Huawei : la licence accordée à Qualcomm ne concerne pas les smartphones 5G

 

Les États-Unis ont allégé les sanctions contre Huawei qui est de nouveau autorisé à se fournir en puces chez Qualcomm. Pour autant, le constructeur n’est pas sorti de l’auberge.

Huawei ne peut toujours pas vendre de smartphone 5G malgré la licence Qualcomm

Après avoir complètement serré la vis sur Huawei ces derniers mois, les États-Unis commencent enfin à lever le pied. Fin octobre, Samsung avait de nouveau été autorisé à vendre ses écrans OLED au constructeur. Tout dernièrement, Qualcomm a également obtenu une dérogation pour lui fournir des puces selon plusieurs sources. Huawei peut enfin souffler alors qu’il y a quelques semaines, sa capacité à produire des smartphones était totalement remise en cause.

Pour autant, le constructeur aurait toujours une grosse épine dans le pied. A en croire le média économique Seeking Alpha, Qualcomm a obtenu une licence pour vendre des puces à Huawei à condition qu’elles ne soient pas compatibles 5G.

Huawei condamné à vendre des smartphones haut de gamme sans la 5G ?

La dérogation ne concernerait donc que les puces 4G. Selon une source citée par le magazine américain, il semble également peu probable que la licence soit étendue aux SoC 5G dans un avenir proche. À condition bien sûr que la nouvelle équipe dirigeante des États-Unis ne remette pas en cause les décisions de l’administration Trump.

Pour Huawei, cet allègement est tout de même bon à prendre s’il venait à être confirmé dans les prochaines semaines. Mais cela voudrait dire que le Huawei P50 ne pourra pas bénéficier du Snapdragon 875, à moins que Qualcomm décline son futur SoC dans une version spécialement conçue pour le constructeur chinois. Des signes montraient depuis quelques semaines que Huawei et Qualcomm seraient de nouveau autorisés à collaborer.

Le fondeur américain faisait le lobbying auprès de l’administration Trump pour l’amener à infléchir sa position. L’issue des négociations s’annonçait positive, un haut responsable de Huawei ayant déclaré que la firme serait ravie de pouvoir compter sur Qualcomm.

Plusieurs anciens partenaires du constructeur chinois ont déposé une demande licence auprès du département du Commerce des États-Unis. Près de la moitié attend toujours une suite favorable. C’est le cas notamment de Google et cela nous rappelle que même si Huawei réussissait à obtenir un sursis en ce qui concerne les puces, l’entreprise n’a toujours pas récupéré sa licence Android.

Source : Seeking Alpha



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !