Google, Apple, Facebook et Amazon : une sénatrice américaine veut démanteler les GAFA

Maj. le 12 mars 2019 à 12 h 50 min

Le démantèlement de Google, Apple, Facebook et Amazon revient sur le devant de la scène. Une sénatrice américaine qui est dans la course aux élections présidentielles aux États-Unis promet de réduire le pouvoir des entreprises de la GAFA. Pour elle, les géants de la technologie sont trop puissants, au point d’influencer les pouvoirs publics ou encore de tuer l’innovation en faisant obstacle aux petites entreprises.

L’économie numérique est considérée comme l’un des principaux moteurs de la croissance de nos jours. Seulement, une poignée d’entreprises technologique semble concentrer l’essentiel des pouvoirs dans ce domaine. Il ne faut pas réfléchir longtemps pour pointer du doigt les GAFA ou plutôt les GAFAM avec Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft, considérés comme les mastodontes du secteur. Une situation qui ne doit pas perdurer selon Elizabeth Warren, candidate aux primaires démocrates dans le cadre de l’élection présidentielle américaine de 2020.

Les GAFAM ont beaucoup trop de pouvoir et doivent être « brisés »

Ce démantèlement,  la sénatrice américaine en a fait une promesse de campagne. Elle constitue d’ailleurs l’un des piliers de son projet. Pour elle, il faut en finir avec la domination tant économique, technologie que politique des GAFAM qui ont trop d’influence de nos jours.

« Les grandes sociétés technologiques ont trop de pouvoir — trop de pouvoir sur notre économie, notre société et notre démocratie. Ils ont détruit la concurrence, utilisé nos informations privées à des fins lucratives. C’est ainsi qu’ils ont nui aux petites entreprises et freiné l’innovation » explique-t-elle dans une note de blog.

Et ce n’est pas tout. Dans son long message, elle affirme également que : « pour rétablir l’équilibre des pouvoirs dans notre démocratie, promouvoir la concurrence et faire en sorte que la prochaine génération d’innovations technologiques soit aussi dynamique que la dernière, il est temps de démanteler nos plus grandes sociétés de technologie ».

C’est cette même influence dont parle la sénatrice qui permet aux GAFA de payer le moins d’impôt possible. Alors qu’une taxe était annoncée du côté de l’UE, l’initiative coince encore à ce niveau, ce qui a poussé la France à faire cavalier seul en annonçant une Taxe GAFA qui ne devrait toutefois rapporter que 500 millions d’euros en 2019.

Dans une interview accordée au site The Verge, elle confirme ses intentions et parle du cas d’Apple, une entreprise dont elle n’avait pas fait mention dans sa note de blog. Interpellée à ce sujet par le site, elle affirme que la firme de Cupertino a trop de pouvoir. Dans le cas précis des iPhone et d’iOS, elle pense que l’App Store est un exemple d’anomalie en matière de concurrence.

« Si vous dirigez une plateforme où d’autres viennent vendre, alors vous ne pouvez pas vendre vos propres articles sur la plateforme parce que vous avez deux avantages comparatifs », affirme-t-elle en ajoutant que cela va à l’encontre des règles élémentaires de la concurrence. « C’est simplement tirer profit de sa position dominante sur marché pour imposer des produits qui ne sont pas forcément meilleurs ». 

Apple réalise plus de 25 milliards de dollars de revenus par an, et il exploite l’App Store d’iOS dans lequel il distribue ses propres applications. « Ils contrôlent la plate-forme et proposent leurs applications dessus.  Ils ne doivent pas faire les deux à la fois ».

Voilà qui illustre les ambitions d’Elizabeth Warren qui semble y aller fort pour mettre les géants de la technologie au pied du mur. Reste à savoir si elle a vraiment les moyens de mener sa politique si le destin faisait d’elle la première femme présidente des États-Unis. Entre les promesses de campagne et les réalités du pouvoir, il y a souvent un grand fossé…

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !