La 5G n’est pas du goût die plusieurs ONG qui réclament un moratoire sur son déploiement : l’occasion de mettre en place un débat citoyen approfondi sur les conséquences sanitaires, sociétales et écologiques de ce nouveau réseau. Ces ONG regrettent plus largement que les citoyens ne soient pas consultés sur le déploiement de ce genre de technologies.

Des utilisateurs de smartphones 5G
Pixabay

La 5G est une technologie plutôt clivante : d’un côté il y a les utilisateurs qui en sont demandeurs, et pour qui le déploiement en France prend trop de temps. De l’autre, il y a des associations et des ONG inquiètes des risques potentiels posés par cette technologie et de l’absence de vrai débat démocratique. Plus question ici d’évoquer les risques d’espionnage supposés en lien avec les équipements Huawei : ce que les associations reprochent surtout à la 5G, ce sont les risques directs et indirects de la technologie sur la santé. Mais aussi son impact écologique lié à l’installation des antennes, de l’augmentation de la facture énergétique et du gaspillage des ressources.

5G : des ONG réclament un moratoire à cause de risques pour la santé, les libertés et l’écologie

Ou encore les risques sur les libertés à cause du recours grandissant au Big Data que ces technologies permettent. C’est pourquoi une dizaine d’associations et ONG (AfL, WECF France, RES, ASEF, AM2E, CVF Santé-Environnement, SERA, POEM26, E3M, NaMd, SOSMCS, PRIARTEM et Agir pour l’Environnement) lancent dans un communiqué ce 2 octobre une « alerte générale » : « force est de constater que, dans de nombreux domaines, les technologies de la communication sans fil et du numérique ont déjà des impacts qui n’ont rien de virtuel : risques pour la santé physique et mentale, hyper-connexion dans le monde du travail et chez les jeunes, sols, paysage et écosystèmes impactés, facture énergétique grandissante, gaspillage de ressources, risques du Big Data sur les libertés, poids des lobbies sur la science et les politiques publiques », peut-on lire.

Également : Huawei promet que la 6G sera 100 fois plus rapide que la 5G

Et les associations d’ajouter que la 5G « conduit inéluctablement à aggraver cet état de fait » : elles regrettent en particulier son « déploiement […] à marche forcée, dans la plus grande précipitation, sans qu’aucune évaluation sanitaire ni aucun débat démocratique sur les effets de cette technologie sur nos sociétés n’aient pu être menés ». Leur communiqué de presse se conclut par un appel à un moratoire sur le déploiement de la 5G et « la mise en place d’un débat public ». Pensez-vous comme ces associations et ONG que le déploiement de la 5G n’a pas suffisamment fait l’objet d’évaluations et de débats ? Partagez votre avis dans les commentaires.

Source : PRIARTEM



Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !