Google : amende record de 4,3 milliards d’euros, la firme menace de rendre Android payant, Trump twitte sa colère

Maj. le 22 juillet 2018 à 17 h 03 min

Google a été frappé par une amende record de 4,3 milliards d’euros pour concurrence déloyale par la Commission Européenne. Une annonce qui a fait vivement réagir la firme mais aussi Donald Trump. Dans le cas où le géant américain était finalement forcé de payer, Android pourrait être facturé aux constructeurs de smartphones. Bien qu’en ce qui nous concerne, c’est sans doute une bonne affaire. Notre récap pour tout savoir autour de l’amende visant Google, et ses conséquences.

Google écope d’une amende record de 4,34 milliards d’euros… après une amende de 2,42 milliards d’euros !

S’il y a bien une actualité qui vous a fait beaucoup réagir cette semaine, c’est sans conteste l’amende de 4,34 milliards d’euros visant Google. Le groupe s’attendait à cette amende record, après avoir déjà été la cible d’une amende de 2,42 milliards d’euros en 2017 pour des pratiques anticoncurrentielles. Ce que reproche cette fois-ci la Commission Européenne à la firme de Sundar Pichai, c’est trois « restrictions » imposées aux constructeurs via le système d’exploitation mobile Android : 1. Google qui impose son moteur de recherche au détriment de la concurrence, 2. la firme impose ses applications aux constructeurs et 3. subventionne les constructeurs en leur proposant Android et ses applications gratuitement.

Naturellement, le premier à réagir a été Sundar Pichai, le PDG de Google. Celui-ci a estimé que la décision allait perturber « le fragile équilibre » mise en oeuvre par la firme dans le secteur des smartphones. Pour utiliser Android avec les applications de la suite GMS, Google menace donc de devoir faire payer les fabricants de smartphones – alors que la Commission lui reproche justement de fournir le système, ses applications et son moteur de recherche aux constructeurs gratuitement. La firme menace aussi de ne plus pouvoir investir autant dans Android.

Twitter : Trump tire à boulets rouges sur l’Union Européenne

Dans la foulée de cette décision et de la réaction de Google, un poids lourd des réseaux sociaux a tiré son gros canon à tweets en direction de l’Europe. Oui, Donald Trump était fou de rage. On se demande même s’il s’en remettra, lui qui a imposé récemment une lourde sanction d’1,7 milliard de dollars au chinois ZTE, beaucoup, beaucoup, beaucoup, (beaucoup) moins valorisé en bourse que Google. Le président des Etats-Unis estime que l’Union Européenne profite ainsi indument de son pays. Laissant planer des sanctions économiques – puisqu’on sait qu’il ne lui faut pas très longtemps pour prendre ce genre de décision, coucou la Chine !

France : l’amende de Google est plutôt une bonne nouvelle pour les finances publiques… à terme

En ce qui concerne la France l’amende de Google est a priori une bonne nouvelle pour les finances publiques. Selon les textes européens, en effet, les amendes concurrentielles sont reversées aux Etats-membres à hauteur de leur contribution dans le budget de l’Union. Ce qui représente environ 15% du total pour le gouvernement de l’hexagone, soit 650 millions d’euros, auxquels il faut ajouter une partie d’une autre amende à laquelle Google devra sans doute s’acquitter, d’un montant de 2,4 milliards d’euros.

La firme n’est d’ailleurs pas au bout de ses ennuis avec la justice : fortes de cette décision, les entreprises qui se sentent lésées, comme le moteur de recherche Qwant, par exemple, seront fondées à demander devant les tribunaux nationaux des dommages-intérêts supplémentaires à Google. Mais tout cela reste tout de même virtuel, pour le moment : Google a en effet interjeté appel de cette décision comme elle l’avait fait avec le précédent contentieux. Ce qui bloque les fonds pendant toute la durée de la procédure et limite les possibilités de recours des entreprises. Une procédure en appel devant les instances européennes peut en effet durer assez longtemps – plus de deux ans.

Bref, on passe du mur de nuages à l’oeil du cyclone. Pour voir la fin de cette tempête, il faudra s’armer de patience !

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !