Maj. le 13 mai 2019 à 11 h 04 min

Chris Hughes, l’un des cofondateurs de Facebook, appelle à démanteler le réseau social. Dans une tribune publiée dans le New York Times, il estime que le pouvoir détenu par Mark Zuckerberg, qui détient 60% des parts du groupe, est devenu beaucoup trop important. L’homme demande au gouvernement américain de mettre en place des lois et des agences de régulation pour contrôler l'emprise grandissante de Facebook. 

facebook cofondateur demanteler reseau social
Mark Zuckerberg à gauche, Chris Hughes à droite.

« Il y a quinze ans que j’ai cofondé Facebook à Harvard, et je n’ai pas travaillé pour l’entreprise depuis une dizaine d’années. Mais j’ai un sentiment de haine et de responsabilité » explique Chris Hughes, ancien camarade de chambre de Mark Zuckerberg à Harvard, dans les colonnes du New York Times. Officiellement, il occupe toujours le poste de consultant pour Facebook. « Les bénéfices financiers que j’ai tirés de mon travail chez Facebook ont changé la trajectoire de mon existence » admet Chris Hughes, qui a revendu toutes ses parts en 2012.

Lire aussi : Mark Zuckerberg viré de Facebook ?

Chris Hughes accuse Zuckerberg d’être responsable des dérives de Facebook

Jusqu’en 2016, il affirme avoir « regardé avec admiration le développement de la société ». Cette année là, le scandale Cambridge Analytica l’a amené à prendre conscience des « dangers du monopole de Facebook ». Dans son argumentaire, il pointe plusieurs fois du doigt « l’obsession pour la croissance » de Mark Zuckerberg, qu’il n’a pas vu depuis l’été 2017. Selon lui, l’actuel PDG du groupe a sciemment « sacrifié la sécurité et la vie privée de ses utilisateurs pour du clic ».

Lire aussi : Facebook – la croissance avant tout, même « si ça fait des morts »

Pour Chris Hughes, Mark Zuckerberg est donc directement responsable des dérives du réseau social. « Le gouvernement doit absolument demander des comptes à Mark » estime-t-il. « Le pouvoir de Mark est incroyable, et dépasse de loin celui de n’importe qui au gouvernement ou dans le secteur privé » accuse le cofondateur, d’autant plus inquiet que le PDG est « entouré d’une équipe qui le renforce dans ses convictions au lieu de les remettre en question ». Avec 40% des parts de la firme, le conseil d’administration n’est pas de taille à aller à l’encontre des décisions de Zuckerberg. Il s’agit plus « d’un panel de conseillers que d’un contre-pouvoir ». Hughes tempère ses propos en précisant que Mark Zuckerberg reste malgré tout « un homme gentil et une bonne personne ».

Facebook : Chris Hughes appelle le gouvernement à démanteler le réseau social

« Facebook a remporté le prix de la domination. Il vaut plus de 500 milliards de dollars et représente, selon mon estimation, plus de 80% des revenus mondiaux des réseaux sociaux » ajoute le cofondateur, pour qui ce monopole est le résultat directe de la politique de son ami Mark. Pour assoir sa domination, Facebook copie sans vergogne les idées de ses concurrents, comme on l’a vu à de multiples reprises avec Snapchat. Dans d’autres cas, le groupe rachète tout simplement la plateforme qui lui fait de l’ombre. En 2014, Facebook a ainsi mis la main sur WhatsApp.

« Facebook domine le secteur des réseaux sociaux, il n’est confronté à aucune obligation de rendre des comptes au marché » met en garde la tribune. Face à l'emprise grandissante du réseau social, décrit comme un « léviathan qui détruit l’esprit d’entreprise », et l’absence de concurrence, Chris Hughes demande au gouvernement américain d’agir et de démanteler Facebook. Le cofondateur souhaite scinder le groupe et rendre à Instagram et WhatsApp leur indépendance. Dans le même ordre d’idée, il demande à l’état de freiner la croissance de Facebook en lui interdisant toute nouvelle acquisition. Avec ces mesures, il souhaite permettre à la concurrence de contrebalancer le pouvoir du réseau social, qui compte 2,32 milliards d’utilisateurs actifs chaque mois.

Enfin, Chris Hughes appelle aussi à la création d’une agence fédérale de régulation des géants du Web, destinée à contrôler les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon). Les propositions du cofondateur de Facebook rejoignent les propos de la sénatrice démocrate Elizabeth Warren, qui veut démanteler tous les géants de la tech. Que pensez-vous des mises en garde du cofondateur de Facebook ? Faut-il que le gouvernement régule la firme américaine ? On attend votre avis dans les commentaires.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Facebook veut lire vos pensées avec un bracelet connecté

Facebook vient d’acquérir une stratup, CTRL-Labs, dans le but de concevoir un bracelet connecté capable de lire vos pensées en décodant les signaux qui circulent dans les nerfs de votre poignet. Pour l’heure, le réseau social décrit son projet comme…

Facebook : un simple JPEG suffisait à pirater des comptes

Facebook vient de corriger deux vulnérabilités dont l’exploitation permettait aux pirates d’obtenir des informations sensibles depuis ses serveurs. Un simple fichier JPEG suffisait à corrompre les systèmes du réseau social en créant une fuite de mémoire. Celle-ci permet d’accéder à…

Après Instagram, Facebook commence aussi à cacher les likes

Facebook imite Instagram et teste une fonctionnalité visant à cacher les compteurs de likes des publications. Une initiative dont le but est de freiner la frustration liée à la course aux interactions, qui peut être pesante pour certains utilisateurs.  Nous…

Facebook avoue écouter les messages audio échangés sur Messenger

Facebook admet avoir écouté les conversations vocales échangées par l’intermédiaire de son application Messenger. Il aurait mis fin à cette pratique la semaine dernière, en même temps que Google et Apple avec Assistant et Siri.  Après des accusations lancées par…

Facebook va enfin proposer un mode sombre sur Android

Facebook va enfin avoir droit à un mode sombre sur Android. Les développeurs de l’application sont au travail et la fonctionnalité devrait arriver à moyen terme sur nos smartphones. L’absence d’une telle option est un gros manque pour Facebook, alors…