Facebook traque surtout les fake news… qui nuisent à sa réputation

 

Facebook a créé un outil spécial pour traquer les Fake News qui nuisent à sa réputation. Le réseau social n'aime visiblement pas être au cœur des scandales et s'inquiète des rumeurs qui pourraient devenir virales. L'outil est conçu pour identifier des publications qui véhiculent de « fausses informations », mais uniquement celles qui concernent le réseau social.

Facebook Fake News

Il n'y a pas que Donald Trump qui éprouve une aversion pour les Fake News à son sujet. Depuis 2016, Facebook a développé un outil pour identifier le moindre début de polémique le concernant sur le réseau social, mais aussi sur WhatsApp et les autres plateformes lui appartenant. Son nom, Stormchaser (ou chasseur de tempêtes en français) est assez évocateur de la finalité de ce logiciel conçu pour débusquer les fausses rumeurs.

Stormchaser : Facebook sait tout de ce qui se dit à son sujet

Depuis 2016, des employés de Facebook utilisent Storfmchaser pour passer au crible les publications virales sur le réseau social, mais aussi sur WhatsaApp et Instagram, les autres plateformes lui appartenant. Selon le site Bloomberg, cet outil a permis à de nombreuses reprises au réseau social de réagir de manière prompte pour couper court à des bad buzz : fausses informations liées aux données personnelles, campagnes #deleteFB ou encore des blagues aux allures de théories complotistes comme celle qui présente Mark Zuckerberg comme un alien.

Cette information ne manque pas de soulever des questions. On se demande notamment pourquoi cet outil est utilisé uniquement pour traquer les Fake News concernant Facebook. Un porte-parole du réseau social a répondu à Bloomberg.

« Nous n’avons pas utilisé cet outil interne pour lutter contre les Fake News parce que ce n’était pas pour cela qu’il avait été conçu et cela n’aurait pas fonctionné », explique un porte-parole de Facebook à Bloomberg. « Cet outil reposant sur une technologie simple nous a aidés à détecter les publications sur Facebook basées sur certains mots clés », a-t-il ajouté. Selon lui, ces mots-clés ne sont aucunement orientés vers la chasse aux fausses nouvelles concernant le réseau social.

Une tentative d'explication qui laisse de nombreuses personnes sur leur faim, notamment ceux qui craignent que Stromcaser soit l'un des nombreux moyens utilisés par Facebook pour espionner les utilisateurs ou faire irruption dans leur vie privée.

Source : Bloomberg



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !
mark zuckerberg faire mal apple
Facebook : Mark Zuckerberg veut “faire mal” à Apple

Il semblerait que Mark Zuckerberg en ait assez du conflit qui oppose Facebook et Apple depuis quelques années. Tim Cook n’a de cesse de critiquer le réseau social sur son utilisation des données, ce qui a visiblement eu raison des…

brett jordan tWX_ho 328k unsplash
Facebook prépare un procès contre Apple pour concurrence déloyale

Rien ne va plus entre Facebook et Apple. Le groupe de Mark Zuckerberg prépare un procès contre son rival pour contester contre ses nouvelles politiques de protection des données personnelles des utilisateurs. Depuis la mise en place de ces mesures…

whatsapp
WhatsApp partagera quand même certaines données avec Facebook en France

WhatsApp devrait tout de même partager certaines données personnelles d’utilisateurs en France avec Facebook après l’acceptation des nouvelles conditions d’utilisation. Des représentants du groupe l’ont confirmé à un journaliste de BFM TV. Facebook nous l’a assuré la semaine dernière par…

trump facebook
Facebook bannit indéfiniment le compte de Donald Trump

Facebook a décidé de bannir indéfiniment le compte de Donald Trump. Après les émeutes qui ont eu lieu au Capitol et la mort tragique d’une partisane Pro-Trump au sein même du bâtiment, le réseau social juge que le Président n’est…

facebook pages
Facebook supprime le bouton “like” dans les Pages

Facebook commence dès aujourd’hui à supprimer le bouton “like” dans un nombre non-précisé de pages. Ces dernières profitent au passage d’un nouveau design avec leur newsfeed dédié, FAQ et autres nouveautés qui visent à renforcer leur intérêt pour les entreprises….