date de sortie pour l’alternative à Android de Huawei ?

Pour la fenêtre de lancement évoquée, pas de surprise. Le sursis de 90 jours accordé à Huawei, durant lequel il peut continuer d’exploiter sa licence Android, se termine fin août. C’est donc bien à cette période qu’on peut attendre l’arrivée d’un successeur. Probablement d’abord en Chine, puis dans le reste du monde quelques mois plus tard, vers début 2020. A noter aussi que Huawei aurait testé l’OS russe Aurora OS sur une suggestion du Kremlin lui-même. Il s’agit également d’une alternative pour le constructeur chinois.

 

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Huawei assure qu’Harmony OS va rivaliser avec iOS d’ici 2 ans

Huawei estime qu’Harmony OS, son alternative maison à Android, sera aussi répandue qu’iOS dans les deux années à venir. Lors d’une interview, Ren Zhengfei, le fondateur du groupe chinois, a longuement évoqué l’avenir de son OS mobile maison.  Fin du mois de septembre,…

Huawei : Donald Trump accepte de lever une partie des sanctions

Donald Trump a finalement accepté de lever une partie des sanctions à l’encontre de Huawei. En marge d’un nouveau sommet entre Washington et Pékin, le président américain a décidé d’accorder des licences de vente à certaines sociétés américaines. Dans ces conditions, le…

Huawei promet que la 6G sera 100 fois plus rapide que la 5G

Huawei assure que le futur réseau 6G sera 100 fois plus rapide que la 5G, dont le déploiement en est encore à ses balbutiements. Lors d’une interview, Richard Yu, PDG de la division mobile de la firme, a pour la première fois…