HarmonyOS : Huawei se libère de la pression américaine avec son système d’exploitation maison

Harmony OS vient d’être officiellement annoncé par Huawei. Le système d’exploitation, compatible avec tous les appareils connectés, ordinateurs portables et smartphones inclus, lui permet de s’offrir une certaine indépendance vis-à-vis d’Android, de Windows, et des États-Unis en général. Mais tout est encore loin d’être gagné. 

HarmonyOS

Ce 9 août 2019, en introduction de la Huawei Developers Conference, le constructeur a officiellement annoncé HarmonyOS, son système d’exploitation maison. Compatible avec les smartphones, tablettes, ordinateurs, télévisions, montres et objets connectés, il sera proposé sur un premier appareil, une TV, avant la fin de l’année 2019. Puis en 2020, on le verra débarquer sur les montres et bracelets connectés de la marque, ainsi que sur certains modèles d’ordinateurs portables.

Avec HarmonyOS, Huawei peut remplacer les écosystèmes Android et Windows

Huawei envoie un message fort : son écosystème peut être étendu à absolument tous les appareils (c’est le rêve de Google avec Fuchsia) et est capable de remplacer à moyen terme les solutions des géants de la tech américains, à commencer par Android et Windows. Le groupe a fait savoir qu’il souhaitait conserver Android pour ses smartphones et tablettes, mais qu’en cas de soucis avec l’administration des États-Unis, il était prêt à basculer vers HarmonyOS.

De plus, si le Play Store et les services Google ne seront forcément pas disponibles, les applications Android seront quant à elles bien compatibles. Les développeurs n’auront donc pas créer une version spécifique de leur app pour HarmonyOS, ce qui garantit un catalogue d’applis bien fourni dès le lancement. Les utilisateurs ne seront ainsi pas perdus et pourront continuer à utiliser leurs apps favorites. Une excellente nouvelle alors que les anciens concurrents d’Android (Windows Phone, Palm OS…) se sont effondrés notamment à cause du choix restreint d’application. Ici, il faudrait bien sûr changer ses habitudes, mais rien de rédhibitoire.

Par ailleurs, Huawei a confirmé ce que laissaient entendre plusieurs rapports : grâce à son architecture unique, son système d’exploitation est plus rapide et moins gourmand en ressources que ce que propose la concurrence. Bref, le constructeur crie haut et fort : nous n’avons pas besoin des technologies américaines et nous pouvons même faire mieux.

Huawei a encore du chemin à faire

Le constructeur chinois a donc présenté sa solution d’indépendance logicielle aux technologies venues des États-Unis. Et il semble y avoir de l’espoir pour HarmonyOS si toutes les promesses sont tenues. Mais si les sanctions américaines à son encontre se confirment, cela ne suffira pas. Car Huawei reste pour l’instant dépendant des États-Unis vis-à-vis du hardware.

On pense notamment à ses SoC Kirin basés sur la technologie ARM, en principe britannique mais qui reprend elle-même quelques éléments technologiques détenus par des entreprises américaines, empêchant ainsi Huawei d’y avoir recours si l’interdiction pure et simple de collaborer avec des sociétés américaines ou des sociétés internationales sous contrat avec des groupes américains est validée. On ne sait pour l’instant pas quelle va être la décision des États-Unis, qui utilisent Huawei comme levier de pression dans sa guerre commerciale contre les États-Unis. Pour l’instant, le groupe chinois est placé sur la liste des entités, réduisant largement son champs d’action. Un répit de trois mois lui a été octroyé mi-mai et s’achève donc mi-août. Si Huawei desserre l’étau et peut un peu mieux respirer grâce à HarmonyOS, il est donc encore loin d’être 100% indépendant.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Huawei, Android, ARM et Trump : le point sur la situation

Depuis mi-mai les mauvaises nouvelles s’enchainent pour Huawei : la firme est sous le feu de sanctions américaines qui l’excluent de facto du marché et des technologies d’entreprises basées aux Etats-Unis. Google, ARM, plusieurs fondeurs et quantité de partenaires ont…

Huawei accusé de vendre clandestinement des smartphones aux États-Unis

Huawei est accusé d’avoir tenté de vendre clandestinement des smartphones sur le marché américain. Afin de contourner les restrictions imposées par le gouvernement des États-Unis, le constructeur chinois aurait tenté d’écouler des appareils déguisés, sans le logo de la la marque, en…

Mate 30 : Huawei prépare un chargeur sans fil ultra rapide

Les Huawei Mate 30 et Mate 30 Pro pourraient être compatibles avec une recharge sans fil ultra rapide de 30W. En tout cas, le constructeur tente de certifier un chargeur 30W. Après la recharge sans fil inversée, Huawei s’attaque à…

Huawei prépare déjà le déploiement de la 6G !

Huawei travaille déjà sur la 6G alors que la 5G en est encore à ses balbutiements. Soucieux de conserver son leadership dans le domaine des infrastructures réseau, face à des rivaux comme Ericsson et Nokia, le groupe chinois a ouvert un important…

Huawei pris en flagrant délit d’espionnage ?

Des salariés de Huawei se seraient livré à des activités d’espionnage sur demande des gouvernements d’Ouganda et de Zambie. Ces derniers voulaient surveiller les communications d’opposants politiques, ce qu’ils ne parvenaient pas à faire eux-mêmes par leurs propres moyens. Les…

Huawei va lancer son concurrent à Google Maps en octobre 2019

Huawei a donné quelques détails sur Map Kit, qui doit devenir son concurrent à Google Maps. Au programme : circulation en temps réel, réalité augmentée et système de navigation sophistiqué. Le lancement est prévu pour octobre 2019. Le 9 août…

Huawei va se réorganiser pour survivre aux sanctions américaines

Huawei va devoir se réorganiser pour survivre aux sanctions décrétées par le gouvernement américain, estime Ren Zhengfei, fondateur du groupe chinois. Dans un mémo interne, l’homme a exposé la stratégie de la firme pour les cinq années à venir. Bien…

Huawei : Donald Trump refuse toujours de lever les interdictions

Huawei n’est toujours pas sorti d’affaire. Malgré les promesses formulées lors du G20, Donald Trump refuse toujours de lever les sanctions à l’égard du constructeur chinois. Pour le moment, Washington n’accordera donc aucune licence de vente à une entreprise sur…