Des députés veulent interdire la lecture automatique des vidéos en France

 

Des députés comptent déposer un amendement au projet de loi contre le dérèglement climatique pour interdire la lecture automatique des vidéos en France. Le but étant de réduire l'empreinte environnementale du numérique.

lecture automatique
Crédits : Pixabay

Tandis que plusieurs députés de la France Insoumise viennent de monter au créneau contre le déploiement de Starlink, d'autres députés ont décidé de s'attaquer à une autre cible : la lecture automatique des vidéos sur les sites Web. À l'instar des députés LFI, ces politiques souhaitent déposer un amendement au projet de loi sur le climat pour interdire “le chargement et la lecture automatique de vidéos mises à disposition sur des services de communication au public en ligne”. 

Bien attendu, l'Arcep, l'autorité de régulation des communications électroniques, aurait un rôle à jouer. L'institution devrait donc vérifier que les sites Web respectent cette législation. En cas de manquement, l'Arcep serait à même d'infliger des amendes à l'encontre des contrevenants.

Ces 27 députés socialistes souhaitent la mise en place de ce dispositif afin de “réduire l'empreinte environnementale du numérique en France”. Ils rappellent notamment que le numérique représentera 7% des émissions de gaz à effet de serre de l'Hexagone d'ici 2040 et qu'en 2019, le streaming vidéo de YouTube, Facebook, Netflix et autres représentaient à eux seuls 61% du trafic mondial.

À lire également : La Nintendo Switch est la console la plus écologique de cette génération

Plusieurs études donnent raison aux députés

Pour rappel, une étude réalisée par l'Arcep en juin 2020 révélait que Netflix représentait le quart du trafic Internet français en 2019. Les chiffres de 2020 n'ont pas encore été communiqués par l'institution, mais il y a fort à parier que ce chiffre ait explosé avec les confinements successifs. Néanmoins, Netflix avait choisi de réduire la qualité vidéo de ses contenus durant cette période pour ménager le réseau Internet (et permettre notamment le télétravail).

Une autre étude est à même de conforter la proposition de ces députés. En effet, Netflix a récemment révélé qu'une heure de streaming rejette l'équivalent de 100g de CO2, soit autant que 40 minutes de climatisation. Après la parution de ces chiffres, la plateforme de streaming a promis de dévoiler son plan d'action pour réduire son empreinte écologique durant le premier trimestre 2021.

Afin de limiter l'impact sur notre environnement, il est important de limiter certaines pratiques. L'interdiction du chargement et/ou de la diffusion automatique d'une vidéo aura pour double conséquence de limiter la consommation énergétique et de lutter contre des pratiques de captation de l'attention”, précisent les députés dans leur exposé sommaire de l'amendement.

Source : Assemblée nationale



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !