Orange : Stéphane Richard dénonce un harcèlement de l’Arcep qui multiplie les plaintes

 

Le PDG d'Orange Stéphane Richard profite d'une interview du journal Les Echos pour revenir sur les relations tendues entre son entreprise et le gendarme des télécoms. Il reproche à l'Arcep de multiplier les plaintes en justice sur le déploiement fibre et 4G sans prendre en compte les investissements conséquents de son groupe. 

Stéphane Richard Orange
Orange + Phonandroid

Le PDG d'Orange Stéphane Richard se dit, dans une interview Les Echos, victime de “harcèlement” de la part de l'Arcep. Le patron de l'opérateur historique était invité à revenir sur les conflits entre son groupe et le gendarme des télécoms. Ainsi, lorsque l'un des journalistes lui demande pourquoi “les relations entre Orange et son régulateur sont à couteaux tirés”, Stéphane Richard répond qu'il “y a chez Orange une forme d'incompréhension”.

Stéphane Richard trouve qu'Orange est harcelé par l'Arcep

Et le PDG d'Orange de poursuivre : “nous sommes mobilisés à fond, pour déployer la fibre et la 4G, comme jamais dans notre histoire. Et en face, le régulateur multiplie les procédures à notre égard”. Stéphane Richard tance ensuite l'action de l'Arcep : “on peut presque parler de harcèlement juridique et médiatique. L'Arcep a lancé dix procédures contre Orange, c'est un record historique !”.

Le responsable assure néanmoins qu'il n'y a rien de personnel entre le président de l'Arcep Sébastien Soriano et lui : “nous nous respectons”, insiste-t-il. Stéphane Richard en profite pour déminer le sujet de la question prioritaire de constitutionnalité déposé par son groupe pour contester le pouvoir de sanctions de l'Arcep. Il assure d'un côté qu'il “n'y a aucune forme de pression vis à vis de l'Arcep” tout en glissant que “si le point a autant fait réagir, c'est peut-être qu'il a soulevé des questions valables”.

Avant de prendre pour exemple le secteur de l'énergie et des jeux dont les régulateurs sont organisés différemment “avec des commissions séparées et des magistrats indépendants”. Orange a récemment été mis en demeure par l'Arcep, comme ses concurrents Free et SFR, en raison de retards sur le déploiement de la fibre optique dans le cadre du plan très haut débit. Une mise en demeure qui intervient quelques mois après une autre sur le déploiement de la 4G visant cette fois-ci les quatre opérateurs.

Source : Les Echos



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !
bruxelles roaming abolition
Bruxelles va prolonger l’abolition du roaming en Europe jusqu’en 2032

Bruxelles veut prolonger la suppression du “roaming” ou des frais d’itinérances dans toute l’Union européenne pour les dix ans à venir. La Commission européenne souhaite garantir “la même qualité et la même vitesse de connexion” que dans leur pays d’origine…