Huawei et ZTE bannis aussi par le Japon, la liste des pays s’allonge

Huawei et ZTE vont également faire l’objet d’une interdiction au Japon, pour les infrastructures 5G comme pour les appareils et composants. Une nouvelle sanction qui vient s’ajouter à celles des États-Unis, de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande, alors que le Canada a arrêté la directrice financière de Huawei sur demande des États-Unis.

huawei mwc

L’étau se resserre autour des constructeurs et équipementiers télécoms chinois Huawei et ZTE. Ce n’est pas encore officiel, mais l’agence de presse Jiji affirme que c’est au tour du Japon de bannir les deux acteurs de son marché. Une décision qui pourrait survenir dès le lundi 10 décembre 2018. Les autorités seraient en train de préparer un moyen d’interdire les deux sociétés sans les nommer expressément pour une question de relations diplomatiques avec la Chine.

Huawei et ZTE bientôt interdits au Japon, après l’Australie et la Nouvelle Zélande

La sanction qui va tomber serait extrêmement sévère puisqu’on ne parle pas seulement ici de l’exclusion de la future infrastructure 5G du pays, mais aussi de celle des produits et composants. Seraient ainsi également concernés des appareils fabriqués par des entreprises japonaises mais comportant des éléments chinois.

La stratégie américaine semble porter ses fruits. Les États-Unis ont demandé à ses alliés de bannir Huawei sous fond de suspicion de cyberespionnage et de guerre commerciale avec la Chine. Huawei et ZTE ont été exclus du marché de la 5G en Australie pour leurs liens supposés avec le gouvernement chinois, tout comme en Nouvelle-Zélande. Et début décembre 2018, la directrice financière de Huawei a été arrêtée au Canada sur demande des États-Unis. Justin Trudeau, le premier ministre canadien, a nié toute implication du gouvernement dans l’arrestation et que la décision a été prise par les « autorités compétentes ».

Pour le moment, rien ne bouge en Europe. Les services mènent cependant leur enquête sur Huawei et redoutent que les avertissements des États-Unis soient fondés. La France refuse de bannir Huawei mais se méfie. Le groupe chinois est partenaire de plusieurs opérateurs français pour la 5G.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Huawei va-t-il devoir remplacer Android par son OS maison ?

Huawei et sa filiale Honor sont désormais privés de licence Android. Google suit les décrets de Donald Trump et de l’exécutif américain et arrête de collaborer avec le constructeur chinois. De quoi susciter l’inquiétude des utilisateurs en possession d’un smartphone…

Huawei serait également privé de puces Intel, Qualcomm et Broadcom

Huawei commence à essuyer les conséquences des mesures protectionnistes de l’administration Trump contre les firmes étrangères. En plus de s’être vu retirer sa licence Android, Huawei ne pourrait plus se fournir en puces Intel, Qualcomm et Broadcom. D’autres firmes comme Infineon…

Huawei : les Pays-Bas accusent la firme chinoise d’espionnage

Huawei est maintenant dans le collimateur des Pays-Bas. Les services de renseignement du pays soupçonnent la firme chinoise d’avoir mis en place des backdoors dans les équipements réseaux utilisés par les opérateurs nationaux. Accusé d’espionnage pour le compte de Pékin,…

Huawei n’est pas aux ordres de la Chine assure un cadre

Huawei continue de tenter de convaincre les autorités et le public qu’il n’est pas une menace, ni pour les États ni pour les consommateurs. Le vice-président du groupe pour l’Europe de l’Ouest assure que le gouvernement chinois n’a jamais tenté…

Mate X : Huawei ne commercialisera que 300 000 exemplaires

Le Huawei Mate X, le premier smartphone pliable du constructeur chinois, ne sera commercialisé qu’en 300 000 exemplaires. Dès juillet 2019, Huawei proposera une première fournée de 100 000 unités. Sans surprise, la marque veut en faire une édition limitée,…

Huawei : Vodafone découvre des backdoors dans ses équipements réseau

Vodafone a découvert des backdoors dans les équipements réseau conçus par Huawei. Ces portes dérobées ont été identifiées par la filiale italienne de l’opérateur. Les faits remontant à 2012, Huawei affirme avoir rapidement corrigés ces failles. Selon Bloomberg, ces portes dérobées…