Des chercheurs ont trouvé une nouvelle méthode de déverrouillage aussi sécurisée que Face ID ou le lecteur d'empreintes : leur appareil sait identifier la signature bioacoustique de nos os avec une précision de 97%. Les chercheurs doivent encore améliorer la précision du système pour en faire une solution clé-en-main. Elle pourrait néanmoins déjà ajouter une couche de sécurité supplémentaire aux lecteurs d'empreintes. 

Déverrouillage OS bioacoustique
On fait le pari qu’avoir des lames en adamantium entre les doigts comme Wolverine améliore la précision du système / Crédits : Phonandroid

Des chercheurs sud-coréens explorent une nouvelle méthode d’authentification biométrique : la bioacoustique. Autrement dit l’analyse de l’écho sonore de parties de notre corps. Les chercheurs expliquent en effet dans une étude parue dans IEEE Transactions on Cybernetics que ce genre de signature peut être utilisé comme méthode d’authentification.

Les scientifiques expliquent : « nous avons été très surpris de constater que le spectre bioacoustique des individus se maintient bien dans le temps […] nos résultats suggèrent que les signatures bioacoustique reflètent davantage des caractéristiques anatomiques que des changements dans la concentration d’eau, température du corps, ou concentration de biomolécules dans le sang qui changent d’un jour à l’autre ». 

Autrement dit, la signature bioacoustique d’une partie du corps est surtout déterminée par l’écho sonore renvoyé par les os. Les chercheurs ont mis au point un prototype qui est déjà capable d’identifier une personne avec une fiabilité de 97%. Un bon début, mais pour en faire une solution réellement alternative à la reconnaissance faciale 3D ou aux lecteurs d'empreintes, il faudra encore ajouter des capteurs pour rapprocher encore davantage la fiabilité du système de 100%.

Améliorer la sécurité du lecteur d'empreintes

Néanmoins, ce type de technologie pourrait déjà servir à améliorer des modalités biométriques existantes. Comme le lecteur d'empreintes : depuis le temps que les constructeurs les mettent sur leurs smartphones, ces capteurs ont montré leurs faiblesses. Il est possible de tromper ces capteurs via diverses techniques, plus ou moins complexes à mettre en oeuvre. L’une d’entre-elles consiste par exemple à copier une empreinte à l’aide de colle.

Lire également : Reconnaissance faciale – près d’un smartphone sur deux se déverrouille avec une simple photo

En plus de cela il ya les bugs des capteurs d'empreintes sous l’écran, comme celui du S10 : il se déverrouille par erreur lorsque certaines protection d’écran en silicone sont utilisées. Ce dispositif pourrait ainsi authentifier le doigt en plus de l'empreinte, rendant une éventuelle copie extrêmement difficile, pour ne pas dire impossible.

Source : IEEE Spectrum

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Sécurité : Huawei subirait un million de cyberattaques par jour

D’après le chef de la sécurité de Huawei, l’entreprise repousserait une quantité impressionnante d’attaques informatiques. Des attaques à travers le monde entier, et des autorités américaines qui n’y seraient pas étrangères, selon l’entreprise. Si Huawei doit faire face à l’ire…

WhatsApp : un simple GIF permet de pirater votre smartphone

Une faille découverte dans l’application WhatsApp et qui affecte les smartphones Android permet d’accéder à vos photos privées et autres données personnelles. Il suffit d’un GIF modifié pour exploiter cette vulnérabilité qui vient d’être découverte par un chercheur en sécurité….