Renault veut concentrer la production de ses voitures électriques en France

 

Renault vient de lister les voitures électriques à venir d'ici les trois prochaines années. L'occasion pour la marque au Losange de confirmer son intention de concentrer toute la production en France sur les sites de Douai, de Maubeuge, de Ruitz et de Cléon.

Crédits : Renault

En juin 2021, Renault a donné naissance au Renault Group Electricity dans le cadre de son plan Renaulution. L'objectif ? Regroupe les sites industriels de Douai, de Maubeuge et de Ruitz, soit près de 5000 salariés, au sein d'un seul écosystème spécialisé dans les véhicules électriques. Avec ce projet, Renault veut faire de la France l'épicentre de sa production de voitures électriques.

Par ailleurs, cette fusion des différentes capacités de production est une étape essentielle pour le constructeur dans la réalisation d'un tout autre objectif : celui de vendre uniquement des voitures électriques d'ici 2030 dans l'Hexagone.

Dans le cadre des accord passés en juin 2021 avec les syndicats, la marque au Losange avait annoncé que cinq voitures électriques seraient produites au sein des installations du pôle Electricity. Et si la fabrication de la nouvelle Mégane E-TECH Electric a d'ores et déjà commencé à Douai depuis début 2022, le suspens était encore entier concernant les autres modèles à venir.

Renault veut fabriquer toutes ses voitures électriques en France

Ce n'est désormais plus le cas. En effet, Renault vient d'officialiser les lieux de production de tous ses futurs véhicules électriques. La R5 électrique sera par exemple produite à Douai dès 2024, alors qu'un nouvel atelier d'assemblage de batteries devra ouvrir ses portes à la même période pour approvisionner le site. La R5 ne sera pas seule puisque la nouvelle Scenic électrique, basée sur la plateforme CFM-EV de la Megane, sera également fabriquée à Douai.

Quant à la manufacture de Maubeuge, elle fabriquera dès 2023 uniquement des fourgonnettes et utilitaires électriques comme le Kangoo E-Tech. Par ailleurs, notez que le site abritera également la production de la nouvelle 4L électrique dès 2024.

Crédits : Renault

Venons-en ensuite à la manufacture de Ruitz, site en charge de la fabrication des boites de vitesses DB35 (elles équipent l'ensemble de la gamme E-TECH) depuis mars 2022.  L'usine va prendre en charge la production de bacs batteries pour les véhicules électriques fabriqués en France comme la future Renault 5.

Quant à l'usine de Cléon, rappelons qu'elle produit depuis juillet 2022 le nouveau moteur électrique ePT-160 kW de la marque. Or et à partir de 2023, Renault annonce que le site aura “une capacité de production de plus de 1 million de moteurs électrifiés par an dont 500 000 moteurs électriques et 510 moteurs hybrides”. 

Bien entendu, ces annonces sont synonymes d'emplois. Depuis le début de l'année, le constructeur a embauché plus de 1000 personnes sur les différents sites, et d'ici la fin 2022 700 embauches supplémentaires sont prévues.



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !