Samsung annonce la mort de son président, Lee Kun-hee

 

Samsung vient d’annoncer la mort de Lee Kun-hee, le président de l’entreprise. Sous son impulsion, le géant de Séoul s’est imposé comme le plus important constructeur de smartphones au monde. Surnommé « le roi ermite », Lee Kun-hee a été reconnu coupable de corruption et d’évasion fiscale à plusieurs reprises au cours de sa carrière.

samsung annonce mort président

« C’est avec grande tristesse que nous annonçons la mort de Lee Kun-hee, président de Samsung Electronics » annonce Samsung dans un communiqué de presse. Alité depuis une crise cardiaque survenue en 2014, Lee Kun-hee est décédé ce dimanche « en présence de sa famille, y compris le vice-président Lee Jae-yong » à l’âge de 78 ans. Ce dernier dirige le conglomérat sud-coréen depuis 2014.

Sans surprise, le communiqué de Samsung ne tarit pas d’éloges sur Lee Kun-hee. « Le président Lee était un véritable visionnaire qui a transformé Samsung en faisant d’une entreprise locale un leader mondial de l’innovation et de la puissance industrielle » fait valoir le leader sud-coréen du smartphone, ajoutant que « son héritage est éternel ». 

Arrivé à la tête de l’entreprise en 1987 à la mort de son père, le fondateur de Samsung, Lee Kun-hee a permis au groupe de se développer à l’international et de devenir le numéro 1 du smartphone. Aujourd’hui, le chiffre d’affaires global de l’entreprise équivaut à un cinquième du produit intérieur brut de la Corée du Sud. In fine, les résultats financiers de Samsung sont intrinsèquement liés à la santé économique de la nation.

Lire également : L’UFC-Que Choisir accuse Samsung de tromper ses clients sur les conditions de production

Lee Kun-hee a hissé Samsung à la première place du marché du smartphone

Né en 1942, Lee Kun-hee est le fils de Lee Byung-chul, l’homme derrière la fondation de Samsung en 1938. Aux origines, il ne s’agissait d’une petite entreprise d’exportation de fruits et de légumes avec des ambitions modestes. Après de brillantes études universitaires, Lee Kun-hee entre dans les rangs de Samsung en 1968. Moins de 20 ans plus tard, il prend les commandes de l’entreprise familiale au détriment de ses 2 frères aînés, jugés inaptes au trône.

Arrivé au pouvoir, Lee Kun-hee entreprend de réformer en profondeur le fonctionnement de l’entreprise. Sous sa direction, Samsung se développe à l’international et fait appel à des ingénieurs étrangers, dont plusieurs designers américains. Ces décisions bousculent les habitudes des ingénieurs Samsung et encouragent l’innovation.

Les changements apportés par Lee Kun-hee à la structure de l’entreprise ont porté leurs fruits. Au cours du troisième trimestre de 2011, Samsung détrône Apple et se hisse à la première place du marché du smartphone dans le monde avec 20% des parts de marché. Les années suivantes, Samsung assoit sa domination sur le marché du mobile. Malgré la concurrence féroce de Huawei, le constructeur sud-coréen reste le numéro 1 mondial du smartphone.

Corruption, évasion fiscale et fraude…le lourd héritage de Samsung

Très proche du pouvoir sud-coréen depuis sa fondation en 1938, Samsung a une longue histoire de scandales financiers à son actif. Comme celui de son père, le règne de Lee Kun-hee a été marqué par plusieurs affaires de fraude. En 1996, il a ainsi été reconnu coupable de corruption. Même son de cloche en 2008. Après enquête, il a été prouvé que Lee Kun-hee avait mis sur pied une caisse noire destinée à corrompre les juges et les magistrats. Grâce à ses connexions au sommet, il a été gracié par la président de la Corée du Sud Lee Myung-bak l’année suivante. Connu pour son mode de vie solitaire, Lee Kun-hee était surnommé « le roi ermite ». Il ne quittait que rarement son immense résidence privée de Séoul pour se rendre dans les locaux de la firme.

Lee Jae-yong, fils de Lee Kun-hee et vice-président de Samsung, a été jugé coupable de corruption en 2017. L’homme a offert jusqu’à 43,3 milliards de wons à Choi Soon-Sil, la conseillère de l’ex-présidente sud-coréenne, afin de négocier des faveurs politiques. Grâce à ces malversations, Lee Jae-yong permettait à Samsung de garder l’avantage sur ses concurrents. Il a été condamné à cinq ans de prison en 2017 avant d’être libéré sous caution un an après le jugement.

En juin dernier, Lee Jae-yong s’est à nouveau retrouvé dans le viseur de la justice. Accusé de fraude comptable et de manipulation boursière, il a été brièvement placé en garde à vue. Un procès est prévu en 2021. La fortune de Lee Kun-hee, estimée à 17,7 milliards d’euros, devrait revenir à Lee Jae-yong et à ses deux sœurs. Sans surprise, Lee Jae-yong succèdera à son père à la présidence de Samsung.



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !
galaxy s21 déverrouiller voix bixby
Galaxy S21 : Bixby permettrait de déverrouiller le smartphone à la voix

Les Galaxy S21, S21+ et S21 Ultra pourraient embarquer une méthode de déverrouillage alternative, révèle une fuite. Samsung permettrait en effet aux utilisateurs de déverrouiller leur smartphone à la voix via Bixby. L’assistant vocal maison serait capable de reconnaître la…

galaxy s21
Galaxy S21 : un seul modèle aurait droit à l’écran incurvé

Un leaker réputé affirme être sûr que les Galaxy S21 et Galaxy S21+ de Samsung auront un écran plat, laissant la possibilité d’un écran incurvé sur un seul modèle, le Galaxy S21 Ultra.  Samsung doit annoncer trois nouveaux flagship Galaxy…