Gilets jaunes : Amazon licencie un employé pour appel au blocage

Maj. le 11 janvier 2019 à 16 h 31 min

Amazon vient de licencier un employé membre des « gilets jaunes ». Après avoir lancé  un appel au blocage de l’entrepôt dans lequel il travaille sur Facebook, l’homme a reçu une lettre de licenciement pour faute grave. 

gilets jaunes amazon licencie employé appel blocage

Comme le rapportent nos confrères de Capital, un salarié de l’entrepôt Amazon de Lauwin-Planque (Nord) a été licencié le 27 décembre 2018. Agent d’exploitation depuis juin 2016, il ne profitera ni d’une période de préavis ni d’indemnités. 

Fin novembre, alors que les manifestations des gilets jaunes battaient leur plein, il avait publié sur son compte Facebook plusieurs appels au blocage des camions entrant et sortant de l’entrepôt d’Amazon. « Demain blocage d’Amazon à Lauwin-Planque, besoin de soutiens des gilets jaunes et des routiers, partager un max » demandait le militant sur son profil Facebook.

Amazon congédie un gilet jaune pour faute grave

Pour la firme américaine, il s’agit d’un « comportement en opposition totale aux valeurs de l’entreprise ». « Le fait que vous appeliez publiquement aux blocages des entrepôts de votre entreprise, en votre nom, va non seulement à l’encontre de votre obligation de loyauté mais démontre explicitement votre envie manifeste de dénigrer et de porter préjudice à l’entreprise » explique Amazon dans la lettre de licenciement, relayée par Capital.

Lire aussi : pourquoi le prix des gilets jaunes explose sur Amazon

Dans la foulée, l’entreprise a aussi convoqué cinq employés d’un entrepôt de Montélimar pour un entretien disciplinaire, rapporte France Bleu. Ils ont tous les 5 posté des messages de soutien aux gilets jaunes sur leur page Facebook. Pour l’heure, Amazon n’a encore pris aucune sanction à leur encontre mais « des messages postés sur les réseaux sociaux » leur ont été reproché, assure Julien Vincent, délégué syndical.

Amazon est-il dans son droit ?

Comme le rappelle Capital, le code du travail estime que les propos tenus publiquement par des employés sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter,…) peuvent être utilisé comme motifs de licenciement. Tout dépend si le message a été publié publiquement, sur un groupe public, sur un mur ou sur votre profil, ou s’il s’agit d’un message à caractère privé. D’après un jugement de la Cour de Cassation, les propos tenus publiquement sur Facebook peuvent vous coûter votre emploi. On compte déjà en France plusieurs cas de cet acabit.

Sans surprise, la nouvelle a provoqué la colère du syndicat CFDT (Confédération française démocratique du travail). « Les salariés d’Amazon sont désormais obligés d’avoir une pensée conforme à celle de l’entreprise ! Toute opinion contraire semble donc passible de sanction, au mépris de toutes les règles applicables en France » regrette l’organisation syndicale.

« Le mouvement national des Gilets Jaunes n’a pas de lien avec l’activité d’Amazon et chacun de nos salariés est libre d’y participer suivant ses convictions, dans le respect des règles relatives au droit » assure de son côté Amazon. La firme de Jeff Bezos confirme aussi que « le mouvement des Gilets Jaunes n’a pas eu d’impact majeur sur nos activités pendant les fêtes de fin d’année ». Au contraire, grâce aux blocages des Gilets Jaunes, Amazon sort même grand vainqueur des achats de Noël. Que pensez-vous de la décision de l’entreprise ?

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Huawei va lancer ses premières TV en avril 2019

Huawei devrait lancer sa ou ses premières TV en avril 2019. Il s’agirait de modèles connectés équipés de caméras mettant l’accent sur le gaming et l’aspect social. OnePlus est également attendu sur le marché des télévisions cette année. Nous vous…

Firefox 66 est disponible : les nouveautés et comment le télécharger

Firefox 66 est désormais disponible au téléchargement. Cette nouvelle version permet notamment de bloquer automatiquement l’autoplay des vidéos, comme Google Chrome le fait déjà. On fait le tour ensemble sur les nouveautés proposées par Mozilla.  Près de deux mois après…