Smartphones : vos données personnelles, une mine d’or pour les entreprises et publicitaires

 

Les smartphones, quel révolution ! Aujourd’hui, 75% de la population française en est équipée. Ils nous accompagnent partout, tout le temps, du réveil au coucher, à chaque instant de notre journée.

Certains utilisateurs ne peuvent plus s’en passer à tel point qu’une nouvelle maladie est apparue, la nomophobie. Beaucoup de détenteurs de smartphones sont à l’affût des moindres notifications avec la peur de ne rien rater. D’autres encore ont la phobie de sortir sans leur précieux compagnon (la fameuse nomophobie donc).

smartphone donnees personnelles entreprises pubs mine or

Les usages sont illimités, à tel point qu’on se pose parfois la question “Comment faisait-on avant ?”. Surtout lorsqu’il s’agit de se repérer et de se déplacer. Avant, on faisait sans. On avait des fiches horaires et des plans pour ne pas se perdre dans les transports en commun. On appelait un taxi, on ne le réservait pas via une application, on achetait nos billets de trains aux guichets, on avait des GPS. Maintenant ce sont nos smartphones les GPS.

Nous sommes dans un monde ultra connecté, et évidemment, cela n’a pas échappé aux entreprises et publicitaires. Car le revers de la médaille pour profiter d’une telle technologie, c’est que nous dévoilons au grand jour des informations sur nous, sur notre vie privée, à chaque instant. Et forcément, certains les exploitent.

Bientôt, vous serez suivis à la trace, si ce n’est déjà le cas

Hier soir, le JT de France 2 diffusait justement un reportage sur ce marché juteux qui s’ouvre aux entreprises et publicitaires. Bientôt nous serons suivis à la trace et recevrez des publicités et offres promotionnelles à ne plus savoir quoi en faire.

Car les puces GPS qui équipent nos smartphones permettent de nous localiser avec une précision incroyable. Comme l’explique le journaliste de France 2, Yohann Relat, les antennes des opérateurs peuvent nous géolocaliser avec une précision de 100 mètres, les satellites à 5 mètres près !

“Il faut autoriser la géolocalisation” direz-vous. Oui c’est vrai. Mais pourquoi aurions-nous l’application RATP (ou autre pour ceux qui ne vivent pas à Paris) si nous ne profitons pas de ses principaux atouts, à savoir par exemple nous indiquer la station la plus proche. A rien. Exactement. Et pour profiter d’une telle fonctionnalité, il faut autoriser l’accès à nos données de géolocalisation.

Et il est fort possible que la majorité d’entre nous utilise plus d’une application exploitant ces données, puisqu’une application sur trois nous demande l’autorisation d’accéder à ces données de localisation. Une fois cet accès autorisé, c’est un juteux marché qui ouvre ses portes aux entreprises et publicitaires. Et parfois les développeurs redoublent d’inventivité pour monétiser leur application.

Le reportage de France 2 illustre ce phénomène avec l’application bien connue Shazam. A priori, pas besoin d’être localisé pour reconnaître une musique. Sauf que Shazam propose un petit outils qui peut paraître cool, une carte de ce que les utilisateurs écoutent selon leur localisation.

shazam donnees localisation carte
La carte dans l'application Shazam permet aux développeurs de revendre les données des utilisateurs aux publicitaires

 

Pour l’utilisateur, pas grand intérêt, mais pour l’entreprise qui a créé l’appli c’est le jackpot. Les informations récoltées peuvent ensuite être revendues à des publicitaires ou des entreprises qui cherchent à optimiser leur stratégie de vente en ciblant un public bien précis. Pourquoi faire une pub pour un disque de musique classique là où on écoute majoritairement du rap ?

Le but en fait est de se servir de nos données personnelles pour proposer les bons messages, au bon moment et au bon endroit. Du marketing ultra ciblé qui fait déjà le bonheur de certaines entreprises.

Mieux encore (ou pire), les centres commerciaux commencent à s’équiper en boîtiers permettant de vous localiser au sein même du centre. Ainsi, si vous souhaitez acheter des baskets, l’application du centre commercial vous guidera jusqu’au magasin qui propose le modèle que vous avez préalablement choisi sur votre smartphone.

Pour couronner le tout, certaines entreprises prévoient déjà de vous envoyer des notifications lorsque vous passerez devant une boutique pour vous avertir d’une promotion en cours. Ainsi, si vous n'avez pas l'intention d'acheter, les entreprises pourront vous attirer vers elles.

La modernité a ses avantages, mais est aussi très envahissante. Une chose est sûre, à ce rythme, vous n’êtes pas près de lâcher votre smartphone des yeux. A moins que vous n’autorisiez pas l’accès à vos données. Et là c’est tout un programme.

Via



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !
mastercard carte bleue biometrique
Samsung et Mastercard travaillent sur une carte bleue avec capteur d’empreintes

Samsung et Mastercard travaillent actuellement sur une carte bleue équipée d’un lecteur d’empreintes digitales. Avec ce système, les deux entreprises veulent ajouter une couche de sécurité supplémentaire et limiter davantage les contacts physiques avec les terminaux de paiement.  Durant cette…

apple pay
Apple Pay, Google Pay : le paiement sans contact a explosé en 2020

Les paiements sans contact via un smartphone ont explosé en 2020, dépassant même les paiements en espèce. C’est en tout cas ce qu’avance la dernière du cabinet FIS. La pandémie a évidemment favorisé la démocratisation de ce moyen de paiement…

apple silicon m1
Les Macs M1 sont capables de miner de l’Ethereum

Il est possible de miner de l’Ethereum avec un processeur Apple M1. L’ingénieur Yifan Gu est en effet parvenu à utiliser Ethminer, un programme normalement destiné aux PC Windows et Linux, sur la puce de la firme de Cupertino. Toutefois, avec…

bitcoin penurie cartes nvidia
Le Bitcoin provoque une pénurie de cartes graphiques Nvidia et AMD

La pénurie des dernières GeForce RTX 3000 n’est pas prête de s’arrêter. En plus des difficultés pour s’approvisionner en composants, Nvidia doit en plus composer avec les cryptomineurs, qui achètent des stocks entiers de cartes graphiques pour miner le Bitcoin…