Huawei : ses équipements réseau sont vulnérables au piratage, selon une étude

Les équipements réseau conçus par Huawei sont plus vulnérables au piratage que celles de firmes concurrentes, affirme une étude de Finite State, une entreprise de cybersécurité américaine. Plus de la moitié des appareils de télécommunications élaborés par le groupe chinois contiendraient une porte dérobée potentielle. Sans surprise, les Etats-Unis se sont rapidement félicités d’avoir banni le constructeur chinois du marché américain. 

huawei equipements reseau piratage

 

Un rapport de Finite State, une entreprise de cybersécurité basée à Columbus (Ohio), accuse les équipements de télécommunications fabriqués par Huawei d’être vulnérables aux piratages, rapportent nos confrères du Wall Street Journal.

Lire également : affaire Huawei – la France n’a « rien de précis à reprocher » au groupe chinois

Une étude accuse les équipements Huawei d’être truffés de failles de sécurité

L’étude aurait révélé la présence d’au moins une vulnérabilité, baptisée « porte dérobée potentielle », dans 55% des images de microprogrammes testées. Le taux de vulnérabilités identifiées est bien plus élevé que la moyenne des équipements fournis par la concurrence, dont Arista Networks et Juniper Networks Inc. L’étude de cas est donc formelle : les produits de Huawei présentent de plus gros risques en matière de sécurité informatique. En d’autres termes, il est plus facile pour un pirate muni d’une clef cryptographique d’intercepter les données qui transitent par les appareils du groupe.

Ces derniers mois, Huawei a souvent assuré qu’il n’y avait aucune porte dérobée à destination d’espions chinois dans ses produits. Cette fois, le groupe n’est pas accusé d’avoir délibérément placé ces backdoors. Pour les experts, il s’agirait plutôt de négligence. Nous avons contacté des responsables Huawei afin d’en savoir plus sur la question. Nous mettrons à jour cet article dès que nous aurons obtenu une réponse.

D’après le Wall Street Journal, le rapport de Finite State a été soumis à de hauts responsables de plusieurs agences gouvernementales aux États-Unis et au Royaume-Uni. Des membres de l’administration Trump ont affirmé que la conclusion de l’étude validait les sanctions décrétées en mai dernier. Huawei est en effet interdit de commercer avec des entreprises américaines. Ce rapport empêchera-t-il Huawei de conserver sa place de leader de la 5G ?

Source : Wall Street Journal

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Le numéro de téléphone fixe bientôt attribué à vie

Votre numéro de téléphone fixe va bientôt pouvoir vous suivre toute votre vie, même si vous déménagez dans une autre région. L’Arcep annonce l’adoption d’une modification du plan national de numérotation, avec comme objectif d’annuler toutes les contraintes géographiques liées…

Tesla augmente le prix de l’Autopilot

Tesla augmente encore le prix de l’Autopilot, plus précisément de l’option « conduite entièrement autonome ». Il faudra compter 1000 euros de plus pour en être équipé à l’achat d’une nouvelle Model 3, S ou X. D’autres augmentations vont suivre…

Windows 10 : Office 365 interdit dans des écoles allemandes

Office 365 sur Windows 10 sont dans le viseur du Land allemand de Hesse, qui a interdit son utilisation dans les écoles. L’autorité régionale en charge des données personnelles estime que Microsoft ne respecte pas les principes du RGPD avec…