Huawei : les Pays-Bas accusent la firme chinoise d’espionnage

Huawei est maintenant dans le collimateur des Pays-Bas. Les services de renseignement du pays soupçonnent la firme chinoise d’avoir mis en place des backdoors dans les équipements réseaux utilisés par les opérateurs nationaux. Accusé d’espionnage pour le compte de Pékin, Huawei pourrait ne pas participer à l’essor du réseau 5G aux Pays-Bas. 

huawei accuse espionnage pays bas

Les services de renseignements des Pays-Bas enquêtent sur les agissements de Huawei, rapportent nos confrères de Volkskrant, un média néerlandais, sans citer l’identité de ses sources.  Le constructeur est soupçonné d’avoir caché des backdoors dans l’équipement d’un des 3 opérateurs du pays, Vodafone, KPN ou T-Mobile/Tele2. Il y a quelques semaines, un rapport de Bloomberg révélait déjà que Vodafone avait découvert des portes dérobées dans l’équipement Huawei utilisé en Italie.

Huawei est accusé d’avoir placé des backdoors par les Pays-Bas

Sans surprise, le constructeur a ferment démenti les accusations évoquées par Volkskrant. « Nous respectons la législation et nous protégeons les données privées de nos clients » assure un cadre de la firme chinoise. De même, le groupe assure avoir « fermé la porte aux gouvernements ou aux personnes souhaitant utiliser notre réseau pour des activités menaçant la cybersécurité ». Récemment, Huawei a assuré n’avoir aucun compte à rendre au gouvernement chinois.

Ce n’est pas tout. En avril dernier, ASML, un fabricant de machines pour l’industrie des semi-conducteurs, assure que des données confidentielles lui ont été volées pendant plusieurs années. Cette fuite aurait coûté plusieurs millions d’euros au groupe. Le service de sécurité et du renseignement militaire estime que ce vol a été perpétré par des salariés chinois à la solde de Pékin. « Nous n’avons découvert aucune preuve irréfutable d’implication du gouvernement chinois » précise ASML. Dans ce cas-ci, Huawei n’est pas directement cité.

Lire aussi : Etats-Unis vs Chine – Trump déclare l’urgence nationale pour bannir Huawei

Dans ce climat de suspicion, le ministère des Affaires étrangères a annoncé que « nous ne voulons pas être dépendants de la Chine concernant des technologies essentielles et les matériaux de pointe ». De leur côté, les services de renseignement estiment qu’il n’est « pas souhaitable que les Pays-Bas s’appuient sur du matériel ou des logiciels néerlandais d’entreprises de pays qui gèrent des programmes de cyber-programmes actifs ». Comme le soulignent nos confères des Echos, Huawei ne devrait donc pas prendre part au déploiement de la 5G aux Pays-Bas. Le gouvernement ne tardera plus à se prononcer sur la question.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Huawei : des opérateurs refusent de vendre ses smartphones 5G

Huawei continue d’encaisser les répercussions du décret de Donald Trump. Lâché par ses fournisseurs et banni d’Android, le constructeur chinois doit maintenant faire face à l’abandon de certains opérateurs britanniques, japonais et taïwanais. Une poignée de télécoms refusent en effet…

Huawei demande à l’Europe de l’aider contre les États-Unis

Huawei se cherche des alliés dans la guerre qu’il est en train de mener face aux États-Unis. Le groupe chinois tente de convaincre l’Union Européenne de l’aider, arguant notamment que les Américains n’hésiteront pas à s’en prendre à d’autres entreprises…

Huawei a déjà créé une alternative au Google Play Store

Huawei a déjà mis au point une alternative viable au Google Play Store, la boutique d’applications Android. D’après un rapport de Bloomberg, la firme chinoise a en effet envisagé de remplacer le Play Store par App Gallery, une application déjà intégrée par…

Huawei explique comment il profite de son sursis de 90 jours

Huawei reste en rapport avec Google, malgré les mesures américaines. A en croire de nouvelles déclarations de Ren Zhengfei à la presse chinoises, les deux firmes profitent du délai accordé par la Maison Blanche notamment pour discuter de possibles recours en justice…

Huawei récupère sa licence Android pour 90 jours !

Huawei obtient un peu de répit. Les États-Unis ont consenti à laisser le constructeur chinois un délai de 90 jours afin de boucler certains contrats signés avec des partenaires américains. Durant ce laps de temps, la marque récupère notamment sa…

Huawei va-t-il devoir remplacer Android par son OS maison ?

Huawei et sa filiale Honor sont désormais privés de licence Android. Google suit les décrets de Donald Trump et de l’exécutif américain et arrête de collaborer avec le constructeur chinois. De quoi susciter l’inquiétude des utilisateurs en possession d’un smartphone…

Huawei serait également privé de puces Intel, Qualcomm et Broadcom

Huawei commence à essuyer les conséquences des mesures protectionnistes de l’administration Trump contre les firmes étrangères. En plus de s’être vu retirer sa licence Android, Huawei ne pourrait plus se fournir en puces Intel, Qualcomm et Broadcom. D’autres firmes comme Infineon…