Maj. le 5 mars 2020 à 15 h 20 min

Le directeur général délégué de Huawei France Zhang Minggang vient d’accorder une nouvelle interview à Challenges – il y détaille entre autres les conséquences de la guerre commerciale sur les résultats et la stratégie de long-terme de l’entreprise. Le responsable explique que Huawei est en train d’activer ses « plans B » pour disposer de ses propres technologies dès 2021.

Zhang Minggang, directeur général délégué de Huawei France est revenu dans Challenges sur les défis que rencontre la firme chinoise dans le contexte très tendu de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine. Il reconnaît notamment que Huawei fait partie des dommages collatérauxHuawei a d’ores et déjà dû « revoir ses plans » de croissance à la baisse, à 100 milliards de dollars de bénéfices chiffre d’affaires contre les 125-130 milliards initialement prévus.

Huawei estime désormais que son OS alternatif est « indispensable »

Zhang Minggang insiste dans les colonnes de Challenges sur les répercussions que subissent ses fournisseurs américains. Pour autant, comme on le savait déjà depuis quelques semaines, Huawei prépare ses « plans B ». La firme souffle le chaud et le froid sur HongMeng OS, son système d’exploitation alternatif à Android, depuis plusieurs semaines, vraisemblablement dans l’espoir de pouvoir continuer à utiliser Android sur ses smartphones.

Mais le responsable choisit cette fois-ci de présenter le nouveau système d’exploitation comme un projet « indispensable ». Et ajoute : « nous y sommes contraints ». Un autre problème dont nous vous parlons régulièrement sur Phonandroid, c’est celui des semi-conducteurs. Le fondeur de la firme, HiSilicon, concevait en effet jusqu’ici ses SoC Kirin à partir de coeurs et d’architectures sous licence ARM – holding qui a depuis dû couper les ponts, comme d’autres, sous la pression des Etats-Unis.

Huawei évoque un « plan B » pour se passer des technologies ARM

Le responsable Huawei explique que la firme « se prépare au pire ». Ainsi, pour la première fois, dans cette interview Challenges, le constructeur chinois évoque le scénario catastrophe dans lequel il ne devrait s’appuyer que sur ses propres technologies, y compris en matière de semi-conducteurs : [HiSilicon] « est un plan B qui nous permet d’avancer », estime le responsable. Il admet dans le même temps, néanmoins, que ce cas de figure n’était pas prévu avant le début de la guerre commerciale.  Et que dans tous les cas la firme « a besoin d’investir plus massivement pour activer [ses] plans B ».

Lire également : Huawei, Android, ARM et Trump – le point sur la situation

Zhang Minggang estime néanmoins qu’une fois ces difficultés surmontées « en 2021 […] nous aurons nos propres technologies ». Et paraphrase le fondateur du groupe, Ren Zhengfei : « nous en sortirons plus forts qu’avant ». Dans la suite de l’entretien que vous pouvez lire en suivant le lien de la source en fin d’article, le responsable évoque également Jean-Louis Borloo et son refus du poste de président de Huawei France, les accusations d’espionnage visant la firme, ou encore le déploiement de la 5G dans le monde, sans Huawei.

Pensez-vous que Huawei pourra rapidement développer des alternatives aux technologies ARM pour ses futurs SoC dans le cas où il serait définitivement exclu des propriétés intellectuelles de la holding ? Partagez votre avis dans les commentaires.

Source : Challenges



Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Huawei est de nouveau accusé d’avoir violé les sanctions contre l’Iran

Huawei aurait dissimulé son contrôle d’une entreprise iranienne, Skycom, dans le but de contourner les sanctions internationales contre l’Iran. Des documents dévoilés par Reuters semblent montrer que Skycom est en réalité une filiale de Huawei. Le constructeur assure pourtant l’avoir…