Huawei privilégie Qualcomm pour remplacer ses puces Kirin

 

Le président tournant de Huawei a déclaré mercredi que la chaîne d'approvisionnement de l'entreprise subissait une attaque violente de la part des États-Unis. Il a exhorté Washington à lever les restrictions commerciales qui nuisent aussi bien au géant chinois qu'à ses fournisseurs. Le constructeur attend impatiemment le feu vert des États-Unis pour collaborer avec Qualcomm.

Huawei Qualcomm

Huawei n'est pas vraiment en position de force en ce moment. Le constructeur est dans l'incapacité de s'approvisionner en puces pour ses smartphones. Au stade actuel, toute issue de secours semble être une bonne occasion de se sortir du bourbier, mais Huawei est plutôt enclin à collaborer avec Qualcomm.

Les États-Unis, armés d'une grande capacité de nuisance, ont réussi à assujettir tous les fournisseurs potentiels de Huawei qui doivent désormais demander une autorisation spéciale pour continuer à collaborer avec le constructeur. La place laissée vide par TSMC est fortement convoitée par ses concurrents. Plusieurs entreprises dont Samsung ont déjà déposé une demande de dérogation auprès de l'administration Trump.

Huawei se dit prêt à collaborer avec Qualcomm

Il se murmurait depuis quelques semaines que Qualcomm faisait le lobbying dans les cercles du pouvoir américain pour faire infléchir la position du pays sur le cas Huawei. Selon l'agence de presse Reuters, le fondeur est récemment passé à du concret en soumettant une demande de licence auprès du gouvernement américain. Demande qui n'a pas tardé à tomber dans les oreilles de Huawei qui y réagit avec enthousiasme.

« Qualcomm a toujours été un partenaire très important pour Huawei. Au cours de la dernière décennie et plus, nous nous sommes approvisionnés en puces Qualcomm. J'ai remarqué que l'entreprise avait demandé une licence auprès du gouvernement américain pour exporter des produits vers Huawei. S'ils obtiennent, nous sommes prêts à continuer à leur acheter des chipsets et à les utiliser dans nos smartphones », a déclaré Guo Ping, président tournant de Huawei, cité par CNBC.

Rappelons qu'Intel vient d'obtenir une licence pour fournir certains processeurs à Huawei. La nature de ces puces n'a pas été précisée, mais cela concerne vraisemblablement les processeurs pour PC. Quant aux premières dérogations pour les SoC destinés aux smartphones, Huawei attend toujours un épilogue favorable, tout comme ses partenaires, mais aussi les millions de clients du constructeur qui se trouvent aux quatre coins du globe.

Source : CNBC



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !